Retour sur l'idée d'assimilation.

georgia lottery

Je voudrais d’abord reproduire tel quel un billet d’Éric Zemmour, mis en ligne le 11/12/2009 sur LeFigaro.fr et publié dans Le Figaro Magazine du 12/12/2009, p. 18, intitulé “Assimilation, une recette française” (les italiques qui suivent ne sont pas dans le texte original) :

“C’est le retour d’un proscrit. En osant écrire le mot « assimilation » à la place de l’habituel « intégration », le président Sarkozy a, dans sa tribune publiée dans Le Monde du 9 décembre, brisé un tabou. Rétabli l’honneur d’un vieux mot interdit par nos élites bien-pensantes depuis près de quarante ans. L’assimilation, c’est l’abandon d’une partie de soi, de ses racines, pour adopter les mœurs, le mode de vie, l’histoire, la façon de penser de sa nouvelle patrie. C’est une impérieuse hiérarchie des appartenances et des normes culturelles. Un devoir de discrétion pour les pratiques religieuses. Un corset néocolonial, nous assénèrent nos prédicateurs antiracistes.

Cette assimilation fut pourtant la clé, selon le grand historien Fernand Braudel, de «l’intégration sans douleur» de ces immigrés belges, italiens, espagnols, russes, juifs, arméniens, etc., qui, pendant un siècle, «se sont vite confondus dans les tâches et les replis de notre civilisation tandis que leurs cultures d’origine ont apporté une nuance de plus à notre culture complexe».

On est loin du «métissage des idées, des pensées, des cultures» que Sarkozy exalte dans son texte. Le « métissage » va avec diversité et intégration. Il est synonyme du « multiculturalisme », porte d’entrée de ce communautarisme que Sarkozy dit combattre. Il lui faut donc choisir. Mais le peut-il encore ? Depuis le traité de Lisbonne, qu’il est si fier d’avoir fait ratifier, ces questions sont de compétence européenne. Les décisions sont prises à la majorité qualifiée. Or, le 19 novembre 2004, le Conseil européen « justice et affaires intérieures » a adopté comme principe que «l’intégration est un processus dynamique, à double sens, de compromis réciproque entre tous les immigrants et résidents des Etats membres». Le contraire – mot à mot – de l’assimilation à la française. (…)”

Ce que cette opinion nous montre, c’est que les partisans de l’assimilationnisme sont nombreux. Or, comme je l’évoque dans les billets du 15/12/2009 et du 7/12/2009, la culture à laquelle on est censé s’assimiler est celle du plus grand nombre ou, plus précisément, celle de ceux qui étaient là “avant“. Dans certains pays, le communautarisme est vu comme le meilleur moyen de sauver la diversité (cf. billet du 8/12/2009), malgré son caractère répugnant. Dans d’autres, il faut proscrire à tout prix le communautarisme en “nivelant” les différences, quitte à abolir la diversité. Il est intéressant de remarquer que le multiculturalisme est considéré comme un cheval de Troie qui fait triompher le communautarisme, et confère une légitimité à tous les excès. Souvenons-nous des paroles de Huntington (1993 et 2004 ; ibid., 7/12/2009) qui voyait dans cette idéologie le début de la “désunion de l’Amérique”.

Les sympathisants de l’assimilationnisme partagent le rêve d’une communauté nationale lisse et homogène, unifiée autour des valeurs de la “majorité autochtone”.

Appartenir sans croire.

ny lottery

On connaît la célèbre idée de la sociologue des religions Grave Davie sur le Believing without Belonging. De mon côté, j’étais plus fasciné par le phénomène inverse, à savoir le Belonging without Believing, ou l’appartenance sans croyance (que d’aucuns appellent “appartenance sociologique”). Qu’est-ce qui fait que nous adhérions à une communauté ou un groupe sans adhérer à ses croyances et ses valeurs ?

Je voudrais donc, pour tenter d’y répondre, partager avec vous un texte sur l’appartenance sans croyance que j’ai écrit il y a plus de deux ans. Je ne suis pas sûr d’être toujours d’accord avec mes conclusions de l’époque sur l’individualisme moderne (cf. dernière partie). J’avais 23 ans et ne comprenais rien. Mais le lecteur en jugera.

Political Citizenship Models and Ethnic Group Quota Debates.

wisconsin lottery

BJPS788

Adapté de :

Mona Lena Krook, Joni Lovenduski and Judith Squires, “Gender Quotas and Models of Political Citizenship”, p. 788, British Journal of Political Science, vol. 39, no. 4, October 2009, Cambridge UP, p. 781-803.