Comment la “diversité” punit les Asiatiques et les… Blancs.

Je viens de lire deux articles récents qui remettent en cause le principe de discrimination positive (affirmative action en anglais) dans les admissions aux universités d’élite américaines. Bien entendu, l’argumentation a des relents républicains.

Tout en m’abstenant de tout commentaire, je voudrais quand même faire remarquer que l’idéologie du multiculturalisme a contribué à la déconstruction de presque toutes le catégories analytiques sauf celle de “communauté blanche”. En effet, en favorisant les Noirs et les Hispaniques, le système américain de discrimination positive semble automatiquement associer les Blancs à la classe socio-économique supérieure, au grand malheur des Blancs de condition modeste.

Ross Douthat, “The Roots of White Anxiety”, The New York Times, 19 July 2010, p. A21.*

Russel K. Nieli, “How Diversity Punishes Asians, Poor Whites and Lots of Others”, MindingTheGap.com, 12 July 2010, 5 pp.*

En complément à cette lecture, et pour étoffer davantage le débat, je recommande fortement le livre de Walter Benn Michaels, The Trouble with Diversity: How We Learned to Love Identity and Ignore Inequality, New York, Metropolitan Books (Henry Holt & Co), 2006, 241 pp.

———————————–

* Si ces liens ne sont plus opérationnels, je suis disposé à vous envoyer le texte sur demande.

Comment la mode peut vous rendre raciste.

Kleider machen Leute, les habits font les gens, ainsi va le proverbe allemand. À la source de ce proverbe, une nouvelle du romancier et poète suisse Gottfried Keller (1819-1890), parue en 1874, et devenue rapidement l’un des plus célèbres récits de la littérature de langue allemande. Un tailleur désargenté qui, malgré son indigence, conserve de bonnes apparences. De passage dans une ville étrangère, il est pris pour un riche comte polonais à cause de son élégance et son air mystérieux.

Le proverbe est plutôt récent, banal même, surtout que les français y avaient déjà pensé bien avant: L’habit ne fait pas le moine; l’être n’est pas le paraître. Et pourtant, ce proverbe allemand est original, parce que l’affirmation est positive: l’habit fait le moine, les apparences sont les seules qui comptent. Voici enfin un proverbe qui ne nous donne pas une leçon de morale — ce qui doit être — mais une leçon de sociologie — ce qui est. Une leçon certes simple et évidente, mais néanmoins indépassable.

En effet, la couleur de peau n’est pas le seul attribut extérieur d’un humain sur lequel d’autres humains le jugeront. Il y a aussi le vêtement. À la différence qu’on peut choisir ses habits, mais pas sa physionomie (c’est ce que les socio-anthropologues appellent la dichotomie nature/culture). Tout comme la police peut effectuer des “contrôles au faciès”, une “Fashion police” existe, et — pire — elle est en chacun de nous, sinon chez la plupart. Au lieu de dire “Il a un mauvais faciès”, on pensera “Il a un mauvais style”.

La mode n’est pas seulement concernée par l’esthétique du vêtement, elle l’est également par son industrie. Ce qui fait ressortir deux variables fondamentales. Premièrement, la variable culturelle: le côté artistique, esthétique, le rapport au style individuel, à la création non seulement de l’habit mais de l’individu qui le porte (suscitant alors une originalité perçue, qui n’existe que dans le contexte de la culture qui l’englobe). La mode est plus importante dans certaines cultures que dans d’autres. Les gens ont davantage le souci de ce qu’ils portent à Paris qu’en Arkansas, à New York qu’en Arizona, en Italie qu’en Allemagne. Je me souviens des paroles d’une amie parisienne qui se plaignait du manque de coquetterie, et pour tout dire, du mauvais goût vestimentaire des habitants de Jérusalem(-Ouest, i.e. Israël), et par conséquent de l’absence de boutiques chic. Une culture de la mode implique une culture de l’image, et la culture de l’image commence par l’image du corps, à savoir la minceur, l’absence de graisse, la fermeté de la chair (et de préférence, du muscle). Cette image “idéale”, à imiter, est affichée partout: dans les spots publicitaires, les films, les clips. Devant ces images, nous sommes comparables à des insectes qui virevoltent autour d’une lumière incandescente; son emprise est magique, hypnotisante. La culture fait que l’homme est la femme se veulent de plus en plus proches de l’idéal valorisé dans les affiches.

Il y a, en deuxième lieu, la variable économique. Si la culture de la mode existe dans un pays, c’est bien sûr parce qu’il y a une économie de la mode. Tout comme le vêtement peut avoir une valeur supérieur dans une culture que dans une autre, il peut avoir plus, ou moins, de valeur dans un milieu socio-économique que dans un autre, au sein d’une même culture. À moins que l’on considère la culture du 7ème arrondissement de Paris différente de celle du 19ème (ce qui est extrême, mais probablement légitime, étant donné l’élasticité et l’évasivité de ce concept), il est plus important à l’habitant lambda du 7ème d’être chic qu’à celui du 19ème. Il faut dire que le BCBG n’aime pas être beauf, et le beauf ne sait pas être BCBG. Malgré le poids des impondérables (religion, morale, goûts familiaux, opinions politiques), au sein d’une même culture — parisienne, française — coexistent des différences de goût directement et fortement influencées par le facteur socio-économique. Un “beauf” (qui est une appellation BCBG, soit dit en passant) parisien peut donc avoir, en matière de goût vestimentaire, plus de similarités avec un habitant de l’Arkansas qu’avec un concitoyen de la rue de Grenelle. Après tout, les industriels de la mode doivent bien vendre, et ceux qui écoulent les stocks ne sont pas les plus démunis.

Ces deux variables (la culture et l’économie) jouent d’un élément fondamental, voire vital, pour la mode: le sexe. Luxe et luxure vont de pair. Mais trêve de jeux de mots, le vêtement est un attribut culturel qui s’inscrit dans un système global qui le sexualise, ou plutôt le “genderise” (lui confère une valeur associée à un gender). Il y a un “sexy” féminin et un “sexy” masculin; un “cool” féminin et un “cool” masculin. L’affinité élective entre la mode est le sexe est, au fond, générique. Être “cool & sexy” contribue à un processus de compétition latente entre les consommateurs de la mode dans le but de se distinguer toujours davantage, c’est-à-dire dans le but d’être toujours plus “cool” et “sexy”. Le bénéfice pratique perçu de ce processus est à la fois la récompense symbolique de se sentir “distingué” par rapport aux autres — et donc supérieur à eux. La consommation ostensible (conspicuous consumption) peut aussi bien être subtile que flagrante. En effet, la satisfaction tirée du show off est avant tout issue d’un système de sens subjectif. Le deuxième bénéfice pratique perçu de ce processus est le bénéfice esthético-érotique. La destination ultime de la beauté, c’est l’assouvissement des sens (et à défaut, leur excitation). L’industrie de la mode pivote autour de la séduction, de l’attirance entre un homme et une femme. (Curieusement, l’attirance homosexuelle est restée jusqu’à présent absente dans les médias, en dépit du fait que les artisans les plus influents de l’industrie de la mode sont des homosexuel-le-s.) En consommant un produit à la mode, on espère aussi trouver un partenaire sexuel. Cette bivalence — bénéfice distinctif et bénéfice érotique — se cristallise dans la personne idéaltypique de la Star: consomme énormément, toujours à la mode, mince, beaucoup de partenaires sexuels, belle, séduisante, etc.

Le but de la distinction est de produire un looser et un winner. D’abord présente au niveau des perceptions, cette dichotomie se transforme le plus souvent en prophétie autoréalisatrice. Le gagnant se comporte en gagnant et le perdant se comporte en perdant; autrement dit, chacun devient ce qu’il croit être.

Au même titre que les caractéristiques physiques, la mode est un attribut individuel extérieur immédiatement perceptible. Dans le cas de racisme racial et de racisme culturel, on parlera de discrimination. Dans les pays arabes, la panse d’un homme est synonyme de bonne santé, de joie de vivre, et même de confiance en soi. À Paris, on pointera du doigt ses conséquences nocives pour la santé et les méfaits d’une alimentation grasse (digression: ce qui n’a, en fait, rien à voir). En retour, la minceur d’un homme est vue comme maladive dans les sociétés arabes.

Le sociologue Pierre Bourdieu (1930-2002) soutient dans La Distinction* que les individus ne choississent pas effectivement leur goût, mais que celui-ci est davantage fonction de leur condition et de leur trajectoire sociale.  Le racisme social, basé sur un critère socio-économique, est beaucoup plus implicite que le racisme basé sur le phénotype ou la culture. Tout comme il y a des sociétés où les individus ne sont pas stimulés à avoir une conscience de leur image corporelle et vestimentaire — et donc peu ou pas de reflexivité consciente sur leur apparence –, tel est également le cas de certains milieux socio-économiques.

Dans nos société, le vêtement est devenu comme une partie intégrante de notre personnalité, de notre être. Et ce lien impérieux entre l’originalité de notre esprit et l’originalité de notre habillement y est sans doute pour beaucoup dans notre “racisme vestimentaire”.

*P. Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éd. de Minuit, 1979, 670 p.