Les Arabes ont des filles sexy.

Date July 25, 2010

Dans un monde mondialisé, tyrannisé par l'image et les exigences de la cool attitude, les Arabes peinent à se tailler une place honorable. Dans mon billet du 30 décembre 2009, "Les Arabes vus par les Américains", j'ai résumé une image des Arabes telle qu'elle est apparue dans des films hollywoodiens récents ayant connu un grand succès au box office. Bien avant le 11 septembre 2001, et que ce soit pour des causes directes ou indirectes, les médias internationaux n'ont pas réussi à diffuser une image des Arabes dans laquelle ces derniers pouvaient se reconnaître.

Si l'époque 1500-2000 était celle de l'écrit, la période de "l'an mil qui vient après l'an mil" est pour sûr celle de l'image -- et jusqu'à présent celle des canons de beauté de type anglo-saxon.

Jad Shwery, un chanteur libanais visiblement révolté par ce nouvel ordre mondial de l'image, entreprend de prouver au monde (entendre: l'Occident), dans le vidéo-clip de sa chanson Funky Arabs que les Arabes ne sont pas tous mal rasés; qu'ils ne sont pas tous barbus, ventripotents à la limite de l'obésité, et  qu'ils ne portent pas tous le keffieh et la 'abâya. Non. Il y a des Arabes beaux gosses, démontre-t-il; des mâles -- des vrais -- qui se maintiennent en bonne forme physique, qui se soignent les cheveux et les ongles. Pour prendre un exemple au hasard: Jad Shwery lui-même, figure de proue de la métrosexualité arabe.

"Et en plus, leurs femmes sont voilées!", penseront quelques-uns.La vidéo est inaugurée par une Arab (fake) Blondie langoureuse qui se dandine dans un cadre on ne peut plus glamour et bling bling. We've got sexy girls! Vers la fin du clip, l'excès de corps, si ostensiblement mis en scène, frisant la débauche, se veut faire un pied de nez monumental à la culture du voile "injustement" attribuée aux Arabes (ça se discute). Eh bien non, s'acharne Jad Shwery, we can be hot too, yes we can! De même, la Botox-mania et l'addiction à la chirurgie esthétique, symptômes victimaires par excellence, sont exaltées comme des signes de modernité, voire d'émancipation. Esclavagisé par l'image et fier de l'être.

Le sentiment arabe d'injustice est compréhensible, aussi bien en matière de politique internationale qu'en matière d'image de marque internationale. Notre chanteur libanais n'est pas le premier à avoir eu cette réaction d'auto-justification vis-à-vis de cette double injustice. Il est, en revanche, le premier à l'avoir concrétisée devant le monde de manière originale.

Les dernières lignes de mon billet du 8 juillet 2010, "Le féminisme musulman est-il un féminisme voilé?", s'interrogent sur l'échelle des valeurs qui sous-tend la notion de beauté dans les sociétés arabo-musulmanes où le religieux est ultra-institutionnalisé -- une notion éminemment culturelle et religieuse. En effet, le moralisme sécrété par la religiosité "ultra" affecte les représentations sociétales du beau. La "beauté morale" de la femme, ou plus précisément une apparence de conduite vertueuse, reste un requis fondamental dans les sociétés arabo-musulmanes. Bien sûr, les formes d'hypocrisie sont le propre de toutes les sociétés, mais les exceptions finissent toujours par confirmer la règle. En réaction à l'esthétisme plastique de Jad Shwery, un spectateur arabe ne tarde pas à laisser un commentaire d'indignation: "Êtes-vous en train de dire aux gens que nous n'avons aucune morale?"

Autre aspect déplaisant de la tentative Shwery: son désir trop mimétique. Il faut se rendre à l'évidence que Funky Arabs constitue une pâle copie des chansons américaines de hip-hop affublée de paroles insipides et de scènes pastichées; qu'elle reflète une contre-authenticité ratée au sens fort (c'est d'ailleurs la définition même de la contre-authenticité).

Finalement, si l'on pense que la culture du voile contredit le culte du corps, il y a méprise. Le voile est la production religieuse et culturelle suprême qui reconnaît le mieux le potentiel érotique du corps et la fonction créatrice-destructrice de la sexualité dont il est le seul support. Le voile est le reflet d'une sur-valorisation de la chair, je dirais même d'une obsession vis-à-vis du corps. Il n'en est aucunement la négation mais l'exaltation outrancière, jusqu'à la sacralité délétère.

Chaque culture surmonte la question du corps à sa manière. Le processus de socialisation (c'est-à-dire la transformation en objet social, plus qu'exclusivement personnel) du corps dans les sociétés arabo-musulmanes, conformément à un idéal de pureté et de pudeur, se limite très souvent à la sphère publique. Dans le privé, tous les excès, toutes les débauches sont halâl -- ou presque. Dans ce cas-là donc, Victoria's Secret constitue un secret au vrai sens du terme.

Jad Choueiri - Funky Arabs (lien alternatif vers youtube.com)


Print This Post Print This Post

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags:<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Research blogs