Dynamiques communautaires libanaises.

Propos recueillis le 5 mars 2010, au Havre (Normandie), France.

MN, né en 1982, grec-melkite catholique de la région de la Beqaa au Liban, et doctorant en informatique.

Les propos ci-après ont été recueillis à ma demande (insistante), après avoir les avoir entendu une première fois. C’est donc à moi que revient l’initiative de coucher cet événement sur du papier et de le partager avec le lecteur. Je traduis de l’arabe :

I. Perception de soi et d’autrui.

MN. J’étais avec des chiites dans un van allant du Hermel à Beyrouth (Hazmié plus précisément).

AS. Était-ce un van mixte ?

MN. Non, il n’y avait que des chiites, et j’étais le seul chrétien. Arrivés à Baalbeck, nous avons été pris dans un embouteillage monstre, et les chauffeurs de van étaient en train de se doubler l’un l’autre, l’un dépassant l’autre, puis l’autre prenant de l’avance, et partout à Baalbeck, comme tu les sais, les rues étaient sales. Si tu es un touriste étranger à Baalbeck, tu n’as qu’une envie, c’est celle de partir, parce qu’il n’y a pas d’hôtels, c’est sale et l’organisation est inexistante. C’est extrêmement dommage étant donné la valeur archéologique et l’histoire de la ville.

Au bout de quelque temps, l’un des passagers du van dit : Regarde toutes ces saletés, dans les régions chrétiennes comme Jounié, tu ne trouves pas cette saleté et ce manque d’organisation.

AS. L’a-t-il dit uniquement à son compagnon ou bien à l’attention de tout le monde ?

MN. Tout le van l’a entendu, ce qui veut dire qu’il assumait ce qu’il disait, et qu’il voulait que tout le monde l’entende.

AS. Penses-tu qu’il savait que tu étais chrétien ?

MN. Je ne pense pas, il ne pouvait pas savoir. [Je voudrais également confirmer qu’il est réellement impossible, à vue d’œil, de dire si MN est chrétien ou non] Donc, forcément, il l’a dit à l’adresse des chiites dans le van. Et personne n’a répliqué, ce qui veut dire que les autres en sont aussi persuadés, ou bien qu’ils acceptent cette idée.

Dans ce cas, l’autocritique pouvait être acceptée, parce qu’elle venait de l’intérieur de la communauté. Elle aurait été réprouvée si elle venait de l’extérieur.

II. Sur la tolérance accrue des Libanais expatriés envers les uns les autres

En France, tu acceptes davantage les musulmans qu’au Liban. Pourquoi ? Parce que, je pense, tu as moins le choix. Les Libanais à l’étranger sont moins nombreux, tu as besoin de parler avec des Libanais en France – ou ailleurs, selon là où tu te trouves. C’est comme un réflexe de minorité.

C’est un peu comme le proverbe arabe : « Mon frère et moi contre mon cousin, mon cousin et moi contre l’étranger ». Imagine que tu as un voisin dans ton village, à qui ne dis même pas le bonjour. Si tu le revois par hasard en ville, tu vas le saluer. C’est pareil à plus grande échelle : tu ne retiens que les choses partagées, comme la langue, la nourriture, l’histoire du pays, etc.

***

Je comprends très bien ce que mon interlocuteur a voulu dire. Qui de nous n’a pas vécu un tel moment ? Un sentiment immédiat de camaraderie, un lien réciproque qui se noue souvent entre les voyageurs venant d’un même pays, qui se trouvent loin de chez eux, et qui très vite partagent les mêmes observations à propos de leur différence vis-à-vis des gens locaux. Le moment qu’ils passent ensemble est extraordinaire, et leur conversation parvient à un degré profondément personnel – une intimité inhabituelle, une fraternité même.

Mais lorsque ces deux voyageurs se revoient dans leur cadre de vie habituel, il leur est difficile – à chacun – de comprendre, à nouveau, pourquoi ils avaient ressenti cette connexion profonde vis-à-vis l’un de l’autre. Cette deuxième rencontre sera fort amicale, cordiale, intéressante, mais rien de plus. Dépourvue de l’intensité et de la magie de la première fois.

Nous sommes tous victimes des effets de la relativité. La première fois, les deux voyageurs étaient des étrangers dans leur milieu ambiant, et chacun représentait pour l’autre la meilleure compagnie alternative possible. La « platitude » de la deuxième rencontre s’explique justement par le cadre « normal » et « plat » où elle a eu lieu.

C’est à travers les lentilles de la relativité que nous voyons le monde en permanence. Le caractère enchanté ou désenchanté du moment dépend entièrement des circonstances environnantes.

Ces dernières lignes sont reprises du livre de Dan Ariely, Predictably Irrational: The Hidden Forces that Shape Our Decisions, London, Harper Collins, 2009, p. 246-7.

Les Arabes vus par les Américains.

Voici quelques observations personnelles que j’ai retenues après avoir visionné quatre films américains récents — et de bons films par ailleurs — sur le Moyen-Orient : Syriana (2005), The Kingdom (2007), Charlie Wilson’s War (2007), et Body of Lies (2008). Charlie Wilson’s War évoque l’Afghanistan et ne concerne pas les Arabes, mais la substance — et la morale de l’histoire — reste la même. Pour Hollywood, la différence pratique entre un Arabe et un Musulman ne semble pas exister. Mais allons au vif du sujet; voici une image de l’Orient musulman vue par les films américains.

  • Les agents secrets américains (Di Caprio, Clooney) sont de vrais héros. Ils ont de la finesse, de la subtilité, ils sont de remarquables hommes de terrain, ils connaissent aisément la langue locale, savent évidemment aborder les indigènes, et surtout les femmes locales, qui tombent aisément sous leur charme. En quelque sorte, ils sont parfaits, comme Tintin dans ses aventures. Mais ils ont toujours un problème avec leur femme, de laquelle ils sont généralement divorcés ou séparés (c’est pour ça d’ailleurs qu’ils draguent les locales — mais, manque de bol, tout le monde surveille tout le monde !).
  • Leurs hommes de main des Américains sont toujours des locaux. L’Américain endosse la position d’autorité, et l’indigène celle du subordonné. S’ils sont là, c’est pour rendre service à l’Américain, qui, lui, fait les choses correctement. Ils récoltent des informations dont ils ignorent presque toujours la valeur, alors que les Américains savent tout en un clic : tout est dans la boîte, tout est informatisé, photos, noms, adresses, informations confidentielles, chiffres. Ajoutons finalement que les les événements inconnus de l’histoire officielle sont de notoriété publique pour nos agents.
  • Les Américains font des briefings avant de passer à l’action, ils opèrent à travers des institutions, des avocats, des conseils politiques, des comités. Ils votent, ils sont organisés, ils ont de l’argent. Ils sont efficaces. Ils ne comprennent pas toujours les répercussions de leurs actions (militaires, économiques, politiques) en terre conquise, mais, ils le font tellement bien, et avec combien de méthode ! Avec tout cet étalage de rationalité, autant croire qu’ils ont raison !
  • Le Moyen-Orient, c’est toujours le chaos. Et pas seulement en matière de politique et de conflit (car c’est bien pour ça qu’on l’étudie, non ?). Les villes sont blanches, sableuses, asphyxiantes, et moches; toutes pareilles. Les indigènes sont tous habillés pareils : keffieh, costume blanc immaculé, foulard, voile, sandales, etc. Comme des bédouins. Tout le monde est pareil, pas d’élégance, pas de charisme; pas d’individuation, dirions-nous en langage sociologique. Même quand ils portent le costard, ils n’égalent pas la mise de l’Américain : rien à voir avec son costume bien taillé, un à deux boutons (car trois c’est trop commun), joli revers évidemment, single-vent de préférence, belle chemise, solide noeud de cravate. Les indigènes, c’est une populace de miséreux conformistes dont le raffinement vestimentaire semble absent (sauf quelques émirs “modernistes”).
  • Il ne fait pas si bon vivre dans l’Orient musulman; je dirais même plus, la vie est difficile. Le quotidien est tendu, contrairement au confort de la vie américaine affiché dans les films. Elle n’est pas drôle, la vie, pour les indigènes de cette partie du monde. La violence est partout. La pression sociale est immense. Ils sont désordonnés, font beaucoup de bruit pour rien — de vrais barbares, quoi, champions dans les fanfaronnades, mais ne donnent pas de résultats efficaces. Sauf quand il s’agit de kidnapper un Occidental, et de le torturer. Ne sont-ils pas pathétiques dans cette scène où ils jouent au base-ball avec des planches de bois de circonstance ?
  • Les “indigènes” ont besoin des Américains pour sauvegarder leur propre sécurité, et pour se débarrasser des islamistes (noble tâche, cela dit).
  • Ils peuvent être riches, mais ils restent barbares, au bout du compte.
  • N’est-il pas non plus remarquable que les indigènes qui ont un doctorat se font assassiner à chaque fois (qu’ils soient des princes ou des “roturiers”) ?
  • Les Américains font de la natation, du squash ; ils sont athlétiques, ils sont fit. Les Arabes sont gros, adipeux, lents, indolents. Ce qui me rappelle un film israélien, La visite de la Fanfare (2007). Mais qu’est-ce qu’ils sont lents ces Arabes ! Ils s’expriment lentement, mal ; qu’est-ce qu’ils sont coincés ! Contrairement à l’Israélienne, qui est belle bien sûr, mais aussi pétillante, intéressante, et « à l’aise ».
  • On aurait bien aimé voir plusieurs types de musulmans. Mais on ne voit que des islamistes, fanatiques et arriérés, obsédés par l’islam, le Coran, et la guerre sainte. En somme, disent ces films, ce sont eux qui ont commencé par le clash des civilisations. Les USA ne ripostent que par légitime défense. Légitime, certes, parce qu’en plus l’ennemi refuse les nobles valeurs du libéralisme et de la laïcité.
  • Les films montrent volontiers “l’autre islam”, celui dont les musulmans n’aiment pas parler : on boit de l’alcool en cachette, on s’autorise des strip-teaseuses, mais on fait sa prière.
  • Admettons cependant qu’il est vrai qu’aux Emirats Arabes Unis, les travailleurs immigrés sont traités comme du bétail, et que les conditions d’accueil des étrangers en Occident y sont de loin préférables.
  • Les films en question ont le mérite d’avoir un peu d’auto-critique vis-à-vis des gouvernements américains. Le responsable haut placé qui dit : “We want a pro-secular, pro-Western, pro-business government”. Et plus loin : “C’est dans l’intérêt national des États-Unis de faire du business partout dans le monde, sous le couvert de la liberté et de la paix”.