Joyeux Noël! Pardon, Joyeuses Fêtes!

tennessee lottery

Le “Joyeux Noël” n’est décidément plus prophète en son pays. Il est même devenu tabou de le prononcer. Il n’est pas encore illégal, mais il risque en tout cas de faire de vous un fanatique, un dur, un tradi. On lui préfère donc le “Joyeuses Fêtes”, plus neutre, plus apaisant.

Cela dit, je suis heureux que nous soyons en France, et que nous parlions français. Dans d’autres pays “modernes” et “démocratiques”, respectant les “libertés individuelles”, notre impérieuse conscience laïque aurait été confrontée à un sérieux dilemme. En Espagne, nous aurions été obligés de proférer en public le très tendancieux “Feliz Navidad”; en Italie, le subversif “Buon Natale”. Sans oublier le “Feliz Natal” portugais. Point d’allusion explicite à une Nativité en langue française, heureusement. À moins d’être vraiment bon en étymologie. Mais pensez-y, en terre anglo-américaine, nous aurions été contraints de dire “Christmas”. Coup de bol, nous pouvons nous déculpabiliser grâce à “Xmas”. En allemand, c’est pire: “Weihnachten” signifie littéralement les nuits bénies, ou sacrées.

Autour de la Saint-Sylvestre, l’ambiance est, Dieu merci, plus décomplexée. Nous pouvons nous souhaiter une bonne année sans tourmenter notre conscience laïque (la mienne tente à l’instant de me persuader de supprimer la majuscule de N/nativité; d’ailleurs, soyons clairs, quand je dis St-Sylvestre, j’entends le 31 décembre). Tant que nous évitons de rappeler de quel calendrier il s’agit.

Tout compte fait, ce n’est pas que le “Joyeux Noël” n’est plus prophète en son pays. Il est toujours prophétique, mais ce n’est plus son pays.

——————————————————

Note. Une lectrice espagnole vient de m’informer que le “Felices Fiestas” est de plus en plus utilisé en Espagne. Le modèle français fait des émules, on dirait.


One thought on “Joyeux Noël! Pardon, Joyeuses Fêtes!”

  1. Je trouve absolument ridicule que les français n’assument pas Noël. Tout comme ils n’assument pas les autres fêtes religieuses, quelles qu’elles soient.

    Ils se souhaitent “bonnes fêtes” comme s’ils ne savaient pas de quelle fête il s’agit, ils ont peur de faire croire aux autres personnes qu’ils sont croyants, ou pire, pratiquants, ou comme s’il était interdit de les mentionner en public.

    Est-ce lié aux traumatismes que traîne la laïcité? Sans doute.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *