(Post-)nationalisme et allégeances multiples.

Le mot “dilemme” a quelque chose de déroutant.

La première définition nous donne : “En logique, raisonnement dans lequel deux prémisses contraires aboutissent à une même conclusion”. Et la seconde : “Nécessité de choisir entre les deux termes d’une alternative, entre deux possibilités ayant chacune des avantages et des inconvénients”.

Un article de Yasemin Nuhoglu Soysal soutient que les allégeances multiples des citoyens européens ne devraient plus être vécues comme contradictoires (“Citizenship and Identity: Living in Diasporas in Postwar Europe?”, Ethnic and Racial Studies, vol. 23, No. 1, Jan. 2000, p. 1–15; republié dans Ulf Hedetoft & Mette Hjort (eds), The Postnational Self: Belonging and Identity, University of Minnesota Press, 2002, p. 137-51). Dans la période contemporaine, le sentiment d’appartenance n’est plus exclusif. On se sent à la fois citoyen d’une localité, d’un pays, d’une union politique, d’une région, etc.

On peut donc se sentir citoyen d’un pays tout en gardant des liens affectifs, culturels et politiques très forts avec un ou plusieurs autres. La définition de soi, individuelle et collective, est composite, et implique des fidélités multiples. Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), déclare dans Le Monde du 20 novembre 2009: “Ce que je voudrais exprimer ici, c’est la force complémentaire de ces deux identités, française et juive.” M. Prasquier définit la judéité par la langue hébraïque et  l’attachement à un foyer commun, Israël. Il reprend d’ailleurs une formule d’Elie Wiesel, disant en substance que, si les juifs pouvaient vivre en dehors d’Israël, ils ne pourraient pas vivre sans Israël. “Pour me sentir bien en France comme juif, j’ai besoin de l’État d’Israël. L’idée même que celui-ci disparaisse m’est insupportable”, a-t-il encore dit lors d’une rencontre à Paris en 2007 (Le Monde des Religions, no. 25, sept.-oct. 2007, p. 18).

M. Prasquier ne représente pas toute sa communauté (comme en témoigne cette “réplique juive” à son opinion), mais il en va de même pour quelques autres minoritaires en France, comme certains Français d’origine nord-africaine, italienne, portugaise, viet-namienne, etc.

Le dilemme de la citoyenneté ne serait donc plus caractérisé aujourd’hui par la nécessité de choisir, mais par la possibilité de concilier entre deux.

Suprémacisme : désir d’hégémonie et peur de l’aliénation.

Le terme de “suprémacisme” est souvent pris dans son acception anglo-américaine. Le White supremacism est l’idéologie racialiste selon laquelle les “Blancs” seraient supérieurs aux autres “peuples”, et doivent par conséquent exercer une domination culturelle et politique sur eux. Cette idéologie peut à la fois concerner les WASP aux États-Unis, que les nouveaux mouvements racistes en Europe occidentale ou ailleurs. Je voudrais en proposer ici une définition supplémentaire, développée dans les lignes suivantes.

Dans mon billet du 5 décembre 2009, j’ai suggéré, à partir d’une observation de l’actualité, que le citoyen européen lambda était prêt à adopter une attitude relativiste et laïque tant qu’il ne sentait pas sa domination culturelle et politique menacée par ses concitoyens issus de groupes minoritaires immigrés. L’hypothèse était que, pour ce citoyen laïque lambda appartenant nécessairement au groupe majoritaire, seul comptait le sentiment d’avoir le dernier mot en politique. Le pluralisme était toléré tant qu’il ne menaçait pas son sentiment de suprématie. Cela reviendrait à dire que le citoyen laïque lambda n’était pas au fond si laïque, parce qu’il se considérait, de manière inavouée, comme un citoyen “autochtone”, “de souche”, “authentique”.

L’attitude ethnocentrique oscille entre le désir d’hégémonie et la peur de l’aliénation. L’ultime ouvrage de Samuel Huntington, Who Are We? The Challenges to America’s National Identity (Simon & Schuster, 2004), pourvoit un bon exemple à cet égard. Notons tout d’abord la question existentielle, et symptomatique : Qui sommes-nous? En substance, SH s’interroge sur le devenir de l’identité américaine et prône le retour à ce qui a fait des États-Unis ce qu’ils sont, c’est-à-dire l’éthique WASP. SH ne cache pas d’ailleurs, et depuis longtemps, son scepticisme vis-à-vis de l’idéologie multiculturaliste, dans lequel il voit la “désunion de l’Amérique” (cf. l’article dans Foreign Affairs, vol. 72, no. 5, Nov.-Dec. 1993, p. 190). Suprémacisme encore toujours.

Votation suisse : commentaire d’un catholique.

Voici la réaction d’un ami catholique (plutôt traditionnaliste), que j’ai l’habitude de croiser, sur la votation suisse du 29 novembre 2009 :

“Tant que les chrétiens seront traités comme les égaux des musulmans en Égypte, en Irak, en Syrie, et dans le reste du monde musulman, alors je serai prêt à accorder l’égalité aux musulmans d’Europe.”

Sans commentaire.