Les racines profondes du racisme.

Voici une petite vidéo qui m’a été envoyée il y a quelque temps déjà, et que je viens de retrouver par hasard. Il s’agit d’une expérience simple, mais parlante, faite avec des enfants noirs américains, à qui l’on demande d’abord de s’identifier “racialement” et d’identifier “le Blanc”, puis de lier cette identification à une valeur sociale. À voir:

A conversation about race (click to view).

Francophone et fier de l’être?

Je prie la France de me pardonner.

Et j’espère que le lecteur me pardonnera le ton subjectif qui imprègne ce billet. Mais je tenterai, au bout du compte, de fournir quelques éléments pour une auto-analyse.

Lors d’une entrevue avec un haut fonctionnaire du Ministère des Affaires étrangères, au Quai d’Orsay, celui-ci m’informe qu’une équipe de journalistes recherche des francophones non français pour s’exprimer sur la francophonie dans le cadre d’un reportage, et me demande — étant donné mon profil semble-t-il idéal — s’il m’intéresserait d’y prendre part. Hélas, il est parfois des réflexes de sociologue qui l’emportent sur les réflexes du francophone. Je prends donc un temps pour répondre, et mes paroles achèvent de dissiper le doute que présage ma moue hésitante: “Non, je ne suis pas vraiment intéressé…”

Je voudrais confesser d’emblée que j’ai été le premier surpris de ce refus. Non que je ne l’aie pas fait exprès (parce que j’étais certain, au fond, que je ne voulais pas faire cette interview), mais parce que je ne me croyais jamais pouvoir m’avouer à moi-même, mon profond scepticisme vis-à-vis de l'”idéologie de la francophonie”.

N’est-ce pas une réaction étrange, inattendue, de la part d’un francophone bien trempé? Car, il faut le dire, je suis quand même un pur produit de l’éducation française, et laïque (à l’étranger, au cas où je n’étais pas assez clair). À l’école et au collège, non seulement la France nous était familière, mais encore il nous paraissait si évident qu’elle soit aussi présente parmi nous, “chez nous”. D’ailleurs, tel est sans doute le problème, ou une grande partie du problème: notre relation était trop fusionnelle, trop affective. Il y a des couples qui finissent comme ça: à cause d’un trop-plein d’amour.

Il y a deux raisons, qui me viennent à l’esprit, pour lesquelles j’ai refusé. La première, c’est parce que je l’ai déjà fait, et je crains d’être redondant avec moi-même. En effet, j’avais déjà été interviewé précisément sur ce même sujet il y a longtemps (j’avais 17 ans), à l’occasion d’un sommet de la francophonie. On m’avait demandé: “C’est quoi, pour vous, la francophonie?” Question de base. Je ne me souviens plus exactement ce que je leur avais répondu, mais je leur ai dit que, pour moi, la francophonie allait de soi, et que, depuis ma tendre enfance jusqu’à mes 16 ans, parler le français était l’acte le plus spontané, le plus naturel qui soit.

Cette nouvelle est “francophoniquement” réjouissante (et mes intervieweurs en étaient effectivement réjouis), mais la face cachée de ma francophonie était, hélas, peu réjouissante. C’est ce que je n’appris qu’à l’âge de 18 ans, à la sortie du lycée. Confronté à ma société et à ma culture, je devenais peu à peu conscient, non de ce que j’étais (ce serait essentialiser une identité assumée), mais de ce que je n’étais pas. Il a fallu donc arracher le cordon ombilical. Apprendre — ou plutôt réapprendre — ma langue “maternelle”, assumer une société et une culture — les miennes — qui, malgré leur omniprésence, m’avaient constamment été tenues à distance.

Cette première raison est cependant un faux-fuyant. La vraie raison — et c’est la deuxième — est que j’en veux à mon éducation (je ne généralise pas) francophone, et francophile, d’avoir infériorisé et, en quelque sorte, d’avoir “snobé” ma langue maternelle; d’avoir érigé le français en lieu et place de ma langue maternelle, jusqu’à la supplanter presqu’entièrement. Il n’est guère drôle de réapprendre sa langue maternelle à l’âge de 18 ans.

J’ai donc refusé parce que j’avais un compte à régler avec la francophonie. Parce que je lui en voulais. Mais aussi parce qu’entre-temps je suis devenu sociologue, et qu’une nouvelle sensibilité s’est surajoutée à ma sensibilité francophone. Parce que je ne regarde plus la francophonie avec le coeur, mais avec l’intellect. Le coeur vit dans l’enchantement, l’intellect déconstruit et désillusionne. Quelle rabat-joie aurais-je été, lors de cette interview, en disant, contre tout affect et toute poésie: “L’anglais est la langue du pouvoir, et le français celle du contre-pouvoir; l’anglais la langue de l’action, le français celle de la réaction”? Ou encore, que la francophonie est la nouvelle arme culturelle, politique et économique — surtout économique — contre la suprématie anglo-américaine? J’ai hâte que les Postcolonial studies (qui commencent à s’infiltrer en France… 20 ans plus tard) s’emparent de la “Francophonie”.

Le réflexe a voulu que je ne participe pas à cette interview, et c’est d’ailleurs tant mieux ainsi. Je n’aurais pas dit ce qu’on voulait entendre! Suis-je donc francophone et fier de l’être? Francophone, absolument, de coeur et d’esprit. Mais pas fier de l’être. Je déteste la “fierté d’être”, c’est une forme de racisme.

Assimilez-vous, rassimilez-vous qu’ils disaient!

C’est le retour de Zemmour.

Dans mon billet du 17 décembre 2009 intitulé “Retour sur l’idée d’assimilation“, j’ai tenté de faire un commentaire sociologique en réaction à une tribune de M. Éric Zemmour publiée quelques jours auparavant dans Le Figaro Magazine.

Encore un dérapage intéressant de M. Éric Zemmour à signaler dernièrement. Cela s’est passé sur le plateau de l’émission de Thierry Ardisson Salut les Terrains, le samedi 6 mars 2010, lors d’une escarmouche verbale avec la militante antiraciste Rokhaya Diallo (qui a un blog fort intéressant, par ailleurs). L’info a été retransmise par Le Journal du Dimanche; vous pouvez retrouver un petit résumé ainsi que la vidéo ici (vraiment hilarant).

Si vous aimez les polémiques comme moi, vous lirez aussi l’interview à chaud de M. Éric Zemmour par la rédaction du Post à propos de cet incident (vu 172019 fois et 603 commentaires au 10/3/2010, quand même!). Il faut dire que ce n’est pas la première fois que de tels différends arrivent sur le plateau de M. Thierry Ardisson. Vive la télé!

Qu’il est facile de se proclamer tel ou tel, mais les revendications identitaires nous prouvent toujours qu’elles sont relatives, c’est-à-dire qu’elles s’expriment immanquablement en réaction à l’Autre, face à la différence perçue. La France est un pays chrétien nous dit M. Zemmour (d’ascendance algérienne berbère juive). Chacun a droit à ses propres opinions, bien entendu, mais je vois mal cet énoncé courir les rues dans les années 1960 et 1970; il me semble qu’il est plus accepté aujourd’hui qu’hier — indépendamment de sa véracité ou de sa non-véracité.

Lorsqu’on parlait de France chrétienne quelques décennies auparavant, on se faisait rappeler l’impératif de laïcité par les laïcards, et lorsqu’on en parle aujourd’hui, on se fait certes toujours un peu taxer de “réac sur les bords”, mais, me semble-t-il, un tantinet moins qu’avant.

Souvenez-vous, Samuel Huntington aussi avait peur de la “désunion de l’Amérique” (voir mon billet du 7 décembre 2009). Le morcellement des nations nous promet un grand nombre de problématiques intéressantes.

Dynamiques communautaires libanaises.

Propos recueillis le 5 mars 2010, au Havre (Normandie), France.

MN, né en 1982, grec-melkite catholique de la région de la Beqaa au Liban, et doctorant en informatique.

Les propos ci-après ont été recueillis à ma demande (insistante), après avoir les avoir entendu une première fois. C’est donc à moi que revient l’initiative de coucher cet événement sur du papier et de le partager avec le lecteur. Je traduis de l’arabe :

I. Perception de soi et d’autrui.

MN. J’étais avec des chiites dans un van allant du Hermel à Beyrouth (Hazmié plus précisément).

AS. Était-ce un van mixte ?

MN. Non, il n’y avait que des chiites, et j’étais le seul chrétien. Arrivés à Baalbeck, nous avons été pris dans un embouteillage monstre, et les chauffeurs de van étaient en train de se doubler l’un l’autre, l’un dépassant l’autre, puis l’autre prenant de l’avance, et partout à Baalbeck, comme tu les sais, les rues étaient sales. Si tu es un touriste étranger à Baalbeck, tu n’as qu’une envie, c’est celle de partir, parce qu’il n’y a pas d’hôtels, c’est sale et l’organisation est inexistante. C’est extrêmement dommage étant donné la valeur archéologique et l’histoire de la ville.

Au bout de quelque temps, l’un des passagers du van dit : Regarde toutes ces saletés, dans les régions chrétiennes comme Jounié, tu ne trouves pas cette saleté et ce manque d’organisation.

AS. L’a-t-il dit uniquement à son compagnon ou bien à l’attention de tout le monde ?

MN. Tout le van l’a entendu, ce qui veut dire qu’il assumait ce qu’il disait, et qu’il voulait que tout le monde l’entende.

AS. Penses-tu qu’il savait que tu étais chrétien ?

MN. Je ne pense pas, il ne pouvait pas savoir. [Je voudrais également confirmer qu’il est réellement impossible, à vue d’œil, de dire si MN est chrétien ou non] Donc, forcément, il l’a dit à l’adresse des chiites dans le van. Et personne n’a répliqué, ce qui veut dire que les autres en sont aussi persuadés, ou bien qu’ils acceptent cette idée.

Dans ce cas, l’autocritique pouvait être acceptée, parce qu’elle venait de l’intérieur de la communauté. Elle aurait été réprouvée si elle venait de l’extérieur.

II. Sur la tolérance accrue des Libanais expatriés envers les uns les autres

En France, tu acceptes davantage les musulmans qu’au Liban. Pourquoi ? Parce que, je pense, tu as moins le choix. Les Libanais à l’étranger sont moins nombreux, tu as besoin de parler avec des Libanais en France – ou ailleurs, selon là où tu te trouves. C’est comme un réflexe de minorité.

C’est un peu comme le proverbe arabe : « Mon frère et moi contre mon cousin, mon cousin et moi contre l’étranger ». Imagine que tu as un voisin dans ton village, à qui ne dis même pas le bonjour. Si tu le revois par hasard en ville, tu vas le saluer. C’est pareil à plus grande échelle : tu ne retiens que les choses partagées, comme la langue, la nourriture, l’histoire du pays, etc.

***

Je comprends très bien ce que mon interlocuteur a voulu dire. Qui de nous n’a pas vécu un tel moment ? Un sentiment immédiat de camaraderie, un lien réciproque qui se noue souvent entre les voyageurs venant d’un même pays, qui se trouvent loin de chez eux, et qui très vite partagent les mêmes observations à propos de leur différence vis-à-vis des gens locaux. Le moment qu’ils passent ensemble est extraordinaire, et leur conversation parvient à un degré profondément personnel – une intimité inhabituelle, une fraternité même.

Mais lorsque ces deux voyageurs se revoient dans leur cadre de vie habituel, il leur est difficile – à chacun – de comprendre, à nouveau, pourquoi ils avaient ressenti cette connexion profonde vis-à-vis l’un de l’autre. Cette deuxième rencontre sera fort amicale, cordiale, intéressante, mais rien de plus. Dépourvue de l’intensité et de la magie de la première fois.

Nous sommes tous victimes des effets de la relativité. La première fois, les deux voyageurs étaient des étrangers dans leur milieu ambiant, et chacun représentait pour l’autre la meilleure compagnie alternative possible. La « platitude » de la deuxième rencontre s’explique justement par le cadre « normal » et « plat » où elle a eu lieu.

C’est à travers les lentilles de la relativité que nous voyons le monde en permanence. Le caractère enchanté ou désenchanté du moment dépend entièrement des circonstances environnantes.

Ces dernières lignes sont reprises du livre de Dan Ariely, Predictably Irrational: The Hidden Forces that Shape Our Decisions, London, Harper Collins, 2009, p. 246-7.

Le multiculturalisme, ça vous chante?

Malgré son style improvisé et sa mélodie artisanale, une petite chanson peut parfois provoquer de graves polémiques. Je vous laisse découvrir un “hit single” écrit et composé en 2007 par Philippe Gouin, un policier de la ville de Montréal en réaction au débat autour de la notion d'”accommodement raisonnable” au Québec. Un bon complément à mon billet du 21 février 2010.

Titre: “Accommodements raisonnables” (apparaît parfois sous le titre: “Ça commence à faire, là”).

Accommodements raisonnables (youtube.com)

Paroles:

On pense que ça commence à faire là
On pense qu’on a assez ri de nous autres là
Pis pour ceux qui n’seraient pas contents
Crissez-moé vot’camp

On veut ben accepter des ethnies
Mais non pas à n’importe quel prix
Si tu veux t’joindre à notre beau pays
Tu devras faire certains compromis

Lorsqu’accueilli dans une place
Il faut se fondre à la masse
Parce qu’on peut dire qu’ici tu es bien
Plus que d’où tu d’viens

On peut maintenant porter le Kirpan
Parce que nous autres on est tolérants
Changer les règles du YMCA
Pis un coup parti, du CLSC

Nous sommes nous fracturé la raison
Pour les caprices de chaque religion
Vos accommodements raisonnables
On n’est pu capable

Y a des limites à s’faire chier dessus
Par une minorité de trous d’culs
Si tu n’es pas content de ton sort
Y a juste un endroit qui’ è l’aéroport

Toi ma minorité ethnique
Arrête un peu ta musique
Sinon dans ces cas-là tu devras
Retourner chez toi (x 2)