Le multiculturalisme, ça vous chante?

Malgré son style improvisé et sa mélodie artisanale, une petite chanson peut parfois provoquer de graves polémiques. Je vous laisse découvrir un “hit single” écrit et composé en 2007 par Philippe Gouin, un policier de la ville de Montréal en réaction au débat autour de la notion d'”accommodement raisonnable” au Québec. Un bon complément à mon billet du 21 février 2010.

Titre: “Accommodements raisonnables” (apparaît parfois sous le titre: “Ça commence à faire, là”).

Accommodements raisonnables (youtube.com)

Paroles:

On pense que ça commence à faire là
On pense qu’on a assez ri de nous autres là
Pis pour ceux qui n’seraient pas contents
Crissez-moé vot’camp

On veut ben accepter des ethnies
Mais non pas à n’importe quel prix
Si tu veux t’joindre à notre beau pays
Tu devras faire certains compromis

Lorsqu’accueilli dans une place
Il faut se fondre à la masse
Parce qu’on peut dire qu’ici tu es bien
Plus que d’où tu d’viens

On peut maintenant porter le Kirpan
Parce que nous autres on est tolérants
Changer les règles du YMCA
Pis un coup parti, du CLSC

Nous sommes nous fracturé la raison
Pour les caprices de chaque religion
Vos accommodements raisonnables
On n’est pu capable

Y a des limites à s’faire chier dessus
Par une minorité de trous d’culs
Si tu n’es pas content de ton sort
Y a juste un endroit qui’ è l’aéroport

Toi ma minorité ethnique
Arrête un peu ta musique
Sinon dans ces cas-là tu devras
Retourner chez toi (x 2)

Retour sur l'idée d'assimilation.

georgia lottery

Je voudrais d’abord reproduire tel quel un billet d’Éric Zemmour, mis en ligne le 11/12/2009 sur LeFigaro.fr et publié dans Le Figaro Magazine du 12/12/2009, p. 18, intitulé “Assimilation, une recette française” (les italiques qui suivent ne sont pas dans le texte original) :

“C’est le retour d’un proscrit. En osant écrire le mot « assimilation » à la place de l’habituel « intégration », le président Sarkozy a, dans sa tribune publiée dans Le Monde du 9 décembre, brisé un tabou. Rétabli l’honneur d’un vieux mot interdit par nos élites bien-pensantes depuis près de quarante ans. L’assimilation, c’est l’abandon d’une partie de soi, de ses racines, pour adopter les mœurs, le mode de vie, l’histoire, la façon de penser de sa nouvelle patrie. C’est une impérieuse hiérarchie des appartenances et des normes culturelles. Un devoir de discrétion pour les pratiques religieuses. Un corset néocolonial, nous assénèrent nos prédicateurs antiracistes.

Cette assimilation fut pourtant la clé, selon le grand historien Fernand Braudel, de «l’intégration sans douleur» de ces immigrés belges, italiens, espagnols, russes, juifs, arméniens, etc., qui, pendant un siècle, «se sont vite confondus dans les tâches et les replis de notre civilisation tandis que leurs cultures d’origine ont apporté une nuance de plus à notre culture complexe».

On est loin du «métissage des idées, des pensées, des cultures» que Sarkozy exalte dans son texte. Le « métissage » va avec diversité et intégration. Il est synonyme du « multiculturalisme », porte d’entrée de ce communautarisme que Sarkozy dit combattre. Il lui faut donc choisir. Mais le peut-il encore ? Depuis le traité de Lisbonne, qu’il est si fier d’avoir fait ratifier, ces questions sont de compétence européenne. Les décisions sont prises à la majorité qualifiée. Or, le 19 novembre 2004, le Conseil européen « justice et affaires intérieures » a adopté comme principe que «l’intégration est un processus dynamique, à double sens, de compromis réciproque entre tous les immigrants et résidents des Etats membres». Le contraire – mot à mot – de l’assimilation à la française. (…)”

Ce que cette opinion nous montre, c’est que les partisans de l’assimilationnisme sont nombreux. Or, comme je l’évoque dans les billets du 15/12/2009 et du 7/12/2009, la culture à laquelle on est censé s’assimiler est celle du plus grand nombre ou, plus précisément, celle de ceux qui étaient là “avant“. Dans certains pays, le communautarisme est vu comme le meilleur moyen de sauver la diversité (cf. billet du 8/12/2009), malgré son caractère répugnant. Dans d’autres, il faut proscrire à tout prix le communautarisme en “nivelant” les différences, quitte à abolir la diversité. Il est intéressant de remarquer que le multiculturalisme est considéré comme un cheval de Troie qui fait triompher le communautarisme, et confère une légitimité à tous les excès. Souvenons-nous des paroles de Huntington (1993 et 2004 ; ibid., 7/12/2009) qui voyait dans cette idéologie le début de la “désunion de l’Amérique”.

Les sympathisants de l’assimilationnisme partagent le rêve d’une communauté nationale lisse et homogène, unifiée autour des valeurs de la “majorité autochtone”.