Au Nègre Joyeux.

22h30, place de la Contrescarpe, Paris 5ème. Un noctambule, éméché mais souriant, m’arrête et me demande: “Voulez-vous voir quelque chose de révoltant? Regardez, vous voyez le panneau qui est là-haut? Il est écrit: “Au Nègre Joyeux”. N’est-ce pas révoltant, n’est-ce pas choquant?”

Effectivement, le flâneur aura l’occasion d’admirer, au premier étage du 14, rue Mouffetard (il s’agit d’une ancienne chocolaterie), un curieux cadre surmonté d’une enseigne…

aunegrejoyeux75005
GoogleMap
negrejoyeux
http://www.flickr.com/photos/9817122@N05/3278248404/

Le problème n’est cependant pas le mot “nègre” en soi — lequel provient du latin “niger”, qui signifie tout simplement “noir, de couleur noire, qui a la peau noire” –, mais l’usage qui en a été fait au cours des siècles et qui lui a assigné cette connotation déplaisante: le fait de traiter les noirs comme des esclaves, ou au mieux des subalternes.

Mais un plus grand problème apparaît: faut-il dire “noir” ou “de couleur”? À mon avis, l’appellation importe moins que l’intention sous-jacente à l’usage du mot. Je trouve que l’appellation “de couleur” sous-entend toujours “je ne suis pas de couleur, tu es de couleur”, ce qui est totalement absurde et hypocrite. D’abord, tous les êtres humains sont de couleur, et ensuite, la dichotomie noir/non-noir (ou noir/blanc) persiste. À quoi bon donc se réfugier dans le politiquement correct si nos intentions ne suivent pas?


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *