Nouvelle parution: Secularization and Its Discontents.

Date November 25, 2010 |

Secularization and Its Discontents, October 2010, Continuum Books, 232 pp., £19.99
by Rob Warner, Ph.D., Professor of Religion, Culture and Society, and Dean of Humanities at the University of Chester, UK.

Authoritative guide to contemporary debates and issues in the sociology of religion providing a clear examination of classical secularization and the post-secularization paradigm.

Secularization and Its Discontents provides an illuminating overview of major current debates in the sociology of religion, exploring changing patterns of religious practice in the West during the past 150 years. Examining classical secularization theory as well as modified versions that allow for difference between national and social contexts, Rob Warner also explores the proposed post-secularization paradigm, as well as its close offshoot, rational choice theory. Possibilities for a spiritual revolution and the feminisation of religion are scrutinised, and also theories of the durability of conservative religion. The author goes on to develop a new interpretation of resilient religion from an analysis of 21st century trends in religious participation. These are categorised as entrepreneurial and experiential-therapeutic, before the volume finally focuses upon individual identity construction through autonomous religious consumption.

This book provides a clear and penetrating overview of theoretical frameworks and develops a new theoretical synthesis derived from fresh examination of empirical data, and will be of interest to academics and students in religious studies, practical theology and the sociology of religion.

Table of Contents

1. Classical Secularization Theory

2. Modified Secularization Theory

3. American Rejections of Secularization Theory

4. Is There a Spiritual Revolution?

5. The Durability of Conservative Religion: American and British Perspectives

6. Resilient Religion – Emerging Transatlantic and Global Trends

Parution: 2 rapports nationaux sur le rapport Religion-État.

Date August 6, 2010 |

Le XVIIIè Congrès International de droit comparé, organisé par l’Académie Internationale de droit comparé et l’American Society de droit comparé, s’est tenu à Washington DC du 25 juillet au 1er août 2010.

La religion et l’État laïque: Rapports nationaux, sous la direction de Javier Martinez-Torrón et W. Cole Durham, Jr., rapporteurs généraux, publié par l’International Center for Law and Religion Studies, Brigham Young University, Provo, Utah, 2010, 826 pp.

Un rapport général suivi de 47 rapports sur 46 pays, à savoir: Andorre, Argentine, Arménie, Australie, Belgique, Brésil, Bulgarie, Canada, Chili, Colombie, République Tchèque, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Ghana, Grèce, Hongrie, Inde, Irlande, Israël, Italie, Japon, Kazakhstan, Corée, Lettonie, Malte, Mexique, Népal, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Pérou, Philippines, Russie, Écosse, Serbie, Slovaquie, Espagne, Soudan, Suède, Suisse, Turquie, Ukraine, Royaume-Uni, États-Unis, Uruguay.

Religion and the Secular State – Interim Reports (pdf, en).

Religion and the Secular State – All National Reports (pdf, en).

Les Arabes ont des filles sexy.

Date July 25, 2010 |

Dans un monde mondialisé, tyrannisé par l’image et les exigences de la cool attitude, les Arabes peinent à se tailler une place honorable. Dans mon billet du 30 décembre 2009, “Les Arabes vus par les Américains”, j’ai résumé une image des Arabes telle qu’elle est apparue dans des films hollywoodiens récents ayant connu un grand succès au box office. Bien avant le 11 septembre 2001, et que ce soit pour des causes directes ou indirectes, les médias internationaux n’ont pas réussi à diffuser une image des Arabes dans laquelle ces derniers pouvaient se reconnaître.

Si l’époque 1500-2000 était celle de l’écrit, la période de “l’an mil qui vient après l’an mil” est pour sûr celle de l’image — et jusqu’à présent celle des canons de beauté de type anglo-saxon.

Jad Shwery, un chanteur libanais visiblement révolté par ce nouvel ordre mondial de l’image, entreprend de prouver au monde (entendre: l’Occident), dans le vidéo-clip de sa chanson Funky Arabs que les Arabes ne sont pas tous mal rasés; qu’ils ne sont pas tous barbus, ventripotents à la limite de l’obésité, et  qu’ils ne portent pas tous le keffieh et la ‘abâya. Non. Il y a des Arabes beaux gosses, démontre-t-il; des mâles — des vrais — qui se maintiennent en bonne forme physique, qui se soignent les cheveux et les ongles. Pour prendre un exemple au hasard: Jad Shwery lui-même, figure de proue de la métrosexualité arabe.

“Et en plus, leurs femmes sont voilées!”, penseront quelques-uns.La vidéo est inaugurée par une Arab (fake) Blondie langoureuse qui se dandine dans un cadre on ne peut plus glamour et bling bling. We’ve got sexy girls! Vers la fin du clip, l’excès de corps, si ostensiblement mis en scène, frisant la débauche, se veut faire un pied de nez monumental à la culture du voile “injustement” attribuée aux Arabes (ça se discute). Eh bien non, s’acharne Jad Shwery, we can be hot too, yes we can! De même, la Botox-mania et l’addiction à la chirurgie esthétique, symptômes victimaires par excellence, sont exaltées comme des signes de modernité, voire d’émancipation. Esclavagisé par l’image et fier de l’être.

Le sentiment arabe d’injustice est compréhensible, aussi bien en matière de politique internationale qu’en matière d’image de marque internationale. Notre chanteur libanais n’est pas le premier à avoir eu cette réaction d’auto-justification vis-à-vis de cette double injustice. Il est, en revanche, le premier à l’avoir concrétisée devant le monde de manière originale.

Les dernières lignes de mon billet du 8 juillet 2010, “Le féminisme musulman est-il un féminisme voilé?”, s’interrogent sur l’échelle des valeurs qui sous-tend la notion de beauté dans les sociétés arabo-musulmanes où le religieux est ultra-institutionnalisé — une notion éminemment culturelle et religieuse. En effet, le moralisme sécrété par la religiosité “ultra” affecte les représentations sociétales du beau. La “beauté morale” de la femme, ou plus précisément une apparence de conduite vertueuse, reste un requis fondamental dans les sociétés arabo-musulmanes. Bien sûr, les formes d’hypocrisie sont le propre de toutes les sociétés, mais les exceptions finissent toujours par confirmer la règle. En réaction à l’esthétisme plastique de Jad Shwery, un spectateur arabe ne tarde pas à laisser un commentaire d’indignation: “Êtes-vous en train de dire aux gens que nous n’avons aucune morale?”

Autre aspect déplaisant de la tentative Shwery: son désir trop mimétique. Il faut se rendre à l’évidence que Funky Arabs constitue une pâle copie des chansons américaines de hip-hop affublée de paroles insipides et de scènes pastichées; qu’elle reflète une contre-authenticité ratée au sens fort (c’est d’ailleurs la définition même de la contre-authenticité).

Finalement, si l’on pense que la culture du voile contredit le culte du corps, il y a méprise. Le voile est la production religieuse et culturelle suprême qui reconnaît le mieux le potentiel érotique du corps et la fonction créatrice-destructrice de la sexualité dont il est le seul support. Le voile est le reflet d’une sur-valorisation de la chair, je dirais même d’une obsession vis-à-vis du corps. Il n’en est aucunement la négation mais l’exaltation outrancière, jusqu’à la sacralité délétère.

Chaque culture surmonte la question du corps à sa manière. Le processus de socialisation (c’est-à-dire la transformation en objet social, plus qu’exclusivement personnel) du corps dans les sociétés arabo-musulmanes, conformément à un idéal de pureté et de pudeur, se limite très souvent à la sphère publique. Dans le privé, tous les excès, toutes les débauches sont halâl — ou presque. Dans ce cas-là donc, Victoria’s Secret constitue un secret au vrai sens du terme.

Jad Choueiri – Funky Arabs (lien alternatif vers youtube.com)

Comment la “diversité” punit les Asiatiques et les… Blancs.

Date July 20, 2010 |

Je viens de lire deux articles récents qui remettent en cause le principe de discrimination positive (affirmative action en anglais) dans les admissions aux universités d’élite américaines. Bien entendu, l’argumentation a des relents républicains.

Tout en m’abstenant de tout commentaire, je voudrais quand même faire remarquer que l’idéologie du multiculturalisme a contribué à la déconstruction de presque toutes le catégories analytiques sauf celle de “communauté blanche”. En effet, en favorisant les Noirs et les Hispaniques, le système américain de discrimination positive semble automatiquement associer les Blancs à la classe socio-économique supérieure, au grand malheur des Blancs de condition modeste.

Ross Douthat, “The Roots of White Anxiety”, The New York Times, 19 July 2010, p. A21.*

Russel K. Nieli, “How Diversity Punishes Asians, Poor Whites and Lots of Others”, MindingTheGap.com, 12 July 2010, 5 pp.*

En complément à cette lecture, et pour étoffer davantage le débat, je recommande fortement le livre de Walter Benn Michaels, The Trouble with Diversity: How We Learned to Love Identity and Ignore Inequality, New York, Metropolitan Books (Henry Holt & Co), 2006, 241 pp.

———————————–

* Si ces liens ne sont plus opérationnels, je suis disposé à vous envoyer le texte sur demande.

Le rêve du melting pot israélien.

Date July 19, 2010 |

Jusqu’à présent, il semble que le terrain privilégié des études sur le multiculturalisme soit l’Amérique du Nord (le Canada et les États-Unis) d’abord, et l’Europe occidentale ensuite. Le phénomène immigratoire fut sans doute à la racine de telles études. Voilà que depuis les années 1970, et de manière croissante, les acquis des modernités occidentales se trouvent dramatiquement confrontés aux défis des travailleurs étrangers. À partir des années 1980, on commence à comprendre en Europe que les immigrés sont plus qu’une main d’oeuvre; ils sont également porteurs d’une culture. Au Canada et aux États-Unis, le problème ne se posait pas, tous deux étant des pays d’immigration, à condition que la culture dominante restât… dominante. 

L’État d’Israël, lui aussi, est un pays d’immigration à sa manière. La société israélienne est une société extrêmement bigarrée, ethniquement et confessionnellement. Juifs allemands, russes, éthiopiens, arabes, polonais, persans — ashkénazes, sépharades et mizrahis pour faire court; embrassant des doctrines religieuses allant de l’ultra-orthodoxie “craignant-Dieu” au judaïsme purement culturel dénué de toute croyance en une transcendance. Sans compter les citoyens arabes — de seconde zone — de l’État d’Israël qui constituent environ 20% de la population. 

La politique d’immigration d’Israël, réservée bien entendu aux seuls Juifs, n’a pas toujours été la même depuis 1948. La théorie sioniste de base prône le retour du “peuple juif” tout entier à Erets Yisrael. Theodor Herzl (1860-1904) n’a-t-il pas écrit dans L’État des Juifs que la question du retour des Juifs en Palestine “n’est pas une question religieuse mais une question nationale“? Le sionisme s’est ainsi proposé de réunir les fragments dispersés de ladite nation juive et de la doter de sa terre “d’origine”. Tel est le b.a.-ba de la pensée nationaliste classique selon laquelle toute nation vit et survit sur un territoire qui lui est propre (je dirais même: qui constitue sa propriété privée), sous l’égide d’un État qui l’administre, et la materne – la violente aussi, parfois – selon l’éthique propre à cette nation. Le sionisme présente également une caractéristique observable dans d’autres nationalismes, contemporains à sa naissance: le sécularisme. En effet, selon Herzl, les Juifs constituent un peuple, une nation, avant de constituer une communauté religieuse. Il va sans dire que le sécularisme de l’État israélien est destiné à porter la trace d’un tel paradoxe pour toujours. 

Bien que l’accueil du plus grand nombre d’immigrés juifs (les ‘olim, c’est-à-dire ceux qui font leur ‘aliya) possible ait de tout temps été souhaité par les dirigeants israéliens, le pragmatisme a en contrepartie nécessité de couper court à cette immigration, principalement en raison de l’incapacité de l’État israélien de gérer ses conséquences démographiques et économiques. 

Il reste à savoir dans quelle mesure l’État d’Israël se veut l’agent d’un melting pot, ou bien, au contraire, s’il se montre passif vis-à-vis la ségrégation ethnique existant au sein même de la population juive, dont les juifs dits “orientaux” et les juifs éthiopiens sont les premières victimes. En tout cas, au vu de la situation, il est certain que le melting pot éventuel ne s’élargira pas de sitôt — voire peut-être jamais — pour inclure les citoyens arabes d’Israël. 

Je n’ai pu m’empêcher d’y penser en visionnant ce vidéo-clip: même en Israël, les Afros sont condamnés à chanter du R&B! 

 

Ayala Ingedashet – Memaheret (lien alternatif vers youtube.com)

Le féminisme musulman est-il un féminisme voilé?

Date July 8, 2010 |

Les questions éminemment politiques que soulève le voile sous toutes ses formes (hijâb, niqâb, burqa, tchador) dans les sociétés occidentales ne devraient pas “voiler” — si l’expression est permise — son intérêt dans le milieu des gender studies. En effet, la visibilisation croissante du port du voile islamique, dans les médias aussi bien que dans le quotidien, a contribué à réveiller, en Occident, des questionnements profonds autour de la féminité et de son rapport à la masculinité.

Bien que le féminisme peut être daté antérieurement au 19ème siècle, le fémininsme moderne, c’est-à-dire le mouvement de libération des femmes né dans la société industrielle, contemporain de la révolution sexuelle, individualiste, libertaire et rationalisant, émerge réellement au début des années 1960. Pour les féministes “classiques”, le voile symbolise le signe de l’humiliation de la femme; il serait la marque de sa soumission à l’homme, d’autant plus qu’elle est légitimée et sacralisée par les autorités religieuses. Si le voile islamique est si virulemment réprouvé par les féministes, c’est parce qu’il représente l’antithèse parfaite de ce que les féministes ont si ardemment cherché à subvertir; parce qu’il démolit tout ce qu’ils ont contribué à bâtir, à savoir l’émancipation des femmes de la tutelle de leur père, de leur mari, de leur frère, de leur fils, bref: du mâle.

A mon sens, le féminisme occidental ne doit guère prétendre universaliser ses acquis et en faire des idéaux valables dans toutes les cultures d’aujourd’hui, au risque de pécher par ethnocentrisme. L’idée du Bien est extrêmement relative à la société qui la fait naître et évoluer; elle ne peut être appliquée à d’autres cultures sous peine de juger autrui à partir de “notre” propre morale.

Je ne voudrais pas non plus sombrer dans un relativisme culturel outrancier qui aboutirait à chosifier les cultures en blocs immobiles dépourvus de liens entre eux. Selon moi, la clé de l’analyse ne réside pas dans le contenu de la question mais dans sa structure; non pas dans les valeurs que le féminisme occidental préconise, mais dans le contexte qui lui a donné vie.

En effet, je considère que le féminisme occidental “classique” (ou moderne) est uniquement un mouvement de redéfinition du statut de la femme en Occident et de son rôle vis-à-vis de l’homme. Ce mouvement s’est construit par rapport (et surtout par opposition) à une situation antérieure perçue comme contradictoire avec les valeurs de la “modernité”, à savoir le droit à la liberté et à l’égalité de tous les êtres humains, hommes et femmes. Mais le statut d’”être humain” ne suffisait pas. Il était nécessaire que la notion de libre arbitre s’accompagne de la notion de rationalité. L’être humain est alors considéré comme un être libre et rationnel, capable de faire et de fonder ses propres choix, faculté qu’il partage de plain-pied avec autrui.

Le féminisme occidental n’est pas réellement original en soi, il est un rejeton de la modernité. Dans les mondes arabe et musulman, la modernité a été d’abord nationaliste (anti-impérialiste, anti-colonialiste, tiers-mondiste) puis islamiste. Autrement dit, il n’y a pas de modernité en soi; elle diffère selon les aires géo-culturelles. Elle reste influencée par les préceptes occidentaux tout en les réinterprétant différemment.

Tout comme le féminisme occidental, le féminisme musulman est un phénomène de structure. Il est un mouvement de redéfinition du statut de la femme musulmane et de son rôle vis-à-vis de l’homme musulman. Ce mouvement s’est construit par rapport (et opposition) à une situation antérieure perçue comme contradictoire avec les valeurs de l’islam et du Qoran (une ère de “décadence” et d’”obscurantisme” islamique comme disent les islamistes du calibre de Khomeyni et autres), à savoir le devoir d’être solidaire de l’homme, de lui obéir, de ne pas provoquer son désir (sexuel entre autre, d’où le port du voile), et d’assumer pleinement son rôle de “gardienne des traditions et de la morale islamique”.

Encore une fois, les valeurs féministes (occidentales et islamiques) sont des constructions relatives à une situation précédente qui ne devraient pas être prises comme absolument valables en soi. (C’est une vision nihiliste mais la sociologie elle-même est une science nihiliste.)

Miss “Occident” (idéaltype) a une plastique parfaite et porte une robe de soirée et un bikini; elle symbolise d’abord le paroxysme de l’image et de l’esthétique. Miss Arabie Saoudite (et autres pays islamiques/-istes) est voilée, elle est élue selon ses “bonnes moeurs”, son “obéissance à ses parents” et à ses “résultats scolaires”. Deux féminismes antinomiques mais féminisme quand même.

Liban: Un laïcitomètre dans le rouge.

Date April 29, 2010 |

Dimanche 25 avril à 11 heures. Nous sommes à ‘Aïn el-Mreissé, une placette sur la corniche de Beyrouth. Rendez-vous de tous les supporters de la laïcité au Liban pour participer à une marche pacifique pour l’égalité de tous les citoyens, la laïcité, la non-discrimination et l’État civil au Liban. Le nom est hardi, il a d’ailleurs choqué quelques-uns: “Lebanese Laïque Pride”. En d’autres termes, si vous êtes laïques et fiers de l’être, cette manifestation est pour vous.

À 11 heures et des poussières, la marche en direction du Parlement commence. Dans un pays où la ponctualité fait défaut (précisément parce que les Libanais la considèrent comme un défaut), et où être en retard est une pratique valorisée et valorisante, symbole de noblesse et de charisme, les laïques provoquent une rupture retentissante: à l’encontre d’une société aussi communautariste que non-ponctuelle, traversée par des solidarités confessionnelles étroites dans les champs partisan, socio-économique et politique, les laïques marchent à contre-courant. Ils disent non et sont conséquents avec eux-mêmes.

À 11 heures donc, la manifestation bat son plein. L’initiative est certes louable, et mérite tout notre appui. Qui, en effet, peut s’opposer à l’idée d’un “mouvement laïque pour la citoyenneté”? D’autant plus qu’il s’agit de la première manifestation civile anti-confessionnelle de ce genre depuis l’éclatement de la guerre inter-libanaise en 1975? L’aspect profondément civil de l’événement mérite également notre soutien; des citoyens de toutes conditions, des ONG locales et internationales, voire des visiteurs occidentaux (constituant environ 5% de la masse manifestante). En marquant son désaccord vis-à-vis de la pratique politique, et du système politique même, la société civile se pose en tant qu’acteur agissant qui se définit comme “civil” (et donc non-communautaire), qui se distingue — ou cherche énergiquement à se distinguer — de l’hégémonie d’un corps politique incapable et insensible aux besoins réels des électeurs. Un exemple pour les sociétés civiles arabes contemporaines.

Le fossé entre le civil et le politique ne peut être plus clair. Les partis politiques ont brillé par leur absence, et en premier ceux qui se réclament officiellement de la “laïcité” et de “l’État civil” (appellation qui ne veut rien dire dans l’absolu, d’autant plus que l’État libanais est un État civil); de même les partis qui invoquent la “suppression du confessionnalisme politique” (autre expression instrumentalisable à l’envi). Seul le Parti communiste libanais pouvait être admiré au passage, en omettant de citer quelques parti-cules (si ce néologisme peut m’être octroyé) par-ci par-là, et des mouvements de gauche en voie de disparition depuis les années 1970. À part cela, aucune participation partisane officielle n’a pu être remarquée. Il est donc bon que les choses soient ainsi tirées au clair.

Hélas, la solidarité laïque n’a guère le vent en poupe: seuls quelques 4000 participants ont répondu à l’appel. Ce n’est guère beaucoup. Pis encore, 60 minutes après son déclenchement, la marche était close. Erreur de calcul? Le Parlement, point d’arrivée de la marche, était peut-être trop proche. “This is the most passive demonstration I’ve ever seen”, me dit une danoise qui se trouvait là. Il semble que la symbolique de l’événement était plus enchanteresse que son déroulement; et peut-être a-t-il fini par être plus symbolique qu’autre chose. Mais la vie sociale repose aussi sur les symboles. Il n’y a pas que le pain et le vin.

Il faut dire que l’organisation, ou plus exactement le peu d’organisation (parce qu’il serait injuste de dire que l’événement était désorganisé) y a joué pour beaucoup. À jeter un coup d’oeil sur le blog de la Lebanese Laïque Pride, tout s’explique. Peu, ou pas, de moyens, banderoles de circonstance, à la bonne franquette, érigeant la spontanéité sur un piédestal. On suggère une idée et puis on laisse faire. Au fond, pourquoi pas? Les Séculiers-Fiers ne recherchent pas la gloire, ni l’événementiel tapageur, juste à faire parvenir un message franc et sincère. Et modeste. On aurait apprécié néanmoins que la pauvreté du blog soit palliée. Un suivi post-opératoire pour la prochaine fois, par exemple.

Autre ennui: la revendication des manifestants. Est-ce la laïcité, la suppression du confessionnalisme politique, ou la légalisation du mariage civil? L’État libanais est un État laïque en ce que la Constitution ne lui reconnaît aucune religion officielle; ni Islam ni Christianisme. Ce qui n’est pas le cas du reste des pays arabes, on s’en vante. Est-ce l’abolition du “confessionnalisme politique”, c’est-à-dire la représentation politique des communautés religieuses au sein des institutions étatiques? Dans ce cas, pourquoi ne pas toucher aux “confessionnalisme civil”, c’est-à-dire le système selon lequel seul le mariage religieux est contractable à l’intérieur du territoire, et seul le statut personnel communautaire est appliqué (pour info: le mariage civil est reconnu s’il est contracté à l’extérieur du territoire libanais)? Est-ce pour demander la légalisation du mariage civil facultatif? Dans ce cas, pourquoi ne pas manifester uniquement pour la légalisation du mariage civil facultatif?

Bien entendu, la polysémie est rassembleuse. D’autre part, il est possible que, ayant eu le choix d’aller à la messe ou d’aller à la Laïque Pride (pour les concernés), nombreux sont ceux qui ont opté pour la messe.

Les racines profondes du racisme.

Date March 22, 2010 |

Voici une petite vidéo qui m’a été envoyée il y a quelque temps déjà, et que je viens de retrouver par hasard. Il s’agit d’une expérience simple, mais parlante, faite avec des enfants noirs américains, à qui l’on demande d’abord de s’identifier “racialement” et d’identifier “le Blanc”, puis de lier cette identification à une valeur sociale. À voir:

A conversation about race (click to view).

Francophone et fier de l’être?

Date March 19, 2010 |

Je prie la France de me pardonner.

Et j’espère que le lecteur me pardonnera le ton subjectif qui imprègne ce billet. Mais je tenterai, au bout du compte, de fournir quelques éléments pour une auto-analyse.

Lors d’une entrevue avec un haut fonctionnaire du Ministère des Affaires étrangères, au Quai d’Orsay, celui-ci m’informe qu’une équipe de journalistes recherche des francophones non français pour s’exprimer sur la francophonie dans le cadre d’un reportage, et me demande — étant donné mon profil semble-t-il idéal — s’il m’intéresserait d’y prendre part. Hélas, il est parfois des réflexes de sociologue qui l’emportent sur les réflexes du francophone. Je prends donc un temps pour répondre, et mes paroles achèvent de dissiper le doute que présage ma moue hésitante: “Non, je ne suis pas vraiment intéressé…”

Je voudrais confesser d’emblée que j’ai été le premier surpris de ce refus. Non que je ne l’aie pas fait exprès (parce que j’étais certain, au fond, que je ne voulais pas faire cette interview), mais parce que je ne me croyais jamais pouvoir m’avouer à moi-même, mon profond scepticisme vis-à-vis de l’”idéologie de la francophonie”.

N’est-ce pas une réaction étrange, inattendue, de la part d’un francophone bien trempé? Car, il faut le dire, je suis quand même un pur produit de l’éducation française, et laïque (à l’étranger, au cas où je n’étais pas assez clair). À l’école et au collège, non seulement la France nous était familière, mais encore il nous paraissait si évident qu’elle soit aussi présente parmi nous, “chez nous”. D’ailleurs, tel est sans doute le problème, ou une grande partie du problème: notre relation était trop fusionnelle, trop affective. Il y a des couples qui finissent comme ça: à cause d’un trop-plein d’amour.

Il y a deux raisons, qui me viennent à l’esprit, pour lesquelles j’ai refusé. La première, c’est parce que je l’ai déjà fait, et je crains d’être redondant avec moi-même. En effet, j’avais déjà été interviewé précisément sur ce même sujet il y a longtemps (j’avais 17 ans), à l’occasion d’un sommet de la francophonie. On m’avait demandé: “C’est quoi, pour vous, la francophonie?” Question de base. Je ne me souviens plus exactement ce que je leur avais répondu, mais je leur ai dit que, pour moi, la francophonie allait de soi, et que, depuis ma tendre enfance jusqu’à mes 16 ans, parler le français était l’acte le plus spontané, le plus naturel qui soit.

Cette nouvelle est “francophoniquement” réjouissante (et mes intervieweurs en étaient effectivement réjouis), mais la face cachée de ma francophonie était, hélas, peu réjouissante. C’est ce que je n’appris qu’à l’âge de 18 ans, à la sortie du lycée. Confronté à ma société et à ma culture, je devenais peu à peu conscient, non de ce que j’étais (ce serait essentialiser une identité assumée), mais de ce que je n’étais pas. Il a fallu donc arracher le cordon ombilical. Apprendre — ou plutôt réapprendre — ma langue “maternelle”, assumer une société et une culture — les miennes — qui, malgré leur omniprésence, m’avaient constamment été tenues à distance.

Cette première raison est cependant un faux-fuyant. La vraie raison — et c’est la deuxième — est que j’en veux à mon éducation (je ne généralise pas) francophone, et francophile, d’avoir infériorisé et, en quelque sorte, d’avoir “snobé” ma langue maternelle; d’avoir érigé le français en lieu et place de ma langue maternelle, jusqu’à la supplanter presqu’entièrement. Il n’est guère drôle de réapprendre sa langue maternelle à l’âge de 18 ans.

J’ai donc refusé parce que j’avais un compte à régler avec la francophonie. Parce que je lui en voulais. Mais aussi parce qu’entre-temps je suis devenu sociologue, et qu’une nouvelle sensibilité s’est surajoutée à ma sensibilité francophone. Parce que je ne regarde plus la francophonie avec le coeur, mais avec l’intellect. Le coeur vit dans l’enchantement, l’intellect déconstruit et désillusionne. Quelle rabat-joie aurais-je été, lors de cette interview, en disant, contre tout affect et toute poésie: “L’anglais est la langue du pouvoir, et le français celle du contre-pouvoir; l’anglais la langue de l’action, le français celle de la réaction”? Ou encore, que la francophonie est la nouvelle arme culturelle, politique et économique — surtout économique — contre la suprématie anglo-américaine? J’ai hâte que les Postcolonial studies (qui commencent à s’infiltrer en France… 20 ans plus tard) s’emparent de la “Francophonie”.

Le réflexe a voulu que je ne participe pas à cette interview, et c’est d’ailleurs tant mieux ainsi. Je n’aurais pas dit ce qu’on voulait entendre! Suis-je donc francophone et fier de l’être? Francophone, absolument, de coeur et d’esprit. Mais pas fier de l’être. Je déteste la “fierté d’être”, c’est une forme de racisme.

Assimilez-vous, rassimilez-vous qu’ils disaient!

Date March 10, 2010 |

C’est le retour de Zemmour.

Dans mon billet du 17 décembre 2009 intitulé “Retour sur l’idée d’assimilation“, j’ai tenté de faire un commentaire sociologique en réaction à une tribune de M. Éric Zemmour publiée quelques jours auparavant dans Le Figaro Magazine.

Encore un dérapage intéressant de M. Éric Zemmour à signaler dernièrement. Cela s’est passé sur le plateau de l’émission de Thierry Ardisson Salut les Terrains, le samedi 6 mars 2010, lors d’une escarmouche verbale avec la militante antiraciste Rokhaya Diallo (qui a un blog fort intéressant, par ailleurs). L’info a été retransmise par Le Journal du Dimanche; vous pouvez retrouver un petit résumé ainsi que la vidéo ici (vraiment hilarant).

Si vous aimez les polémiques comme moi, vous lirez aussi l’interview à chaud de M. Éric Zemmour par la rédaction du Post à propos de cet incident (vu 172019 fois et 603 commentaires au 10/3/2010, quand même!). Il faut dire que ce n’est pas la première fois que de tels différends arrivent sur le plateau de M. Thierry Ardisson. Vive la télé!

Qu’il est facile de se proclamer tel ou tel, mais les revendications identitaires nous prouvent toujours qu’elles sont relatives, c’est-à-dire qu’elles s’expriment immanquablement en réaction à l’Autre, face à la différence perçue. La France est un pays chrétien nous dit M. Zemmour (d’ascendance algérienne berbère juive). Chacun a droit à ses propres opinions, bien entendu, mais je vois mal cet énoncé courir les rues dans les années 1960 et 1970; il me semble qu’il est plus accepté aujourd’hui qu’hier — indépendamment de sa véracité ou de sa non-véracité.

Lorsqu’on parlait de France chrétienne quelques décennies auparavant, on se faisait rappeler l’impératif de laïcité par les laïcards, et lorsqu’on en parle aujourd’hui, on se fait certes toujours un peu taxer de “réac sur les bords”, mais, me semble-t-il, un tantinet moins qu’avant.

Souvenez-vous, Samuel Huntington aussi avait peur de la “désunion de l’Amérique” (voir mon billet du 7 décembre 2009). Le morcellement des nations nous promet un grand nombre de problématiques intéressantes.


Research blogs