Népotisme : pour vous ça passe, pour nous ça ne passe pas.

Lorsque le président de la République française Nicolas Sarkozy accorde un traitement de faveur à son fils de 23 ans, Jean Sarkozy, en octobre 2009, pour accéder à la présidence de l’Établissement public pour l’aménagement de la région de la Défense (EPAD), alors que ce dernier n’a ni les qualités académiques ni l’expérience professionnelle suffisantes pour assumer un tel poste, il est compréhensible que l’on accuse M. le président de népotisme. Le principe d’hérédité est en effet inadmissible dans un système politique moderne. Une pratique héréditariste est immédiatement discréditée dans les sociétés occidentales, et qualifiée de “régression” à un ordre “tribal”, ou “pré-moderne”.

Pourtant, l’héréditarisme est une monnaie courante dans la vie politique des pays dits sous-développés et en voie de développement. Ces procédures sont néanmoins acceptées de fait par la communauté internationale, et les pays sont respectés, malgré leur “différence”, au nom du relativisme culturel. Nous sommes tous égaux et différents. On ne juge pas l’hérédité politique en Arabie saoudite, au Liban, en Syrie, ou dans certains pays africains par exemple; on la respecte. Pour des raisons d’ordre pragmatique et surtout politique. À quoi bon combattre un tyran ou un chef de tribu tant qu’il nous soutient ?

Si le népotisme est violemment rejeté en Occident, cela veut quand même dire qu’il est considéré comme haïssable. Mais ce dégoût à l’égard de tout acte anti-égalitariste peut-il être intellectuellement contenu dans la catégorie “sociétés européennes”, ou bien est-il absolu? En d’autres termes, pense-t-on que cet acte est absolument blâmable, ou bien juste “chez nous”? Difficile de croire que l’homme moderne puisse opérer une telle séparation. Si l’égalitarisme est considéré comme un idéal noble, cela veut bien dire qu’il est noble partout et pour tout le monde. Autrement, peut-on se contenter de vénérer un idéal relatif uniquement à notre culture, notre nation?

Dans ce cas de figure, il est fort probable que nous soyons pour la plupart des évolutionnistes non déclarés.

Le vrai défi des laïcités européennes.

Il n’y a rien de tel que “la Laïcité”, il n’y a que des individus laïques.

Lorsque le pape Benoît XVI déclara que l’Europe devait mettre en valeur ses racines chrétiennes et renforcer son sentiment d’appartenance à une civilisation commune afin de mieux relever les défis à venir, le débat explosa à l’échelle européenne. Mais le débat est un conflit d’idées, il prête à confusion. Les actes, eux, ne mentent jamais.

Dans Le Monde du 4 décembre 2009, Jean-Paul Willaime, directeur de l’Institut européen en sciences des religions (IESR), écrit: “Tout se passe comme si la votation suisse [du 29 novembre 2009] libérait la parole et permettait enfin à certains d’exprimer tout haut ce qu’ils pensaient tout bas, à savoir que, si des musulmans discrets sont relativement acceptables, il n’en va pas de même pour l’islam comme religion.” La pratique religieuse est en baisse depuis des décennies, la catégorie des “sans religion” compte de plus en plus d’individus, mais cela ne veut pas dire que l’on est plus tolérant. Parce qu’il ne s’agit pas uniquement d’une différence religieuse, mais d’une différence perçue de culture. Il est facile d’instaurer légalement la laïcité, mais l’imaginaire ne se laïcise pas aussi facilement, nous dit Willaime.

Il est commun – et facile – de stigmatiser l’Islam pour le traitement inégalitaire qu’il infligeait pendant des siècles aux Gens du Livre (ahl al-kitâb, les juifs et les chrétiens), les enfermant dans le statut inférieur de dhimmis. (Pour information, ce mot vient de dhimma, qui veut dire “conscience”, insinuant que les Gens du Livre portaient sur leur conscience leur refus d’adhérer à l’islam.) Le pouvoir islamique garantissait aux dhimmis une sécurité relative, et leur offrait la protection, en contrepartie du paiement d’une taxe (la jizya, capitation, et/ou le kharâj, impôt sur la terre). La condition dhimmie exigeait, entre autres, des chrétiens et des juifs que leurs édifices soient moins élevés que ceux des musulmans.

L’histoire européenne a, semble-t-il, des analogies avec l’histoire islamique (lire l’article d’Esther Benbassa, ibid.). On cite à toute occasion la déclaration qu’Angela Merkel a faite en 2007, disant que les minarets des mosquées ne devraient pas être “plus hauts que les clochers des églises chrétiennes”. Volonté d’inférioriser les musulmans, ou désir d’égalité entre islam et christianisme?

Les démocraties pluralistes occidentales chérissent le principe d’égalité. Or, la vraie question n’est pas là, parce que l’égalité ne s’affiche pas en théorie, elle s’applique au quotidien. Il apparaît que le citoyen laïque pense différement “tout bas” ce qu’il met en acte au quotidien; qu’il est, “au fond”, convaincu d’une chose, tandis qu’il exprime une autre (cela me rappelle le passage d’Amine Maalouf dans Les identités meurtrières, où on lui demande: “Oui, mais, au fond, vous êtes quoi?). Sauf à certains moments où les masques tombent. Très vite, avant que tout rentre “dans l’ordre”. Dans l’ordre politique, évidemment.

Tout est question de suprématie. La majorité des personnes sont d’accord sur lé principe d’égalité, mais toujours au sein d’un ordre politique et culturel que “nous” (sous-entendu: les “autochtones”) maîtrisons. Pareil pour la liberté d’expression, tant que “nous” avons le dernier mot. Triste réalité…

Par conséquent, le défi des citoyens laïques européens sera d’appliquer l’égalité absolue, sans suprématie, sans domination d’un groupe sur un autre.

Une telle chose est-elle réellement possible dans ce monde d’humains?

————————————————————

P.S.: Sur l’idée d’autochtonie, le très bon essai de Marcel Detienne, Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné, Paris, Seuil, 2003, 192 p.