Les Arabes ont des filles sexy.

Dans un monde mondialisé, tyrannisé par l’image et les exigences de la cool attitude, les Arabes peinent à se tailler une place honorable. Dans mon billet du 30 décembre 2009, “Les Arabes vus par les Américains”, j’ai résumé une image des Arabes telle qu’elle est apparue dans des films hollywoodiens récents ayant connu un grand succès au box office. Bien avant le 11 septembre 2001, et que ce soit pour des causes directes ou indirectes, les médias internationaux n’ont pas réussi à diffuser une image des Arabes dans laquelle ces derniers pouvaient se reconnaître.

Si l’époque 1500-2000 était celle de l’écrit, la période de “l’an mil qui vient après l’an mil” est pour sûr celle de l’image — et jusqu’à présent celle des canons de beauté de type anglo-saxon.

Jad Shwery, un chanteur libanais visiblement révolté par ce nouvel ordre mondial de l’image, entreprend de prouver au monde (entendre: l’Occident), dans le vidéo-clip de sa chanson Funky Arabs que les Arabes ne sont pas tous mal rasés; qu’ils ne sont pas tous barbus, ventripotents à la limite de l’obésité, et  qu’ils ne portent pas tous le keffieh et la ‘abâya. Non. Il y a des Arabes beaux gosses, démontre-t-il; des mâles — des vrais — qui se maintiennent en bonne forme physique, qui se soignent les cheveux et les ongles. Pour prendre un exemple au hasard: Jad Shwery lui-même, figure de proue de la métrosexualité arabe.

“Et en plus, leurs femmes sont voilées!”, penseront quelques-uns.La vidéo est inaugurée par une Arab (fake) Blondie langoureuse qui se dandine dans un cadre on ne peut plus glamour et bling bling. We’ve got sexy girls! Vers la fin du clip, l’excès de corps, si ostensiblement mis en scène, frisant la débauche, se veut faire un pied de nez monumental à la culture du voile “injustement” attribuée aux Arabes (ça se discute). Eh bien non, s’acharne Jad Shwery, we can be hot too, yes we can! De même, la Botox-mania et l’addiction à la chirurgie esthétique, symptômes victimaires par excellence, sont exaltées comme des signes de modernité, voire d’émancipation. Esclavagisé par l’image et fier de l’être.

Le sentiment arabe d’injustice est compréhensible, aussi bien en matière de politique internationale qu’en matière d’image de marque internationale. Notre chanteur libanais n’est pas le premier à avoir eu cette réaction d’auto-justification vis-à-vis de cette double injustice. Il est, en revanche, le premier à l’avoir concrétisée devant le monde de manière originale.

Les dernières lignes de mon billet du 8 juillet 2010, “Le féminisme musulman est-il un féminisme voilé?”, s’interrogent sur l’échelle des valeurs qui sous-tend la notion de beauté dans les sociétés arabo-musulmanes où le religieux est ultra-institutionnalisé — une notion éminemment culturelle et religieuse. En effet, le moralisme sécrété par la religiosité “ultra” affecte les représentations sociétales du beau. La “beauté morale” de la femme, ou plus précisément une apparence de conduite vertueuse, reste un requis fondamental dans les sociétés arabo-musulmanes. Bien sûr, les formes d’hypocrisie sont le propre de toutes les sociétés, mais les exceptions finissent toujours par confirmer la règle. En réaction à l’esthétisme plastique de Jad Shwery, un spectateur arabe ne tarde pas à laisser un commentaire d’indignation: “Êtes-vous en train de dire aux gens que nous n’avons aucune morale?”

Autre aspect déplaisant de la tentative Shwery: son désir trop mimétique. Il faut se rendre à l’évidence que Funky Arabs constitue une pâle copie des chansons américaines de hip-hop affublée de paroles insipides et de scènes pastichées; qu’elle reflète une contre-authenticité ratée au sens fort (c’est d’ailleurs la définition même de la contre-authenticité).

Finalement, si l’on pense que la culture du voile contredit le culte du corps, il y a méprise. Le voile est la production religieuse et culturelle suprême qui reconnaît le mieux le potentiel érotique du corps et la fonction créatrice-destructrice de la sexualité dont il est le seul support. Le voile est le reflet d’une sur-valorisation de la chair, je dirais même d’une obsession vis-à-vis du corps. Il n’en est aucunement la négation mais l’exaltation outrancière, jusqu’à la sacralité délétère.

Chaque culture surmonte la question du corps à sa manière. Le processus de socialisation (c’est-à-dire la transformation en objet social, plus qu’exclusivement personnel) du corps dans les sociétés arabo-musulmanes, conformément à un idéal de pureté et de pudeur, se limite très souvent à la sphère publique. Dans le privé, tous les excès, toutes les débauches sont halâl — ou presque. Dans ce cas-là donc, Victoria’s Secret constitue un secret au vrai sens du terme.

Jad Choueiri – Funky Arabs (lien alternatif vers youtube.com)

Comment la “diversité” punit les Asiatiques et les… Blancs.

Je viens de lire deux articles récents qui remettent en cause le principe de discrimination positive (affirmative action en anglais) dans les admissions aux universités d’élite américaines. Bien entendu, l’argumentation a des relents républicains.

Tout en m’abstenant de tout commentaire, je voudrais quand même faire remarquer que l’idéologie du multiculturalisme a contribué à la déconstruction de presque toutes le catégories analytiques sauf celle de “communauté blanche”. En effet, en favorisant les Noirs et les Hispaniques, le système américain de discrimination positive semble automatiquement associer les Blancs à la classe socio-économique supérieure, au grand malheur des Blancs de condition modeste.

Ross Douthat, “The Roots of White Anxiety”, The New York Times, 19 July 2010, p. A21.*

Russel K. Nieli, “How Diversity Punishes Asians, Poor Whites and Lots of Others”, MindingTheGap.com, 12 July 2010, 5 pp.*

En complément à cette lecture, et pour étoffer davantage le débat, je recommande fortement le livre de Walter Benn Michaels, The Trouble with Diversity: How We Learned to Love Identity and Ignore Inequality, New York, Metropolitan Books (Henry Holt & Co), 2006, 241 pp.

———————————–

* Si ces liens ne sont plus opérationnels, je suis disposé à vous envoyer le texte sur demande.

Le rêve du melting pot israélien.

Jusqu’à présent, il semble que le terrain privilégié des études sur le multiculturalisme soit l’Amérique du Nord (le Canada et les États-Unis) d’abord, et l’Europe occidentale ensuite. Le phénomène immigratoire fut sans doute à la racine de telles études. Voilà que depuis les années 1970, et de manière croissante, les acquis des modernités occidentales se trouvent dramatiquement confrontés aux défis des travailleurs étrangers. À partir des années 1980, on commence à comprendre en Europe que les immigrés sont plus qu’une main d’oeuvre; ils sont également porteurs d’une culture. Au Canada et aux États-Unis, le problème ne se posait pas, tous deux étant des pays d’immigration, à condition que la culture dominante restât… dominante. 

L’État d’Israël, lui aussi, est un pays d’immigration à sa manière. La société israélienne est une société extrêmement bigarrée, ethniquement et confessionnellement. Juifs allemands, russes, éthiopiens, arabes, polonais, persans — ashkénazes, sépharades et mizrahis pour faire court; embrassant des doctrines religieuses allant de l’ultra-orthodoxie “craignant-Dieu” au judaïsme purement culturel dénué de toute croyance en une transcendance. Sans compter les citoyens arabes — de seconde zone — de l’État d’Israël qui constituent environ 20% de la population. 

La politique d’immigration d’Israël, réservée bien entendu aux seuls Juifs, n’a pas toujours été la même depuis 1948. La théorie sioniste de base prône le retour du “peuple juif” tout entier à Erets Yisrael. Theodor Herzl (1860-1904) n’a-t-il pas écrit dans L’État des Juifs que la question du retour des Juifs en Palestine “n’est pas une question religieuse mais une question nationale“? Le sionisme s’est ainsi proposé de réunir les fragments dispersés de ladite nation juive et de la doter de sa terre “d’origine”. Tel est le b.a.-ba de la pensée nationaliste classique selon laquelle toute nation vit et survit sur un territoire qui lui est propre (je dirais même: qui constitue sa propriété privée), sous l’égide d’un État qui l’administre, et la materne — la violente aussi, parfois — selon l’éthique propre à cette nation. Le sionisme présente également une caractéristique observable dans d’autres nationalismes, contemporains à sa naissance: le sécularisme. En effet, selon Herzl, les Juifs constituent un peuple, une nation, avant de constituer une communauté religieuse. Il va sans dire que le sécularisme de l’État israélien est destiné à porter la trace d’un tel paradoxe pour toujours. 

Bien que l’accueil du plus grand nombre d’immigrés juifs (les ‘olim, c’est-à-dire ceux qui font leur ‘aliya) possible ait de tout temps été souhaité par les dirigeants israéliens, le pragmatisme a en contrepartie nécessité de couper court à cette immigration, principalement en raison de l’incapacité de l’État israélien de gérer ses conséquences démographiques et économiques. 

Il reste à savoir dans quelle mesure l’État d’Israël se veut l’agent d’un melting pot, ou bien, au contraire, s’il se montre passif vis-à-vis la ségrégation ethnique existant au sein même de la population juive, dont les juifs dits “orientaux” et les juifs éthiopiens sont les premières victimes. En tout cas, au vu de la situation, il est certain que le melting pot éventuel ne s’élargira pas de sitôt — voire peut-être jamais — pour inclure les citoyens arabes d’Israël. 

Je n’ai pu m’empêcher d’y penser en visionnant ce vidéo-clip: même en Israël, les Afros sont condamnés à chanter du R&B! 

 

Ayala Ingedashet – Memaheret (lien alternatif vers youtube.com)

Le féminisme musulman est-il un féminisme voilé?

Les questions éminemment politiques que soulève le voile sous toutes ses formes (hijâb, niqâb, burqa, tchador) dans les sociétés occidentales ne devraient pas “voiler” — si l’expression est permise — son intérêt dans le milieu des gender studies. En effet, la visibilisation croissante du port du voile islamique, dans les médias aussi bien que dans le quotidien, a contribué à réveiller, en Occident, des questionnements profonds autour de la féminité et de son rapport à la masculinité.

Bien que le féminisme peut être daté antérieurement au 19ème siècle, le fémininsme moderne, c’est-à-dire le mouvement de libération des femmes né dans la société industrielle, contemporain de la révolution sexuelle, individualiste, libertaire et rationalisant, émerge réellement au début des années 1960. Pour les féministes “classiques”, le voile symbolise le signe de l’humiliation de la femme; il serait la marque de sa soumission à l’homme, d’autant plus qu’elle est légitimée et sacralisée par les autorités religieuses. Si le voile islamique est si virulemment réprouvé par les féministes, c’est parce qu’il représente l’antithèse parfaite de ce que les féministes ont si ardemment cherché à subvertir; parce qu’il démolit tout ce qu’ils ont contribué à bâtir, à savoir l’émancipation des femmes de la tutelle de leur père, de leur mari, de leur frère, de leur fils, bref: du mâle.

A mon sens, le féminisme occidental ne doit guère prétendre universaliser ses acquis et en faire des idéaux valables dans toutes les cultures d’aujourd’hui, au risque de pécher par ethnocentrisme. L’idée du Bien est extrêmement relative à la société qui la fait naître et évoluer; elle ne peut être appliquée à d’autres cultures sous peine de juger autrui à partir de “notre” propre morale.

Je ne voudrais pas non plus sombrer dans un relativisme culturel outrancier qui aboutirait à chosifier les cultures en blocs immobiles dépourvus de liens entre eux. Selon moi, la clé de l’analyse ne réside pas dans le contenu de la question mais dans sa structure; non pas dans les valeurs que le féminisme occidental préconise, mais dans le contexte qui lui a donné vie.

En effet, je considère que le féminisme occidental “classique” (ou moderne) est uniquement un mouvement de redéfinition du statut de la femme en Occident et de son rôle vis-à-vis de l’homme. Ce mouvement s’est construit par rapport (et surtout par opposition) à une situation antérieure perçue comme contradictoire avec les valeurs de la “modernité”, à savoir le droit à la liberté et à l’égalité de tous les êtres humains, hommes et femmes. Mais le statut d'”être humain” ne suffisait pas. Il était nécessaire que la notion de libre arbitre s’accompagne de la notion de rationalité. L’être humain est alors considéré comme un être libre et rationnel, capable de faire et de fonder ses propres choix, faculté qu’il partage de plain-pied avec autrui.

Le féminisme occidental n’est pas réellement original en soi, il est un rejeton de la modernité. Dans les mondes arabe et musulman, la modernité a été d’abord nationaliste (anti-impérialiste, anti-colonialiste, tiers-mondiste) puis islamiste. Autrement dit, il n’y a pas de modernité en soi; elle diffère selon les aires géo-culturelles. Elle reste influencée par les préceptes occidentaux tout en les réinterprétant différemment.

Tout comme le féminisme occidental, le féminisme musulman est un phénomène de structure. Il est un mouvement de redéfinition du statut de la femme musulmane et de son rôle vis-à-vis de l’homme musulman. Ce mouvement s’est construit par rapport (et opposition) à une situation antérieure perçue comme contradictoire avec les valeurs de l’islam et du Qoran (une ère de “décadence” et d'”obscurantisme” islamique comme disent les islamistes du calibre de Khomeyni et autres), à savoir le devoir d’être solidaire de l’homme, de lui obéir, de ne pas provoquer son désir (sexuel entre autre, d’où le port du voile), et d’assumer pleinement son rôle de “gardienne des traditions et de la morale islamique”.

Encore une fois, les valeurs féministes (occidentales et islamiques) sont des constructions relatives à une situation précédente qui ne devraient pas être prises comme absolument valables en soi. (C’est une vision nihiliste mais la sociologie elle-même est une science nihiliste.)

Miss “Occident” (idéaltype) a une plastique parfaite et porte une robe de soirée et un bikini; elle symbolise d’abord le paroxysme de l’image et de l’esthétique. Miss Arabie Saoudite (et autres pays islamiques/-istes) est voilée, elle est élue selon ses “bonnes moeurs”, son “obéissance à ses parents” et à ses “résultats scolaires”. Deux féminismes antinomiques mais féminisme quand même.