Francophone et fier de l’être?

Date March 19, 2010

Je prie la France de me pardonner.

Et j’espère que le lecteur me pardonnera le ton subjectif qui imprègne ce billet. Mais je tenterai, au bout du compte, de fournir quelques éléments pour une auto-analyse.

Lors d’une entrevue avec un haut fonctionnaire du Ministère des Affaires étrangères, au Quai d’Orsay, celui-ci m’informe qu’une équipe de journalistes recherche des francophones non français pour s’exprimer sur la francophonie dans le cadre d’un reportage, et me demande — étant donné mon profil semble-t-il idéal — s’il m’intéresserait d’y prendre part. Hélas, il est parfois des réflexes de sociologue qui l’emportent sur les réflexes du francophone. Je prends donc un temps pour répondre, et mes paroles achèvent de dissiper le doute que présage ma moue hésitante: “Non, je ne suis pas vraiment intéressé…”

Je voudrais confesser d’emblée que j’ai été le premier surpris de ce refus. Non que je ne l’aie pas fait exprès (parce que j’étais certain, au fond, que je ne voulais pas faire cette interview), mais parce que je ne me croyais jamais pouvoir m’avouer à moi-même, mon profond scepticisme vis-à-vis de l’”idéologie de la francophonie”.

N’est-ce pas une réaction étrange, inattendue, de la part d’un francophone bien trempé? Car, il faut le dire, je suis quand même un pur produit de l’éducation française, et laïque (à l’étranger, au cas où je n’étais pas assez clair). À l’école et au collège, non seulement la France nous était familière, mais encore il nous paraissait si évident qu’elle soit aussi présente parmi nous, “chez nous”. D’ailleurs, tel est sans doute le problème, ou une grande partie du problème: notre relation était trop fusionnelle, trop affective. Il y a des couples qui finissent comme ça: à cause d’un trop-plein d’amour.

Il y a deux raisons, qui me viennent à l’esprit, pour lesquelles j’ai refusé. La première, c’est parce que je l’ai déjà fait, et je crains d’être redondant avec moi-même. En effet, j’avais déjà été interviewé précisément sur ce même sujet il y a longtemps (j’avais 17 ans), à l’occasion d’un sommet de la francophonie. On m’avait demandé: “C’est quoi, pour vous, la francophonie?” Question de base. Je ne me souviens plus exactement ce que je leur avais répondu, mais je leur ai dit que, pour moi, la francophonie allait de soi, et que, depuis ma tendre enfance jusqu’à mes 16 ans, parler le français était l’acte le plus spontané, le plus naturel qui soit.

Cette nouvelle est “francophoniquement” réjouissante (et mes intervieweurs en étaient effectivement réjouis), mais la face cachée de ma francophonie était, hélas, peu réjouissante. C’est ce que je n’appris qu’à l’âge de 18 ans, à la sortie du lycée. Confronté à ma société et à ma culture, je devenais peu à peu conscient, non de ce que j’étais (ce serait essentialiser une identité assumée), mais de ce que je n’étais pas. Il a fallu donc arracher le cordon ombilical. Apprendre — ou plutôt réapprendre — ma langue “maternelle”, assumer une société et une culture — les miennes — qui, malgré leur omniprésence, m’avaient constamment été tenues à distance.

Cette première raison est cependant un faux-fuyant. La vraie raison — et c’est la deuxième — est que j’en veux à mon éducation (je ne généralise pas) francophone, et francophile, d’avoir infériorisé et, en quelque sorte, d’avoir “snobé” ma langue maternelle; d’avoir érigé le français en lieu et place de ma langue maternelle, jusqu’à la supplanter presqu’entièrement. Il n’est guère drôle de réapprendre sa langue maternelle à l’âge de 18 ans.

J’ai donc refusé parce que j’avais un compte à régler avec la francophonie. Parce que je lui en voulais. Mais aussi parce qu’entre-temps je suis devenu sociologue, et qu’une nouvelle sensibilité s’est surajoutée à ma sensibilité francophone. Parce que je ne regarde plus la francophonie avec le coeur, mais avec l’intellect. Le coeur vit dans l’enchantement, l’intellect déconstruit et désillusionne. Quelle rabat-joie aurais-je été, lors de cette interview, en disant, contre tout affect et toute poésie: “L’anglais est la langue du pouvoir, et le français celle du contre-pouvoir; l’anglais la langue de l’action, le français celle de la réaction”? Ou encore, que la francophonie est la nouvelle arme culturelle, politique et économique — surtout économique — contre la suprématie anglo-américaine? J’ai hâte que les Postcolonial studies (qui commencent à s’infiltrer en France… 20 ans plus tard) s’emparent de la “Francophonie”.

Le réflexe a voulu que je ne participe pas à cette interview, et c’est d’ailleurs tant mieux ainsi. Je n’aurais pas dit ce qu’on voulait entendre! Suis-je donc francophone et fier de l’être? Francophone, absolument, de coeur et d’esprit. Mais pas fier de l’être. Je déteste la “fierté d’être”, c’est une forme de racisme.


Print This Post Print This Post

One Response to “Francophone et fier de l’être?”

  1. Karim Hammou said on 21 October 2010 at 23:39:

    Peut-être la posture froide du français « contre-culture » aurait-elle plu, elle aussi. La francophonie comme résistance à l’impérialisme américain n’est-elle pas l’une de ces « fiertés » mal placées que l’on cultive depuis quelques décennies dans les cercles des politiques culturelles ou des affaires étrangères ? Quoi qu’il en soit, merci pour ce billet passionnant !

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags:<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Research blogs