Recherche: Le modèle français vs. le modèle américain.

Le 15 février 2010, sur LeMonde.fr, le président de l’Université Paris-Diderot (Paris VII) Vincent Berger publie une tribune intitulée “Les leçons du recrutement d’un Prix Nobel américain à Paris-Diderot“. L’événement: George F. Smoot, prix Nobel de Physique 2006, laisse tomber l’University of California at Berkeley pour venir à Paris VII. La question: pourquoi?

Effectivement, pourquoi, étant donné que la recherche aux Etats-Unis dispose de moyens de loin supérieurs à ceux existant en France. Monsieur Berger nous donne la réponse. Tout d’abord, la faiblesse de la recherche française en raison des ressources limitées, de la rémunération basse, et de sa dispersion entre divers organismes (instituts, laboratoires, centres, groupes) et universités serait une idée reçue. Mais que désigne au juste cette idée reçue identifiée par M. Berger; est-ce le lien de causalité entre, d’une part, les ressources limitées, la rémunération ingrate, et la gouvernance universitaire peu efficace, et d’autre part le rendement de la recherche; ou bien désigne-t-elle le fait selon lequel la recherche française est à la traîne; ou bien, enfin, que la recherche française souffre de limitations matérielles et managériales? L’opinion exprimée dans cette tribune ne permet pas au lecteur d’avoir une réponse, en raison de la formulation rhétorique ombrageuse de l’auteur.

Le président de l’Université Paris-Diderot procède ensuite à une analyse comparative des deux structures de recherche, l’américaine et la française. Les éléments de réussite du “modèle américain” sont redevables à sa culture individualiste et capitaliste à outrance, où les financements sont immenses, les (post-)doctorants nombreux, et les salaires des professeurs plus élevés. En revanche, ce système aurait pour désavantage de flatter exagérément l’idée du Mérite en “gâtant” les meilleurs, les élites. “Publish or perish”, dit la célèbre rengaine; les chercheurs sont constamment évalués au vu de leur performance. Et c’est ce que critique d’une certaine manière M. Berger: en ses propres termes, l’approche “technocratique” de la recherche, un monde où les chercheurs sont des technocrates, des robots. Aux Etats-Unis, la concurrence est la condition de l’excellence, et les Américains se plaisent à l’admettre. Mais M. Berger veut plaider pro domo, et c’est son droit.

La tradition française fait fi de cette “approche technocratique” de la recherche, nous dit-il. Et malgré la divergence dans la procédure, on observerait une “convergence de fait”. Pour commencer, les chercheurs français ont également des Prix Nobel. De plus, ils publient dans les mêmes revues internationales que les Américains. Moralité du propos: avec des ressources matérielles inférieures, la recherche française produit des chercheurs de même calibre que les chercheurs américains. L’auteur ne mentionne cependant pas que les revues internationales sont américaines (ces deux épithètes sont devenus d’ailleurs synonymes), et que, malgré le “capitalisme outrancier”, la qualité de la recherche américaine reste excellente. Cela ne diminue en rien la valeur de la langue et de la culture françaises. Les Etats-Unis font quand même 300 millions d’habitants, et la France 60, mais il faudrait, dans cette logique-là, vérifier avec des chiffres (que je ne détiens pas) sur le taux de Prix Nobel par rapport au nombre total de chercheurs. Quoi qu’il en soit, gardons à l’esprit que, quoi qu’on fasse et quoi qu’on en dise, et l’anglais est la langue du pouvoir, la langue des échanges; la lingua franca, si l’on me passe l’expression. La langue française est une langue de contre-pouvoir, et le meilleur qu’elle puisse faire, c’est de rester sur la défensive, mais elle ne sera jamais, ou rarement, à l’avant-garde. L’ordre mondial l’a voulu ainsi.

Les qualités de la recherche française sont, dit M. Berger, l’esprit de découverte collectif, la “solidarité des énergies” au sein de ses centres de recherche, l’esprit d’équipe et le travail concerté autour d’ambitions scientifiques communes. La motivation serait donc collective, la plus-value de la recherche serait morale, à savoir “la passion et la générosité”, et non pas la gratification matérielle. Voilà une belle postérité pour Rousseau (le détournement des besoins individuels en faveur d’une volonté collective) et Durkheim (la valeur de la collectivité est supérieure à la somme des individus qui la composent). Certes, on pourrait voir dans ces propos une image d’Épinal, mais comprenons aussi la position à partir de laquelle M. Berger s’exprime.

“L’intelligence collective” de la recherche française, la “complémentarité” et l’émulation entre les chercheurs,  n’est-ce pas un peu trop généraliser? La tradition française est déjà suffisamment victime d’une autre grave idée reçue, à savoir son idéalisme et sa prédilection pour les idées “désincarnées”. Et si le laboratoire “Astroparticule et Cosmologie” (APC) de Paris-Diderot est un exemple en son genre, cela ne signifie pas qu’il est emblématique des autres organismes de recherche en France. Finalement, il transparaît un amalgame dérangeant entre la notion d’invidualisme et celle d’égoïsme. M. Berger implique-t-il que l’esprit d’équipe et la solidarité entre chercheurs n’existe pas dans le milieu académique états-unien? Ce serait, je pense, quelque peu abusif, sinon malhonnête de sa part.

Il est certain que la France bénéficie de chercheurs dont elle peut être fière. Néanmoins, une hirondelle ne fait pas le printemps, et je crains que M. Berger ne soit en train d’extrapoler en tirant des leçons à partir d’un échantillon unique — peut-être cela est-il dû à l’enthousiasme que cette bonne nouvelle lui a suscité. Le “modèle français” n’est pas tout à fait comme il le décrit; et il en va de même pour le “modèle américain”. M. Smoot a 65 ans, il est presque en fin de carrière, il a atteint le sommet, il a bien plus d’argent qu’il n’en a besoin, et pourtant il accepte un poste à Paris avec l’un des plus bas salaires de son parcours. M. Smoot n’a qu’à faire des lauriers. Il y a fort à parier qu’en acceptant ce poste, il s’était persuadé que quelques années en France lui feront du bien: l’exotisme de la culture française, le fantasme des Américains (et Californiens en particulier) sur la “Vieille Europe”, le bon vin, le bon fromage, la beauté de Paris… M. Smoot a probablement choisi de changer d’air pour un moment, et non pas d’être enterré au Père Lachaise.

———————————————–

On lira avec profit le dossier consacré à la recherche et aux universités en France et aux US dans la revue Le Débat, n° 156, septembre-octobre 2009,  191 p.:

Compagnon, Antoine, “Leçons américaines”, p. 99
Crow, Michael & Paradeise, Catherine, “Une « nouvelle université américaine » ? Arizona State University”, p. 117
Mistral, Jacques, “Pour une vraie réforme de l’université”, p. 128
Gauchet, Marcel, “Vers une « société de l’ignorance » ?”, p. 144
Compagnon, Antoine, “Examen de rattrapage”, p. 167
Joliot, Pierre, “L’évaluation ou la découverte”, p. 180
Ségalat, Laurent, “Science et finance : mêmes symptômes, mêmes dangers ?”, p. 186

Malgré des efforts appréciables d’objectivité, les conclusions des auteurs restent bien évidemment pro-françaises.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *