God Save the Patriarch.

ct lottery

Au Liban, le patriarche maronite Nasrallah Boutros Sfeir se montre sceptique à l’égard des tentatives d’abolition du “confessionnalisme politique”, ce système politique étrange qui prescrit une représentation des 18 communautés religieuses dans les institutions étatiques. La demande de “déconfessionnalisation” symbolise pour certains le passage à la société civile (par opposition à la “société familiale”, cf. mon billet du 1/12/2009). Les expressions “société civile” et “État civil”, qui sont fréquemment relayées par des journalistes et des pseudo-intellectuels, sont généralement dépourvues de sens pour leurs utilisateurs eux-mêmes. En effet, elles constituent une alternative acceptable au terme “laïcité” (‘almâniyya), jugé blasphématoire pour les autorités religieuses musulmanes, et “difficile à réaliser” pour les autorités religieuses chrétiennes.

Dans sa déclaration du 22 novembre 2009 (jour de la fête nationale de l’indépendance), le patriarche maronite reprend l’argument bidon, mais ô combien efficace, des adversaires de la “déconfessionnalisation politique”, selon lequel il faudrait d’abord supprimer le confessionnalisme des esprits avant de le supprimer des textes officiels. La phrase sonne mieux en arabe, où on oppose les “esprits” (an-nufûs) aux “textes” (an-nusûs).

Il est amusant de constater que  les avocats de la “déconfessionnalisation” se trouvent être les champions du communautarisme, du clientélisme, et du fanatisme religieux, notamment le parti de Dieu chiite/Hezbollah (cf. sa nouvelle charte politique du 30/11/2009, 3ème point de la 2ème section), et la Jamâ’a Islâmiyya sunnite (4ème point de la section “politique” de leur programme électoral 2009; voir aussi la déclaration du programme), pour ne citer que ces deux-là. Mais ne soyons pas trop durs avec les “laïques” libanais : il y a bien le candide Michel Sleiman, président de la République.

L’utopie fait les nations. Le carnaval autour de la déconfessionnalisation n’est autre que du folklore, comme l’a bien formulé un député libanais, lui-même partisan d’une idéologie farfelue. Circulez, citoyens, y’a rien à voir.

La fonction hystérisante des médias.

lottery

Difficile de savoir la réelle ampleur de la surmédiatisée “peur de l’islam”. Les titres choc, les images tape-à-l’oeil, les propos sulfureux, tout cela est réel, mais à quel point ?

Disons-le d’emblée, les médias n’ont pas – ou pas seulement – pour fonction de véhiculer une information, mais de vendre des exemplaires, c’est-à-dire maintenir leur place dans le marché. Plus il y a de ventes, plus ils font autorité. Pour vendre, rien de mieux qu’un peu de sel et de poivre. L’information est généralement vraie, mais elle est aussi vraie que la viande de boeuf dans le pot-au-feu. Un peu d’hystérie, un peu de drame, il faut bien la chose attirante.

Laissons de côté la France et penchons-nous sur l’épicentre, la Suisse. Il vaut la peine de jeter un coup d’oeil sur le site Patriot.ch, où on aura l’occasion d’admirer au passage de nombreuses affiches islamophobes (je ne sais pas si le site est d’extrême droite, mais racisme garanti):

1- Non aux symboles de pouvoir musulmans en Suisse!

Remarquez la taille du minaret par rapport à celle de la cathédrale (du reste, plus très fréquentée). Les Suisses semblent avoir plus peur des symboles musulmans comme symboles politiques que comme symboles religieux.

2- Arrêter l’islamisation!

3-  Drapeau de la Suisse musulmane

4- Et finalement, la fameuse affiche pour le “Oui à l’interdiction des minarets”, qui diabolise la femme musulmane voilée, dont la peau est noire, et la grimace malfaisante.

Un autre site, Minarette.ch, est le fruit d’une initiative populaire contre la construction de minarets. À méditer: la tragi-comique image montrant le drapeau suisse transpercé par le minaret.

Pour certains, le “oui” à l’interdiction des minarets est un “oui” à la démocratie (Die Weltwoche, 25/11/2009).

Votation suisse: commentaire d'un musulman.

powerball

Désolé, ami catholique, de te  stigmatiser comme catholique; et désolé, ami musulman, de te stigmatiser comme musulman. Mais il faut bien écrire quelque chose.

“Les musulmans sont les nouveaux juifs”. Cette phrase, qui n’a a fortiori aucun sens pour le commun des Occidentaux, est pourtant aux lèvres de nombreux musulmans que j’ai l’occasion de rencontrer.

Traduction: les musulmans subissent aujourd’hui ce que les juifs ont subi au cours des siècles précédents. À discuter.