Parution: 2 rapports nationaux sur le rapport Religion-État.

Le XVIIIè Congrès International de droit comparé, organisé par l’Académie Internationale de droit comparé et l’American Society de droit comparé, s’est tenu à Washington DC du 25 juillet au 1er août 2010.

La religion et l’État laïque: Rapports nationaux, sous la direction de Javier Martinez-Torrón et W. Cole Durham, Jr., rapporteurs généraux, publié par l’International Center for Law and Religion Studies, Brigham Young University, Provo, Utah, 2010, 826 pp.

Un rapport général suivi de 47 rapports sur 46 pays, à savoir: Andorre, Argentine, Arménie, Australie, Belgique, Brésil, Bulgarie, Canada, Chili, Colombie, République Tchèque, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Ghana, Grèce, Hongrie, Inde, Irlande, Israël, Italie, Japon, Kazakhstan, Corée, Lettonie, Malte, Mexique, Népal, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Pérou, Philippines, Russie, Écosse, Serbie, Slovaquie, Espagne, Soudan, Suède, Suisse, Turquie, Ukraine, Royaume-Uni, États-Unis, Uruguay.

Religion and the Secular State – Interim Reports (pdf, en).

Religion and the Secular State – All National Reports (pdf, en).

Liban: Un laïcitomètre dans le rouge.

Dimanche 25 avril à 11 heures. Nous sommes à ‘Aïn el-Mreissé, une placette sur la corniche de Beyrouth. Rendez-vous de tous les supporters de la laïcité au Liban pour participer à une marche pacifique pour l’égalité de tous les citoyens, la laïcité, la non-discrimination et l’État civil au Liban. Le nom est hardi, il a d’ailleurs choqué quelques-uns: “Lebanese Laïque Pride”. En d’autres termes, si vous êtes laïques et fiers de l’être, cette manifestation est pour vous.

À 11 heures et des poussières, la marche en direction du Parlement commence. Dans un pays où la ponctualité fait défaut (précisément parce que les Libanais la considèrent comme un défaut), et où être en retard est une pratique valorisée et valorisante, symbole de noblesse et de charisme, les laïques provoquent une rupture retentissante: à l’encontre d’une société aussi communautariste que non-ponctuelle, traversée par des solidarités confessionnelles étroites dans les champs partisan, socio-économique et politique, les laïques marchent à contre-courant. Ils disent non et sont conséquents avec eux-mêmes.

À 11 heures donc, la manifestation bat son plein. L’initiative est certes louable, et mérite tout notre appui. Qui, en effet, peut s’opposer à l’idée d’un “mouvement laïque pour la citoyenneté”? D’autant plus qu’il s’agit de la première manifestation civile anti-confessionnelle de ce genre depuis l’éclatement de la guerre inter-libanaise en 1975? L’aspect profondément civil de l’événement mérite également notre soutien; des citoyens de toutes conditions, des ONG locales et internationales, voire des visiteurs occidentaux (constituant environ 5% de la masse manifestante). En marquant son désaccord vis-à-vis de la pratique politique, et du système politique même, la société civile se pose en tant qu’acteur agissant qui se définit comme “civil” (et donc non-communautaire), qui se distingue — ou cherche énergiquement à se distinguer — de l’hégémonie d’un corps politique incapable et insensible aux besoins réels des électeurs. Un exemple pour les sociétés civiles arabes contemporaines.

Le fossé entre le civil et le politique ne peut être plus clair. Les partis politiques ont brillé par leur absence, et en premier ceux qui se réclament officiellement de la “laïcité” et de “l’État civil” (appellation qui ne veut rien dire dans l’absolu, d’autant plus que l’État libanais est un État civil); de même les partis qui invoquent la “suppression du confessionnalisme politique” (autre expression instrumentalisable à l’envi). Seul le Parti communiste libanais pouvait être admiré au passage, en omettant de citer quelques parti-cules (si ce néologisme peut m’être octroyé) par-ci par-là, et des mouvements de gauche en voie de disparition depuis les années 1970. À part cela, aucune participation partisane officielle n’a pu être remarquée. Il est donc bon que les choses soient ainsi tirées au clair.

Hélas, la solidarité laïque n’a guère le vent en poupe: seuls quelques 4000 participants ont répondu à l’appel. Ce n’est guère beaucoup. Pis encore, 60 minutes après son déclenchement, la marche était close. Erreur de calcul? Le Parlement, point d’arrivée de la marche, était peut-être trop proche. “This is the most passive demonstration I’ve ever seen”, me dit une danoise qui se trouvait là. Il semble que la symbolique de l’événement était plus enchanteresse que son déroulement; et peut-être a-t-il fini par être plus symbolique qu’autre chose. Mais la vie sociale repose aussi sur les symboles. Il n’y a pas que le pain et le vin.

Il faut dire que l’organisation, ou plus exactement le peu d’organisation (parce qu’il serait injuste de dire que l’événement était désorganisé) y a joué pour beaucoup. À jeter un coup d’oeil sur le blog de la Lebanese Laïque Pride, tout s’explique. Peu, ou pas, de moyens, banderoles de circonstance, à la bonne franquette, érigeant la spontanéité sur un piédestal. On suggère une idée et puis on laisse faire. Au fond, pourquoi pas? Les Séculiers-Fiers ne recherchent pas la gloire, ni l’événementiel tapageur, juste à faire parvenir un message franc et sincère. Et modeste. On aurait apprécié néanmoins que la pauvreté du blog soit palliée. Un suivi post-opératoire pour la prochaine fois, par exemple.

Autre ennui: la revendication des manifestants. Est-ce la laïcité, la suppression du confessionnalisme politique, ou la légalisation du mariage civil? L’État libanais est un État laïque en ce que la Constitution ne lui reconnaît aucune religion officielle; ni Islam ni Christianisme. Ce qui n’est pas le cas du reste des pays arabes, on s’en vante. Est-ce l’abolition du “confessionnalisme politique”, c’est-à-dire la représentation politique des communautés religieuses au sein des institutions étatiques? Dans ce cas, pourquoi ne pas toucher aux “confessionnalisme civil”, c’est-à-dire le système selon lequel seul le mariage religieux est contractable à l’intérieur du territoire, et seul le statut personnel communautaire est appliqué (pour info: le mariage civil est reconnu s’il est contracté à l’extérieur du territoire libanais)? Est-ce pour demander la légalisation du mariage civil facultatif? Dans ce cas, pourquoi ne pas manifester uniquement pour la légalisation du mariage civil facultatif?

Bien entendu, la polysémie est rassembleuse. D’autre part, il est possible que, ayant eu le choix d’aller à la messe ou d’aller à la Laïque Pride (pour les concernés), nombreux sont ceux qui ont opté pour la messe.

Les Rapports Stasi (2003) et Bouchard-Taylor (2008).

Nous avons trop tendance à faire des commentaires à partir de sources de deuxième et de troisième main en négligeant les textes fondamentaux relatifs à des questions sociologiques d’utilité publique.

Ci-dessous:

1- Le rapport final de la Commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République, présidée par M. Bernard Stasi, médiateur de la République, remis au président de la République française Jacques Chirac le 11 décembre 2003 (78 p., au format .pdf).

2- Le rapport intégral de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles (Québec, Canada), co-présidée par MM. Charles Taylor, philosophe, et Gérard Bouchard, sociologue, rendu public le 22 mai 2008. Les rapports intégraux (310 p.) et abrégés (101 p.), en français et en anglais, sont téléchargeables sur www.accommodements.qc.ca/.

Joyeux Noël! Pardon, Joyeuses Fêtes!

tennessee lottery

Le “Joyeux Noël” n’est décidément plus prophète en son pays. Il est même devenu tabou de le prononcer. Il n’est pas encore illégal, mais il risque en tout cas de faire de vous un fanatique, un dur, un tradi. On lui préfère donc le “Joyeuses Fêtes”, plus neutre, plus apaisant.

Cela dit, je suis heureux que nous soyons en France, et que nous parlions français. Dans d’autres pays “modernes” et “démocratiques”, respectant les “libertés individuelles”, notre impérieuse conscience laïque aurait été confrontée à un sérieux dilemme. En Espagne, nous aurions été obligés de proférer en public le très tendancieux “Feliz Navidad”; en Italie, le subversif “Buon Natale”. Sans oublier le “Feliz Natal” portugais. Point d’allusion explicite à une Nativité en langue française, heureusement. À moins d’être vraiment bon en étymologie. Mais pensez-y, en terre anglo-américaine, nous aurions été contraints de dire “Christmas”. Coup de bol, nous pouvons nous déculpabiliser grâce à “Xmas”. En allemand, c’est pire: “Weihnachten” signifie littéralement les nuits bénies, ou sacrées.

Autour de la Saint-Sylvestre, l’ambiance est, Dieu merci, plus décomplexée. Nous pouvons nous souhaiter une bonne année sans tourmenter notre conscience laïque (la mienne tente à l’instant de me persuader de supprimer la majuscule de N/nativité; d’ailleurs, soyons clairs, quand je dis St-Sylvestre, j’entends le 31 décembre). Tant que nous évitons de rappeler de quel calendrier il s’agit.

Tout compte fait, ce n’est pas que le “Joyeux Noël” n’est plus prophète en son pays. Il est toujours prophétique, mais ce n’est plus son pays.

——————————————————

Note. Une lectrice espagnole vient de m’informer que le “Felices Fiestas” est de plus en plus utilisé en Espagne. Le modèle français fait des émules, on dirait.

God Save the Patriarch.

ct lottery

Au Liban, le patriarche maronite Nasrallah Boutros Sfeir se montre sceptique à l’égard des tentatives d’abolition du “confessionnalisme politique”, ce système politique étrange qui prescrit une représentation des 18 communautés religieuses dans les institutions étatiques. La demande de “déconfessionnalisation” symbolise pour certains le passage à la société civile (par opposition à la “société familiale”, cf. mon billet du 1/12/2009). Les expressions “société civile” et “État civil”, qui sont fréquemment relayées par des journalistes et des pseudo-intellectuels, sont généralement dépourvues de sens pour leurs utilisateurs eux-mêmes. En effet, elles constituent une alternative acceptable au terme “laïcité” (‘almâniyya), jugé blasphématoire pour les autorités religieuses musulmanes, et “difficile à réaliser” pour les autorités religieuses chrétiennes.

Dans sa déclaration du 22 novembre 2009 (jour de la fête nationale de l’indépendance), le patriarche maronite reprend l’argument bidon, mais ô combien efficace, des adversaires de la “déconfessionnalisation politique”, selon lequel il faudrait d’abord supprimer le confessionnalisme des esprits avant de le supprimer des textes officiels. La phrase sonne mieux en arabe, où on oppose les “esprits” (an-nufûs) aux “textes” (an-nusûs).

Il est amusant de constater que  les avocats de la “déconfessionnalisation” se trouvent être les champions du communautarisme, du clientélisme, et du fanatisme religieux, notamment le parti de Dieu chiite/Hezbollah (cf. sa nouvelle charte politique du 30/11/2009, 3ème point de la 2ème section), et la Jamâ’a Islâmiyya sunnite (4ème point de la section “politique” de leur programme électoral 2009; voir aussi la déclaration du programme), pour ne citer que ces deux-là. Mais ne soyons pas trop durs avec les “laïques” libanais : il y a bien le candide Michel Sleiman, président de la République.

L’utopie fait les nations. Le carnaval autour de la déconfessionnalisation n’est autre que du folklore, comme l’a bien formulé un député libanais, lui-même partisan d’une idéologie farfelue. Circulez, citoyens, y’a rien à voir.

Le vrai défi des laïcités européennes.

Il n’y a rien de tel que “la Laïcité”, il n’y a que des individus laïques.

Lorsque le pape Benoît XVI déclara que l’Europe devait mettre en valeur ses racines chrétiennes et renforcer son sentiment d’appartenance à une civilisation commune afin de mieux relever les défis à venir, le débat explosa à l’échelle européenne. Mais le débat est un conflit d’idées, il prête à confusion. Les actes, eux, ne mentent jamais.

Dans Le Monde du 4 décembre 2009, Jean-Paul Willaime, directeur de l’Institut européen en sciences des religions (IESR), écrit: “Tout se passe comme si la votation suisse [du 29 novembre 2009] libérait la parole et permettait enfin à certains d’exprimer tout haut ce qu’ils pensaient tout bas, à savoir que, si des musulmans discrets sont relativement acceptables, il n’en va pas de même pour l’islam comme religion.” La pratique religieuse est en baisse depuis des décennies, la catégorie des “sans religion” compte de plus en plus d’individus, mais cela ne veut pas dire que l’on est plus tolérant. Parce qu’il ne s’agit pas uniquement d’une différence religieuse, mais d’une différence perçue de culture. Il est facile d’instaurer légalement la laïcité, mais l’imaginaire ne se laïcise pas aussi facilement, nous dit Willaime.

Il est commun – et facile – de stigmatiser l’Islam pour le traitement inégalitaire qu’il infligeait pendant des siècles aux Gens du Livre (ahl al-kitâb, les juifs et les chrétiens), les enfermant dans le statut inférieur de dhimmis. (Pour information, ce mot vient de dhimma, qui veut dire “conscience”, insinuant que les Gens du Livre portaient sur leur conscience leur refus d’adhérer à l’islam.) Le pouvoir islamique garantissait aux dhimmis une sécurité relative, et leur offrait la protection, en contrepartie du paiement d’une taxe (la jizya, capitation, et/ou le kharâj, impôt sur la terre). La condition dhimmie exigeait, entre autres, des chrétiens et des juifs que leurs édifices soient moins élevés que ceux des musulmans.

L’histoire européenne a, semble-t-il, des analogies avec l’histoire islamique (lire l’article d’Esther Benbassa, ibid.). On cite à toute occasion la déclaration qu’Angela Merkel a faite en 2007, disant que les minarets des mosquées ne devraient pas être “plus hauts que les clochers des églises chrétiennes”. Volonté d’inférioriser les musulmans, ou désir d’égalité entre islam et christianisme?

Les démocraties pluralistes occidentales chérissent le principe d’égalité. Or, la vraie question n’est pas là, parce que l’égalité ne s’affiche pas en théorie, elle s’applique au quotidien. Il apparaît que le citoyen laïque pense différement “tout bas” ce qu’il met en acte au quotidien; qu’il est, “au fond”, convaincu d’une chose, tandis qu’il exprime une autre (cela me rappelle le passage d’Amine Maalouf dans Les identités meurtrières, où on lui demande: “Oui, mais, au fond, vous êtes quoi?). Sauf à certains moments où les masques tombent. Très vite, avant que tout rentre “dans l’ordre”. Dans l’ordre politique, évidemment.

Tout est question de suprématie. La majorité des personnes sont d’accord sur lé principe d’égalité, mais toujours au sein d’un ordre politique et culturel que “nous” (sous-entendu: les “autochtones”) maîtrisons. Pareil pour la liberté d’expression, tant que “nous” avons le dernier mot. Triste réalité…

Par conséquent, le défi des citoyens laïques européens sera d’appliquer l’égalité absolue, sans suprématie, sans domination d’un groupe sur un autre.

Une telle chose est-elle réellement possible dans ce monde d’humains?

————————————————————

P.S.: Sur l’idée d’autochtonie, le très bon essai de Marcel Detienne, Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné, Paris, Seuil, 2003, 192 p.