Dynamiques communautaires libanaises.

Propos recueillis le 5 mars 2010, au Havre (Normandie), France.

MN, né en 1982, grec-melkite catholique de la région de la Beqaa au Liban, et doctorant en informatique.

Les propos ci-après ont été recueillis à ma demande (insistante), après avoir les avoir entendu une première fois. C’est donc à moi que revient l’initiative de coucher cet événement sur du papier et de le partager avec le lecteur. Je traduis de l’arabe :

I. Perception de soi et d’autrui.

MN. J’étais avec des chiites dans un van allant du Hermel à Beyrouth (Hazmié plus précisément).

AS. Était-ce un van mixte ?

MN. Non, il n’y avait que des chiites, et j’étais le seul chrétien. Arrivés à Baalbeck, nous avons été pris dans un embouteillage monstre, et les chauffeurs de van étaient en train de se doubler l’un l’autre, l’un dépassant l’autre, puis l’autre prenant de l’avance, et partout à Baalbeck, comme tu les sais, les rues étaient sales. Si tu es un touriste étranger à Baalbeck, tu n’as qu’une envie, c’est celle de partir, parce qu’il n’y a pas d’hôtels, c’est sale et l’organisation est inexistante. C’est extrêmement dommage étant donné la valeur archéologique et l’histoire de la ville.

Au bout de quelque temps, l’un des passagers du van dit : Regarde toutes ces saletés, dans les régions chrétiennes comme Jounié, tu ne trouves pas cette saleté et ce manque d’organisation.

AS. L’a-t-il dit uniquement à son compagnon ou bien à l’attention de tout le monde ?

MN. Tout le van l’a entendu, ce qui veut dire qu’il assumait ce qu’il disait, et qu’il voulait que tout le monde l’entende.

AS. Penses-tu qu’il savait que tu étais chrétien ?

MN. Je ne pense pas, il ne pouvait pas savoir. [Je voudrais également confirmer qu’il est réellement impossible, à vue d’œil, de dire si MN est chrétien ou non] Donc, forcément, il l’a dit à l’adresse des chiites dans le van. Et personne n’a répliqué, ce qui veut dire que les autres en sont aussi persuadés, ou bien qu’ils acceptent cette idée.

Dans ce cas, l’autocritique pouvait être acceptée, parce qu’elle venait de l’intérieur de la communauté. Elle aurait été réprouvée si elle venait de l’extérieur.

II. Sur la tolérance accrue des Libanais expatriés envers les uns les autres

En France, tu acceptes davantage les musulmans qu’au Liban. Pourquoi ? Parce que, je pense, tu as moins le choix. Les Libanais à l’étranger sont moins nombreux, tu as besoin de parler avec des Libanais en France – ou ailleurs, selon là où tu te trouves. C’est comme un réflexe de minorité.

C’est un peu comme le proverbe arabe : « Mon frère et moi contre mon cousin, mon cousin et moi contre l’étranger ». Imagine que tu as un voisin dans ton village, à qui ne dis même pas le bonjour. Si tu le revois par hasard en ville, tu vas le saluer. C’est pareil à plus grande échelle : tu ne retiens que les choses partagées, comme la langue, la nourriture, l’histoire du pays, etc.

***

Je comprends très bien ce que mon interlocuteur a voulu dire. Qui de nous n’a pas vécu un tel moment ? Un sentiment immédiat de camaraderie, un lien réciproque qui se noue souvent entre les voyageurs venant d’un même pays, qui se trouvent loin de chez eux, et qui très vite partagent les mêmes observations à propos de leur différence vis-à-vis des gens locaux. Le moment qu’ils passent ensemble est extraordinaire, et leur conversation parvient à un degré profondément personnel – une intimité inhabituelle, une fraternité même.

Mais lorsque ces deux voyageurs se revoient dans leur cadre de vie habituel, il leur est difficile – à chacun – de comprendre, à nouveau, pourquoi ils avaient ressenti cette connexion profonde vis-à-vis l’un de l’autre. Cette deuxième rencontre sera fort amicale, cordiale, intéressante, mais rien de plus. Dépourvue de l’intensité et de la magie de la première fois.

Nous sommes tous victimes des effets de la relativité. La première fois, les deux voyageurs étaient des étrangers dans leur milieu ambiant, et chacun représentait pour l’autre la meilleure compagnie alternative possible. La « platitude » de la deuxième rencontre s’explique justement par le cadre « normal » et « plat » où elle a eu lieu.

C’est à travers les lentilles de la relativité que nous voyons le monde en permanence. Le caractère enchanté ou désenchanté du moment dépend entièrement des circonstances environnantes.

Ces dernières lignes sont reprises du livre de Dan Ariely, Predictably Irrational: The Hidden Forces that Shape Our Decisions, London, Harper Collins, 2009, p. 246-7.

Le relativisme culturel pour les Nuls.

new jersey lottery

Si l’Anthropologie ne devait choisir qu’un seul concept fondamental, parmi la panoplie de ceux qu’elle a engendrés, ce serait sans aucun doute le concept d’ethnocentrisme. L’attitude ethnocentrique consiste à juger la culture des autres selon nos propres standards culturels.

Il est difficile de fournir une définition de ce qu’est une culture; peut-être même n’y en a-t-il pas. Néanmoins on peut admettre qu’une culture est un ensemble de pratiques, de comportements, d’idées et de valeurs qui sont plus ou moins partagés, et à des degrés différents, par un groupe social déterminé. Elle est une création humaine consciente du Bien et du Mal, et évidemment orientée vers l’idée du Bien. C’est en fonction de cette conception particulière du Bien que se mettent en place les idées et les valeurs d’une culture. Dans un sens, la culture est également une “grille de jugement”, un ensemble de croyances par lesquelles l’être humain confère une valeur positive ou négative à telle action, à telle idée.

Au moment de juger, les idées du Bien et du Mal sont rarement négociables; elles sont, par un effet de spontanéité et d’immédiateté, prise comme des absolus. Notre “Bien culturel”, particulier, est automatiquement érigé en Bien absolu, valable pour tous, partout et toujours. Tel est, schématiquement, l’attitude ethnocentrique: juger la langue, les moeurs, la religion, le comportement, l’apparence physique d’autrui, par rapport à la langue, les moeurs, la religion, le comportement, et l’apparence physique de soi; appliquer les critères axiologiques (i.e. les normes qui permettent d’attribuer une valeur morale positive ou négative à une chose) d’un groupe culturel à un autre.

Deux remarques supplémentaires sur l’ethnocentrisme. 1- Il peut être individuel et collectif. Individuel: Un individu peut juger un autre individu par rapport à sa propre idée du Bien (par exemple, un mannequin peut ressentir du mépris vis-à-vis d’un obèse, parce qu’il représente le contraire même de son idéal esthétique). Collectif: Les habitants du 7ème arrondissement de Paris peuvent avoir un sentiment de supériorité vis-à-vis des habitants du “Neuf-Trois”. 2- Il peut fonctionner de manière réciproque. Pour certaines populations du Tiers-Monde, la supériorité de l’Occident ne fait aucun doute. L’ethnocentrisme est donc une manière de se juger soi-même comme supérieur ou inférieur à autrui. Tout jugement sur autrui est un jugement sur soi.

Parlons à présent de l’évolutionnisme. L’évolutionnisme est une conception unilinéaire de l’histoire: il n’y aurait qu’une seule histoire pour toutes les cultures. Le mot-clé de l’évolutionnisme est le progrès; l’enjeu: se rapprocher de la Civilisation parfaite. La pensée évolutionniste imagine un continuum linéaire représentant l’histoire, sur lequel les groupes culturels (les États, les individus) sont placés, de manière à “montrer” que les individus appartenant à certains groupes culturels sont “moins civilisés” et “moins développés” que d’autres.

Voici où le relativisme entre en scène. “L’évolutionnisme relève d’une attitude ethnocentrique, dit-il. Il faut juger chaque culture par rapport à ses propres valeurs, plutôt que celles des autres”. Chaque culture est un monde en soi; les valeurs et le sens qu’elle a produits ne peuvent être compréhensibles que par rapport à l’histoire spécifique de cette culture. Deux difficultés cependant: 1- Le problème du jugement: juger ou ne pas juger la raison d’être du voile? juger ou ne pas juger la pratique de l’excision? 2- Le relativisme a des relents culturalistes.

Le culturalisme est une définition de la culture de type objectiviste.  La culture est représentée comme un ensemble de traits ou d’éléments culturels dotés d’un caractère d’objectivité. L’identité ethnique est ainsi déterminée à l’aide d’une “checklist” de caractéristiques comportementales et langagières dont il faut faire preuve. C’est une définition extrêmement rigide, et essentialiste sur les bords, de l’identité.

Voici donc les dangers de la doctrine relativiste. Les cultures sont souvent stigmatisées, figées dans le temps et l’espace. Le racisme peut être évolutionniste comme il peut être relativiste. Le racisme évolutionniste consiste à croire en l’inégalité des races ou des cultures en matière d’intelligence, de technologie, de science, d’esthétique. Le racisme relativiste est plus subtile. Il ne croit pas principalement en l’inégalité des races, mais procède d’un relativisme poussé à son paroxysme. En vertu même du principe qui nous intime de prendre les cultures pour ce qu’elle sont en elles-mêmes, et de les juger par rapport à elles-mêmes, le racisme relativiste conçoit que les cultures doivent “rester elles-mêmes”, c’est-à-dire “chez elles”, et pour être encore plus clair: de ne pas se mélanger aux autres cultures.

Le racisme relativiste n’est pas principalement préoccupé par la question de la hiérarchie entre les races, les États, ou les cultures. Égalité factice donc, et séparation. Chacun “fait chambre à part” au nom d’un relativisme absolu au nom d’un idéal de “pureté”, d'”intégrité”, d”authenticité”, d'”autochtonie”.

Le relativisme culturel risque donc d’équivaloir à l’ethnocentrisme en ce qu’il contribue parfois à instituer des perceptions essentialistes de la différence.