Francophone et fier de l’être?

Je prie la France de me pardonner.

Et j’espère que le lecteur me pardonnera le ton subjectif qui imprègne ce billet. Mais je tenterai, au bout du compte, de fournir quelques éléments pour une auto-analyse.

Lors d’une entrevue avec un haut fonctionnaire du Ministère des Affaires étrangères, au Quai d’Orsay, celui-ci m’informe qu’une équipe de journalistes recherche des francophones non français pour s’exprimer sur la francophonie dans le cadre d’un reportage, et me demande — étant donné mon profil semble-t-il idéal — s’il m’intéresserait d’y prendre part. Hélas, il est parfois des réflexes de sociologue qui l’emportent sur les réflexes du francophone. Je prends donc un temps pour répondre, et mes paroles achèvent de dissiper le doute que présage ma moue hésitante: “Non, je ne suis pas vraiment intéressé…”

Je voudrais confesser d’emblée que j’ai été le premier surpris de ce refus. Non que je ne l’aie pas fait exprès (parce que j’étais certain, au fond, que je ne voulais pas faire cette interview), mais parce que je ne me croyais jamais pouvoir m’avouer à moi-même, mon profond scepticisme vis-à-vis de l'”idéologie de la francophonie”.

N’est-ce pas une réaction étrange, inattendue, de la part d’un francophone bien trempé? Car, il faut le dire, je suis quand même un pur produit de l’éducation française, et laïque (à l’étranger, au cas où je n’étais pas assez clair). À l’école et au collège, non seulement la France nous était familière, mais encore il nous paraissait si évident qu’elle soit aussi présente parmi nous, “chez nous”. D’ailleurs, tel est sans doute le problème, ou une grande partie du problème: notre relation était trop fusionnelle, trop affective. Il y a des couples qui finissent comme ça: à cause d’un trop-plein d’amour.

Il y a deux raisons, qui me viennent à l’esprit, pour lesquelles j’ai refusé. La première, c’est parce que je l’ai déjà fait, et je crains d’être redondant avec moi-même. En effet, j’avais déjà été interviewé précisément sur ce même sujet il y a longtemps (j’avais 17 ans), à l’occasion d’un sommet de la francophonie. On m’avait demandé: “C’est quoi, pour vous, la francophonie?” Question de base. Je ne me souviens plus exactement ce que je leur avais répondu, mais je leur ai dit que, pour moi, la francophonie allait de soi, et que, depuis ma tendre enfance jusqu’à mes 16 ans, parler le français était l’acte le plus spontané, le plus naturel qui soit.

Cette nouvelle est “francophoniquement” réjouissante (et mes intervieweurs en étaient effectivement réjouis), mais la face cachée de ma francophonie était, hélas, peu réjouissante. C’est ce que je n’appris qu’à l’âge de 18 ans, à la sortie du lycée. Confronté à ma société et à ma culture, je devenais peu à peu conscient, non de ce que j’étais (ce serait essentialiser une identité assumée), mais de ce que je n’étais pas. Il a fallu donc arracher le cordon ombilical. Apprendre — ou plutôt réapprendre — ma langue “maternelle”, assumer une société et une culture — les miennes — qui, malgré leur omniprésence, m’avaient constamment été tenues à distance.

Cette première raison est cependant un faux-fuyant. La vraie raison — et c’est la deuxième — est que j’en veux à mon éducation (je ne généralise pas) francophone, et francophile, d’avoir infériorisé et, en quelque sorte, d’avoir “snobé” ma langue maternelle; d’avoir érigé le français en lieu et place de ma langue maternelle, jusqu’à la supplanter presqu’entièrement. Il n’est guère drôle de réapprendre sa langue maternelle à l’âge de 18 ans.

J’ai donc refusé parce que j’avais un compte à régler avec la francophonie. Parce que je lui en voulais. Mais aussi parce qu’entre-temps je suis devenu sociologue, et qu’une nouvelle sensibilité s’est surajoutée à ma sensibilité francophone. Parce que je ne regarde plus la francophonie avec le coeur, mais avec l’intellect. Le coeur vit dans l’enchantement, l’intellect déconstruit et désillusionne. Quelle rabat-joie aurais-je été, lors de cette interview, en disant, contre tout affect et toute poésie: “L’anglais est la langue du pouvoir, et le français celle du contre-pouvoir; l’anglais la langue de l’action, le français celle de la réaction”? Ou encore, que la francophonie est la nouvelle arme culturelle, politique et économique — surtout économique — contre la suprématie anglo-américaine? J’ai hâte que les Postcolonial studies (qui commencent à s’infiltrer en France… 20 ans plus tard) s’emparent de la “Francophonie”.

Le réflexe a voulu que je ne participe pas à cette interview, et c’est d’ailleurs tant mieux ainsi. Je n’aurais pas dit ce qu’on voulait entendre! Suis-je donc francophone et fier de l’être? Francophone, absolument, de coeur et d’esprit. Mais pas fier de l’être. Je déteste la “fierté d’être”, c’est une forme de racisme.

Le multiculturalisme, ça vous chante?

Malgré son style improvisé et sa mélodie artisanale, une petite chanson peut parfois provoquer de graves polémiques. Je vous laisse découvrir un “hit single” écrit et composé en 2007 par Philippe Gouin, un policier de la ville de Montréal en réaction au débat autour de la notion d'”accommodement raisonnable” au Québec. Un bon complément à mon billet du 21 février 2010.

Titre: “Accommodements raisonnables” (apparaît parfois sous le titre: “Ça commence à faire, là”).

Accommodements raisonnables (youtube.com)

Paroles:

On pense que ça commence à faire là
On pense qu’on a assez ri de nous autres là
Pis pour ceux qui n’seraient pas contents
Crissez-moé vot’camp

On veut ben accepter des ethnies
Mais non pas à n’importe quel prix
Si tu veux t’joindre à notre beau pays
Tu devras faire certains compromis

Lorsqu’accueilli dans une place
Il faut se fondre à la masse
Parce qu’on peut dire qu’ici tu es bien
Plus que d’où tu d’viens

On peut maintenant porter le Kirpan
Parce que nous autres on est tolérants
Changer les règles du YMCA
Pis un coup parti, du CLSC

Nous sommes nous fracturé la raison
Pour les caprices de chaque religion
Vos accommodements raisonnables
On n’est pu capable

Y a des limites à s’faire chier dessus
Par une minorité de trous d’culs
Si tu n’es pas content de ton sort
Y a juste un endroit qui’ è l’aéroport

Toi ma minorité ethnique
Arrête un peu ta musique
Sinon dans ces cas-là tu devras
Retourner chez toi (x 2)

Les Arabes vus par les Américains.

Voici quelques observations personnelles que j’ai retenues après avoir visionné quatre films américains récents — et de bons films par ailleurs — sur le Moyen-Orient : Syriana (2005), The Kingdom (2007), Charlie Wilson’s War (2007), et Body of Lies (2008). Charlie Wilson’s War évoque l’Afghanistan et ne concerne pas les Arabes, mais la substance — et la morale de l’histoire — reste la même. Pour Hollywood, la différence pratique entre un Arabe et un Musulman ne semble pas exister. Mais allons au vif du sujet; voici une image de l’Orient musulman vue par les films américains.

  • Les agents secrets américains (Di Caprio, Clooney) sont de vrais héros. Ils ont de la finesse, de la subtilité, ils sont de remarquables hommes de terrain, ils connaissent aisément la langue locale, savent évidemment aborder les indigènes, et surtout les femmes locales, qui tombent aisément sous leur charme. En quelque sorte, ils sont parfaits, comme Tintin dans ses aventures. Mais ils ont toujours un problème avec leur femme, de laquelle ils sont généralement divorcés ou séparés (c’est pour ça d’ailleurs qu’ils draguent les locales — mais, manque de bol, tout le monde surveille tout le monde !).
  • Leurs hommes de main des Américains sont toujours des locaux. L’Américain endosse la position d’autorité, et l’indigène celle du subordonné. S’ils sont là, c’est pour rendre service à l’Américain, qui, lui, fait les choses correctement. Ils récoltent des informations dont ils ignorent presque toujours la valeur, alors que les Américains savent tout en un clic : tout est dans la boîte, tout est informatisé, photos, noms, adresses, informations confidentielles, chiffres. Ajoutons finalement que les les événements inconnus de l’histoire officielle sont de notoriété publique pour nos agents.
  • Les Américains font des briefings avant de passer à l’action, ils opèrent à travers des institutions, des avocats, des conseils politiques, des comités. Ils votent, ils sont organisés, ils ont de l’argent. Ils sont efficaces. Ils ne comprennent pas toujours les répercussions de leurs actions (militaires, économiques, politiques) en terre conquise, mais, ils le font tellement bien, et avec combien de méthode ! Avec tout cet étalage de rationalité, autant croire qu’ils ont raison !
  • Le Moyen-Orient, c’est toujours le chaos. Et pas seulement en matière de politique et de conflit (car c’est bien pour ça qu’on l’étudie, non ?). Les villes sont blanches, sableuses, asphyxiantes, et moches; toutes pareilles. Les indigènes sont tous habillés pareils : keffieh, costume blanc immaculé, foulard, voile, sandales, etc. Comme des bédouins. Tout le monde est pareil, pas d’élégance, pas de charisme; pas d’individuation, dirions-nous en langage sociologique. Même quand ils portent le costard, ils n’égalent pas la mise de l’Américain : rien à voir avec son costume bien taillé, un à deux boutons (car trois c’est trop commun), joli revers évidemment, single-vent de préférence, belle chemise, solide noeud de cravate. Les indigènes, c’est une populace de miséreux conformistes dont le raffinement vestimentaire semble absent (sauf quelques émirs “modernistes”).
  • Il ne fait pas si bon vivre dans l’Orient musulman; je dirais même plus, la vie est difficile. Le quotidien est tendu, contrairement au confort de la vie américaine affiché dans les films. Elle n’est pas drôle, la vie, pour les indigènes de cette partie du monde. La violence est partout. La pression sociale est immense. Ils sont désordonnés, font beaucoup de bruit pour rien — de vrais barbares, quoi, champions dans les fanfaronnades, mais ne donnent pas de résultats efficaces. Sauf quand il s’agit de kidnapper un Occidental, et de le torturer. Ne sont-ils pas pathétiques dans cette scène où ils jouent au base-ball avec des planches de bois de circonstance ?
  • Les “indigènes” ont besoin des Américains pour sauvegarder leur propre sécurité, et pour se débarrasser des islamistes (noble tâche, cela dit).
  • Ils peuvent être riches, mais ils restent barbares, au bout du compte.
  • N’est-il pas non plus remarquable que les indigènes qui ont un doctorat se font assassiner à chaque fois (qu’ils soient des princes ou des “roturiers”) ?
  • Les Américains font de la natation, du squash ; ils sont athlétiques, ils sont fit. Les Arabes sont gros, adipeux, lents, indolents. Ce qui me rappelle un film israélien, La visite de la Fanfare (2007). Mais qu’est-ce qu’ils sont lents ces Arabes ! Ils s’expriment lentement, mal ; qu’est-ce qu’ils sont coincés ! Contrairement à l’Israélienne, qui est belle bien sûr, mais aussi pétillante, intéressante, et « à l’aise ».
  • On aurait bien aimé voir plusieurs types de musulmans. Mais on ne voit que des islamistes, fanatiques et arriérés, obsédés par l’islam, le Coran, et la guerre sainte. En somme, disent ces films, ce sont eux qui ont commencé par le clash des civilisations. Les USA ne ripostent que par légitime défense. Légitime, certes, parce qu’en plus l’ennemi refuse les nobles valeurs du libéralisme et de la laïcité.
  • Les films montrent volontiers “l’autre islam”, celui dont les musulmans n’aiment pas parler : on boit de l’alcool en cachette, on s’autorise des strip-teaseuses, mais on fait sa prière.
  • Admettons cependant qu’il est vrai qu’aux Emirats Arabes Unis, les travailleurs immigrés sont traités comme du bétail, et que les conditions d’accueil des étrangers en Occident y sont de loin préférables.
  • Les films en question ont le mérite d’avoir un peu d’auto-critique vis-à-vis des gouvernements américains. Le responsable haut placé qui dit : “We want a pro-secular, pro-Western, pro-business government”. Et plus loin : “C’est dans l’intérêt national des États-Unis de faire du business partout dans le monde, sous le couvert de la liberté et de la paix”.

Joyeux Noël! Pardon, Joyeuses Fêtes!

tennessee lottery

Le “Joyeux Noël” n’est décidément plus prophète en son pays. Il est même devenu tabou de le prononcer. Il n’est pas encore illégal, mais il risque en tout cas de faire de vous un fanatique, un dur, un tradi. On lui préfère donc le “Joyeuses Fêtes”, plus neutre, plus apaisant.

Cela dit, je suis heureux que nous soyons en France, et que nous parlions français. Dans d’autres pays “modernes” et “démocratiques”, respectant les “libertés individuelles”, notre impérieuse conscience laïque aurait été confrontée à un sérieux dilemme. En Espagne, nous aurions été obligés de proférer en public le très tendancieux “Feliz Navidad”; en Italie, le subversif “Buon Natale”. Sans oublier le “Feliz Natal” portugais. Point d’allusion explicite à une Nativité en langue française, heureusement. À moins d’être vraiment bon en étymologie. Mais pensez-y, en terre anglo-américaine, nous aurions été contraints de dire “Christmas”. Coup de bol, nous pouvons nous déculpabiliser grâce à “Xmas”. En allemand, c’est pire: “Weihnachten” signifie littéralement les nuits bénies, ou sacrées.

Autour de la Saint-Sylvestre, l’ambiance est, Dieu merci, plus décomplexée. Nous pouvons nous souhaiter une bonne année sans tourmenter notre conscience laïque (la mienne tente à l’instant de me persuader de supprimer la majuscule de N/nativité; d’ailleurs, soyons clairs, quand je dis St-Sylvestre, j’entends le 31 décembre). Tant que nous évitons de rappeler de quel calendrier il s’agit.

Tout compte fait, ce n’est pas que le “Joyeux Noël” n’est plus prophète en son pays. Il est toujours prophétique, mais ce n’est plus son pays.

——————————————————

Note. Une lectrice espagnole vient de m’informer que le “Felices Fiestas” est de plus en plus utilisé en Espagne. Le modèle français fait des émules, on dirait.

Au Nègre Joyeux.

22h30, place de la Contrescarpe, Paris 5ème. Un noctambule, éméché mais souriant, m’arrête et me demande: “Voulez-vous voir quelque chose de révoltant? Regardez, vous voyez le panneau qui est là-haut? Il est écrit: “Au Nègre Joyeux”. N’est-ce pas révoltant, n’est-ce pas choquant?”

Effectivement, le flâneur aura l’occasion d’admirer, au premier étage du 14, rue Mouffetard (il s’agit d’une ancienne chocolaterie), un curieux cadre surmonté d’une enseigne…

aunegrejoyeux75005
GoogleMap
negrejoyeux
http://www.flickr.com/photos/9817122@N05/3278248404/

Le problème n’est cependant pas le mot “nègre” en soi — lequel provient du latin “niger”, qui signifie tout simplement “noir, de couleur noire, qui a la peau noire” –, mais l’usage qui en a été fait au cours des siècles et qui lui a assigné cette connotation déplaisante: le fait de traiter les noirs comme des esclaves, ou au mieux des subalternes.

Mais un plus grand problème apparaît: faut-il dire “noir” ou “de couleur”? À mon avis, l’appellation importe moins que l’intention sous-jacente à l’usage du mot. Je trouve que l’appellation “de couleur” sous-entend toujours “je ne suis pas de couleur, tu es de couleur”, ce qui est totalement absurde et hypocrite. D’abord, tous les êtres humains sont de couleur, et ensuite, la dichotomie noir/non-noir (ou noir/blanc) persiste. À quoi bon donc se réfugier dans le politiquement correct si nos intentions ne suivent pas?

Pour une géopolitique des Visas.

kentucky lottery

Les visas reçoivent peu d’attention de la part des (géo)politologues. Je voudrais ici plaider pour la constitution du visa comme objet de science légitime. Le système d’octroi des visas (et leur refus) reflète les rapports de force entre les pays, et explique certains aspects des relations internationales.

Le visa est une autorisation d’entrée, de séjour, ou de travail que les instances diplomatiques d’un pays délivrent à des ressortissants étrangers. En sus de sa signification diplomatique, ce document possède une signification politique. Les détenteurs d’un passeport états-unien peuvent visiter 155 pays sans visa, ou avec un visa délivré à l’entrée, ainsi que cette carte le montre:

Géopolitique du passeport états-unien.

Voici à présent la géopolitique de quelques passeports des pays du “Nord” et du “Sud”, qui nous donne une idée de l’ordre mondial :

Géopolitique du passeport français.
Géopolitique du passeport australien.
Géopolitique du passeport britannique.
Géopolitique du passeport israélien.
Géopolitique du passeport russe.
Géopolitique du passeport mexicain.
Géopolitique du passeport chinois.
Géopolitique du passeport colombien.
Géopolitique du passeport indien.
Géopolitique du passeport irakien.
Géopolitique du passeport saoudien.