God Save the Patriarch.

ct lottery

Au Liban, le patriarche maronite Nasrallah Boutros Sfeir se montre sceptique à l’égard des tentatives d’abolition du “confessionnalisme politique”, ce système politique étrange qui prescrit une représentation des 18 communautés religieuses dans les institutions étatiques. La demande de “déconfessionnalisation” symbolise pour certains le passage à la société civile (par opposition à la “société familiale”, cf. mon billet du 1/12/2009). Les expressions “société civile” et “État civil”, qui sont fréquemment relayées par des journalistes et des pseudo-intellectuels, sont généralement dépourvues de sens pour leurs utilisateurs eux-mêmes. En effet, elles constituent une alternative acceptable au terme “laïcité” (‘almâniyya), jugé blasphématoire pour les autorités religieuses musulmanes, et “difficile à réaliser” pour les autorités religieuses chrétiennes.

Dans sa déclaration du 22 novembre 2009 (jour de la fête nationale de l’indépendance), le patriarche maronite reprend l’argument bidon, mais ô combien efficace, des adversaires de la “déconfessionnalisation politique”, selon lequel il faudrait d’abord supprimer le confessionnalisme des esprits avant de le supprimer des textes officiels. La phrase sonne mieux en arabe, où on oppose les “esprits” (an-nufûs) aux “textes” (an-nusûs).

Il est amusant de constater que  les avocats de la “déconfessionnalisation” se trouvent être les champions du communautarisme, du clientélisme, et du fanatisme religieux, notamment le parti de Dieu chiite/Hezbollah (cf. sa nouvelle charte politique du 30/11/2009, 3ème point de la 2ème section), et la Jamâ’a Islâmiyya sunnite (4ème point de la section “politique” de leur programme électoral 2009; voir aussi la déclaration du programme), pour ne citer que ces deux-là. Mais ne soyons pas trop durs avec les “laïques” libanais : il y a bien le candide Michel Sleiman, président de la République.

L’utopie fait les nations. Le carnaval autour de la déconfessionnalisation n’est autre que du folklore, comme l’a bien formulé un député libanais, lui-même partisan d’une idéologie farfelue. Circulez, citoyens, y’a rien à voir.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *