Liban: Un laïcitomètre dans le rouge.

Date April 29, 2010

Dimanche 25 avril à 11 heures. Nous sommes à 'Aïn el-Mreissé, une placette sur la corniche de Beyrouth. Rendez-vous de tous les supporters de la laïcité au Liban pour participer à une marche pacifique pour l'égalité de tous les citoyens, la laïcité, la non-discrimination et l'État civil au Liban. Le nom est hardi, il a d'ailleurs choqué quelques-uns: "Lebanese Laïque Pride". En d'autres termes, si vous êtes laïques et fiers de l'être, cette manifestation est pour vous.

À 11 heures et des poussières, la marche en direction du Parlement commence. Dans un pays où la ponctualité fait défaut (précisément parce que les Libanais la considèrent comme un défaut), et où être en retard est une pratique valorisée et valorisante, symbole de noblesse et de charisme, les laïques provoquent une rupture retentissante: à l'encontre d'une société aussi communautariste que non-ponctuelle, traversée par des solidarités confessionnelles étroites dans les champs partisan, socio-économique et politique, les laïques marchent à contre-courant. Ils disent non et sont conséquents avec eux-mêmes.

À 11 heures donc, la manifestation bat son plein. L'initiative est certes louable, et mérite tout notre appui. Qui, en effet, peut s'opposer à l'idée d'un "mouvement laïque pour la citoyenneté"? D'autant plus qu'il s'agit de la première manifestation civile anti-confessionnelle de ce genre depuis l'éclatement de la guerre inter-libanaise en 1975? L'aspect profondément civil de l'événement mérite également notre soutien; des citoyens de toutes conditions, des ONG locales et internationales, voire des visiteurs occidentaux (constituant environ 5% de la masse manifestante). En marquant son désaccord vis-à-vis de la pratique politique, et du système politique même, la société civile se pose en tant qu'acteur agissant qui se définit comme "civil" (et donc non-communautaire), qui se distingue -- ou cherche énergiquement à se distinguer -- de l'hégémonie d'un corps politique incapable et insensible aux besoins réels des électeurs. Un exemple pour les sociétés civiles arabes contemporaines.

Le fossé entre le civil et le politique ne peut être plus clair. Les partis politiques ont brillé par leur absence, et en premier ceux qui se réclament officiellement de la "laïcité" et de "l'État civil" (appellation qui ne veut rien dire dans l'absolu, d'autant plus que l'État libanais est un État civil); de même les partis qui invoquent la "suppression du confessionnalisme politique" (autre expression instrumentalisable à l'envi). Seul le Parti communiste libanais pouvait être admiré au passage, en omettant de citer quelques parti-cules (si ce néologisme peut m'être octroyé) par-ci par-là, et des mouvements de gauche en voie de disparition depuis les années 1970. À part cela, aucune participation partisane officielle n'a pu être remarquée. Il est donc bon que les choses soient ainsi tirées au clair.

Hélas, la solidarité laïque n'a guère le vent en poupe: seuls quelques 4000 participants ont répondu à l'appel. Ce n'est guère beaucoup. Pis encore, 60 minutes après son déclenchement, la marche était close. Erreur de calcul? Le Parlement, point d'arrivée de la marche, était peut-être trop proche. "This is the most passive demonstration I've ever seen", me dit une danoise qui se trouvait là. Il semble que la symbolique de l'événement était plus enchanteresse que son déroulement; et peut-être a-t-il fini par être plus symbolique qu'autre chose. Mais la vie sociale repose aussi sur les symboles. Il n'y a pas que le pain et le vin.

Il faut dire que l'organisation, ou plus exactement le peu d'organisation (parce qu'il serait injuste de dire que l'événement était désorganisé) y a joué pour beaucoup. À jeter un coup d'oeil sur le blog de la Lebanese Laïque Pride, tout s'explique. Peu, ou pas, de moyens, banderoles de circonstance, à la bonne franquette, érigeant la spontanéité sur un piédestal. On suggère une idée et puis on laisse faire. Au fond, pourquoi pas? Les Séculiers-Fiers ne recherchent pas la gloire, ni l'événementiel tapageur, juste à faire parvenir un message franc et sincère. Et modeste. On aurait apprécié néanmoins que la pauvreté du blog soit palliée. Un suivi post-opératoire pour la prochaine fois, par exemple.

Autre ennui: la revendication des manifestants. Est-ce la laïcité, la suppression du confessionnalisme politique, ou la légalisation du mariage civil? L'État libanais est un État laïque en ce que la Constitution ne lui reconnaît aucune religion officielle; ni Islam ni Christianisme. Ce qui n'est pas le cas du reste des pays arabes, on s'en vante. Est-ce l'abolition du "confessionnalisme politique", c'est-à-dire la représentation politique des communautés religieuses au sein des institutions étatiques? Dans ce cas, pourquoi ne pas toucher aux "confessionnalisme civil", c'est-à-dire le système selon lequel seul le mariage religieux est contractable à l'intérieur du territoire, et seul le statut personnel communautaire est appliqué (pour info: le mariage civil est reconnu s'il est contracté à l'extérieur du territoire libanais)? Est-ce pour demander la légalisation du mariage civil facultatif? Dans ce cas, pourquoi ne pas manifester uniquement pour la légalisation du mariage civil facultatif?

Bien entendu, la polysémie est rassembleuse. D'autre part, il est possible que, ayant eu le choix d'aller à la messe ou d'aller à la Laïque Pride (pour les concernés), nombreux sont ceux qui ont opté pour la messe.


Print This Post Print This Post

3 Responses to “Liban: Un laïcitomètre dans le rouge.”

  1. Marina said on 9 May 2010 at 13:19:

    C'est un évènement qui a été monté virtuellement et sans moyens matériels. C'est aussi le premier évènement organisé de cette façon à Beyrouth. On ne pouvait pas s'attendre à plus pour un début!
    Il ne faut pas oublier que cette marche a été entièrement montée sur internet et elle est révélatrice d'un nouveau genre d'engagement et d'activisme. Créer des slogans sur Facebook, observer la force des médias sociaux, la médiatisation qui a été plus importante que l'évènement lui-même...
    Alors oui en contre partie, il n'y a pas de suivi, il n'y a pas forcément de programme comme tu l'as dit, pas vraiment de crédibilité de l'action.
    Les gens qui veulent oeuvrer "pour" la laïcité (si ça veut dire quelque chose) doivent le faire de façon plus constructive et soutenue s'ils veulent réellement se faire entendre. Enfin, ils doivent eux-même répondre à des questions essentielles restées sans réponse: travailler de bas en haut ou de haut en bas? population ou décideurs? actions de rassemblement ou de lobbying/plaidoyer?

  2. Georges Abi Lahoud said on 20 May 2010 at 23:20:

    La fin n'est pas mal :)
    Messe et mouvement pour la laïcité sont-elles contradictoires! ?

  3. Georges Abi Lahoud said on 20 May 2010 at 23:22:

    *manifestation

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags:<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Research blogs