Le féminisme musulman est-il un féminisme voilé?

Les questions éminemment politiques que soulève le voile sous toutes ses formes (hijâb, niqâb, burqa, tchador) dans les sociétés occidentales ne devraient pas “voiler” — si l’expression est permise — son intérêt dans le milieu des gender studies. En effet, la visibilisation croissante du port du voile islamique, dans les médias aussi bien que dans le quotidien, a contribué à réveiller, en Occident, des questionnements profonds autour de la féminité et de son rapport à la masculinité.

Bien que le féminisme peut être daté antérieurement au 19ème siècle, le fémininsme moderne, c’est-à-dire le mouvement de libération des femmes né dans la société industrielle, contemporain de la révolution sexuelle, individualiste, libertaire et rationalisant, émerge réellement au début des années 1960. Pour les féministes “classiques”, le voile symbolise le signe de l’humiliation de la femme; il serait la marque de sa soumission à l’homme, d’autant plus qu’elle est légitimée et sacralisée par les autorités religieuses. Si le voile islamique est si virulemment réprouvé par les féministes, c’est parce qu’il représente l’antithèse parfaite de ce que les féministes ont si ardemment cherché à subvertir; parce qu’il démolit tout ce qu’ils ont contribué à bâtir, à savoir l’émancipation des femmes de la tutelle de leur père, de leur mari, de leur frère, de leur fils, bref: du mâle.

A mon sens, le féminisme occidental ne doit guère prétendre universaliser ses acquis et en faire des idéaux valables dans toutes les cultures d’aujourd’hui, au risque de pécher par ethnocentrisme. L’idée du Bien est extrêmement relative à la société qui la fait naître et évoluer; elle ne peut être appliquée à d’autres cultures sous peine de juger autrui à partir de “notre” propre morale.

Je ne voudrais pas non plus sombrer dans un relativisme culturel outrancier qui aboutirait à chosifier les cultures en blocs immobiles dépourvus de liens entre eux. Selon moi, la clé de l’analyse ne réside pas dans le contenu de la question mais dans sa structure; non pas dans les valeurs que le féminisme occidental préconise, mais dans le contexte qui lui a donné vie.

En effet, je considère que le féminisme occidental “classique” (ou moderne) est uniquement un mouvement de redéfinition du statut de la femme en Occident et de son rôle vis-à-vis de l’homme. Ce mouvement s’est construit par rapport (et surtout par opposition) à une situation antérieure perçue comme contradictoire avec les valeurs de la “modernité”, à savoir le droit à la liberté et à l’égalité de tous les êtres humains, hommes et femmes. Mais le statut d'”être humain” ne suffisait pas. Il était nécessaire que la notion de libre arbitre s’accompagne de la notion de rationalité. L’être humain est alors considéré comme un être libre et rationnel, capable de faire et de fonder ses propres choix, faculté qu’il partage de plain-pied avec autrui.

Le féminisme occidental n’est pas réellement original en soi, il est un rejeton de la modernité. Dans les mondes arabe et musulman, la modernité a été d’abord nationaliste (anti-impérialiste, anti-colonialiste, tiers-mondiste) puis islamiste. Autrement dit, il n’y a pas de modernité en soi; elle diffère selon les aires géo-culturelles. Elle reste influencée par les préceptes occidentaux tout en les réinterprétant différemment.

Tout comme le féminisme occidental, le féminisme musulman est un phénomène de structure. Il est un mouvement de redéfinition du statut de la femme musulmane et de son rôle vis-à-vis de l’homme musulman. Ce mouvement s’est construit par rapport (et opposition) à une situation antérieure perçue comme contradictoire avec les valeurs de l’islam et du Qoran (une ère de “décadence” et d'”obscurantisme” islamique comme disent les islamistes du calibre de Khomeyni et autres), à savoir le devoir d’être solidaire de l’homme, de lui obéir, de ne pas provoquer son désir (sexuel entre autre, d’où le port du voile), et d’assumer pleinement son rôle de “gardienne des traditions et de la morale islamique”.

Encore une fois, les valeurs féministes (occidentales et islamiques) sont des constructions relatives à une situation précédente qui ne devraient pas être prises comme absolument valables en soi. (C’est une vision nihiliste mais la sociologie elle-même est une science nihiliste.)

Miss “Occident” (idéaltype) a une plastique parfaite et porte une robe de soirée et un bikini; elle symbolise d’abord le paroxysme de l’image et de l’esthétique. Miss Arabie Saoudite (et autres pays islamiques/-istes) est voilée, elle est élue selon ses “bonnes moeurs”, son “obéissance à ses parents” et à ses “résultats scolaires”. Deux féminismes antinomiques mais féminisme quand même.