Ave Minaret.

maryland lottery

Mardi 8 décembre, Paris, 19 heures. La mélodie d’un Ave Maria retentit dans la rue Monge, suivi du chant : “Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous…”. Il me faut un temps pour réaliser que nous étions le 8 décembre, c’est-à-dire le jour de la fête de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie. Une procession en plein quartier latin, comme dans d’autres quartiers de la ville, comme dans d’autres villes de la France. De quoi me faire penser au charme incontestable des processions religieuses, aux lumières de l’Avent, aux décorations par-ci, par là.

Cela me fait également méditer sur la laïcité. Mais commençons par une anecdote. Le 30 novembre, c’est la Saint-André. Alors que je me plais à rappeler le jour de la fête de mon saint patron, j’entends une amie me dire : “Je croyais que tu étais un laïque à fond, au fait”. Péché typique du laïque français où la laïcité est trop souvent confondue avec la suppression de la religion. “Oui, mais la religion, c’est quelque chose de personnel, c’est pas pour qu’on en parle en public”, ainsi va la rengaine laïque française. Telle est effectivement une chose sur laquelle nous sommes d’accord: reléguer la religion à la sphère privée. Deux choses, cependant: 1- “la religion” signifie-t-elle systématiquement “la pratique religieuse”, et 2- la privatisation du religieux doit-elle être mise en oeuvre constamment et sans interruption, donc sans considération pour les périodes de célébration et de grande fête ?

Dans ce cas, pourquoi a-t-on le loisir d’observer des manifestations religieuses catholiques et pas de manifestations religieuses juives, ou musulmanes ? Est-ce parce que la France est majoritairement catholique, et que son histoire est catholique ? On entend les clochers des églises sonner pendant un court moment, mais pas l’appel à la prière de la Grande Mosquée de Paris. À Damas, en Syrie, aussi, les mosquées sont silencieuses. Mais c’est parce qu’il y en a beaucoup. La laïcité n’est pas injuste. La laïcité est pour le plus grand nombre. Elle reflète l’histoire nationale du plus grand nombre, et sa définition de la nation est celle du plus grand nombre. De plus, la laïcité précède l’ère du pluralisme.

Dans cette veine, je retransmets le commentaire d’un lecteur du Figaro Magazine, paru dans le no. 20332 du samedi 12 décembre 2009 en p. 10:

“Les Suisses ont-ils interdit la pratique de l’islam sur leur sol ? Ont-ils interdit la construction de mosquées ? Pas du tout ! (…) Il s’agit seulement de manifester leur opposition à la construction de minarets, c’est-à-dire d’excroissances architecturales qui ne correspondent pas vraiment au style des constructions suisses. Est-ce se montrer intolérant que d’oser fixer des limites à l’hospitalité ? Tout permettre, tout accepter, n’est-il pas le moyen de développer un phénomène de rejet, c’est-à-dire d’intolérance elle-même ? Comment se fait-il que nos politiques ne s’expriment jamais sur ce qui se passe dans certains pays où on n’interdit pas seulement la construction de clochers d’églises mais bien les églises elles-mêmes et la pratiques même d’une religion chrétienne ?” (cf. mon billet du 7/12/2009)

Un article intéressant, paru dans le quotidien arabophone libanais As-Safîr du 10/12/2009 (no. 11467), signé Saqr Abû Fakhr, s’accorde avec cette dernière opinion. Il estime que la décision d’interdire la construction de minarets est dans l’intérêt des musulmans suisses, et dans une plus large mesure, européens. En effet, continue-t-il, leurs libertés religieuse et individuelle  sont entièrement respectées, alors que celles des non-musulmans en terres d’islam ne le sont pas, sinon pas de manière analogue. L’auteur étaye son argument en citant des exemples repris dans la presse arabe et musulmane (As-Siyâsa, Ash-Sharq al-Awsat, Al-Ra’î al-‘Âm, An-Nahâr).

Mais ceci n’est qu’une seule réaction. Attendons voir les autres.

Le nationalisme, c'est la guerre!

idaho lottery

Voici le discours que le Président Mitterrand prononça devant le Parlement européen le 17 janvier 1995, quelques semaines avant la fin de sa présidence:

« Il se trouve que les hasards de la vie ont voulu que je naisse pendant la première guerre mondiale et que je fasse la seconde. J’ai donc vécu mon enfance dans l’ambiance de familles déchirées qui toutes pleuraient des morts et qui entretenaient une rancune et parfois une haine contre l’ennemi de la veille. L’ennemi traditionnel ! Mais, Mesdames et Messieurs, nous en avons changé de siècle en siècle ! Les traditions ont toujours changé. J’ai déjà eu l’occasion de vous dire que la France avait combattu tous les pays d’Europe, à l’exception du Danemark, on se demande pourquoi ! Mais, ma génération achève son cours, ce sont ses derniers actes, c’est l’un de mes derniers actes publics. Il faut donc absolument transmettre. Vous êtes vous-mêmes nombreux à garder l’enseignement de vos pères, à avoir éprouvé les blessures de vos pays, à avoir connu le chagrin, la douleur des séparations, la présence de la mort, tout simplement par l’inimitié des hommes d’Europe entre eux. Il faut transmettre, non pas cette haine, mais au contraire la chance des réconciliations que nous devons, il faut le dire, à ceux qui dès 1944-1945, eux-mêmes ensanglantés, déchirés dans leur vie personnelle le plus souvent, ont eu l’audace de concevoir ce que pourrait être un avenir plus radieux qui serait fondé sur la réconciliation et sur la paix. C’est ce que nous avons fait. Je n’ai pas acquis ma propre conviction comme cela, par hasard. Je ne l’ai pas acquise dans les camps allemands où j’étais prisonnier, ou dans un pays qui était lui-même occupé comme beaucoup. Mais je me souviens que dans une famille où l’on pratiquait des vertus d’humanité et de bienveillance, tout de même, lorsque l’on pratiquait des Allemands, on en parlait avec animosité. Je m’en suis rendu compte, lorsque j’étais prisonnier, en cours d’évasion. J’ai rencontré des Allemands et puis j’ai vécu quelques temps en Bade-Wurtemberg dans une prison, et les gens qui étaient là, les Allemands avec lesquels je parlais, je me suis aperçu qu’ils aimaient mieux la France que nous n’aimions l’Allemagne. Je dis cela sans vouloir accabler mon pays, qui n’est pas le plus nationaliste loin de là, mais pour faire comprendre que chacun a vu le monde de l’endroit où il se trouvait, et ce point de vue était généralement déformant. Il faut vaincre ses préjugés. Ce que je vous demande là est presque impossible, car il faut vaincre notre histoire et pourtant si on ne la vainc pas, il faut savoir qu’une règle s’imposera, Mesdames et Messieurs : le nationalisme, c’est la guerre ! La guerre ce n’est pas seulement le passé, cela peut être notre avenir, et c’est vous, Mesdames et Messieurs les députés, qui êtes désormais les gardiens de notre paix, de notre sécurité et de cet avenir ! »

François Mitterrand (1916-1996), président de la République française (1981-1995).