Parution: 2 rapports nationaux sur le rapport Religion-État.

Le XVIIIè Congrès International de droit comparé, organisé par l’Académie Internationale de droit comparé et l’American Society de droit comparé, s’est tenu à Washington DC du 25 juillet au 1er août 2010.

La religion et l’État laïque: Rapports nationaux, sous la direction de Javier Martinez-Torrón et W. Cole Durham, Jr., rapporteurs généraux, publié par l’International Center for Law and Religion Studies, Brigham Young University, Provo, Utah, 2010, 826 pp.

Un rapport général suivi de 47 rapports sur 46 pays, à savoir: Andorre, Argentine, Arménie, Australie, Belgique, Brésil, Bulgarie, Canada, Chili, Colombie, République Tchèque, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Ghana, Grèce, Hongrie, Inde, Irlande, Israël, Italie, Japon, Kazakhstan, Corée, Lettonie, Malte, Mexique, Népal, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Pérou, Philippines, Russie, Écosse, Serbie, Slovaquie, Espagne, Soudan, Suède, Suisse, Turquie, Ukraine, Royaume-Uni, États-Unis, Uruguay.

Religion and the Secular State – Interim Reports (pdf, en).

Religion and the Secular State – All National Reports (pdf, en).

Les Arabes ont des filles sexy.

Dans un monde mondialisé, tyrannisé par l’image et les exigences de la cool attitude, les Arabes peinent à se tailler une place honorable. Dans mon billet du 30 décembre 2009, “Les Arabes vus par les Américains”, j’ai résumé une image des Arabes telle qu’elle est apparue dans des films hollywoodiens récents ayant connu un grand succès au box office. Bien avant le 11 septembre 2001, et que ce soit pour des causes directes ou indirectes, les médias internationaux n’ont pas réussi à diffuser une image des Arabes dans laquelle ces derniers pouvaient se reconnaître.

Si l’époque 1500-2000 était celle de l’écrit, la période de “l’an mil qui vient après l’an mil” est pour sûr celle de l’image — et jusqu’à présent celle des canons de beauté de type anglo-saxon.

Jad Shwery, un chanteur libanais visiblement révolté par ce nouvel ordre mondial de l’image, entreprend de prouver au monde (entendre: l’Occident), dans le vidéo-clip de sa chanson Funky Arabs que les Arabes ne sont pas tous mal rasés; qu’ils ne sont pas tous barbus, ventripotents à la limite de l’obésité, et  qu’ils ne portent pas tous le keffieh et la ‘abâya. Non. Il y a des Arabes beaux gosses, démontre-t-il; des mâles — des vrais — qui se maintiennent en bonne forme physique, qui se soignent les cheveux et les ongles. Pour prendre un exemple au hasard: Jad Shwery lui-même, figure de proue de la métrosexualité arabe.

“Et en plus, leurs femmes sont voilées!”, penseront quelques-uns.La vidéo est inaugurée par une Arab (fake) Blondie langoureuse qui se dandine dans un cadre on ne peut plus glamour et bling bling. We’ve got sexy girls! Vers la fin du clip, l’excès de corps, si ostensiblement mis en scène, frisant la débauche, se veut faire un pied de nez monumental à la culture du voile “injustement” attribuée aux Arabes (ça se discute). Eh bien non, s’acharne Jad Shwery, we can be hot too, yes we can! De même, la Botox-mania et l’addiction à la chirurgie esthétique, symptômes victimaires par excellence, sont exaltées comme des signes de modernité, voire d’émancipation. Esclavagisé par l’image et fier de l’être.

Le sentiment arabe d’injustice est compréhensible, aussi bien en matière de politique internationale qu’en matière d’image de marque internationale. Notre chanteur libanais n’est pas le premier à avoir eu cette réaction d’auto-justification vis-à-vis de cette double injustice. Il est, en revanche, le premier à l’avoir concrétisée devant le monde de manière originale.

Les dernières lignes de mon billet du 8 juillet 2010, “Le féminisme musulman est-il un féminisme voilé?”, s’interrogent sur l’échelle des valeurs qui sous-tend la notion de beauté dans les sociétés arabo-musulmanes où le religieux est ultra-institutionnalisé — une notion éminemment culturelle et religieuse. En effet, le moralisme sécrété par la religiosité “ultra” affecte les représentations sociétales du beau. La “beauté morale” de la femme, ou plus précisément une apparence de conduite vertueuse, reste un requis fondamental dans les sociétés arabo-musulmanes. Bien sûr, les formes d’hypocrisie sont le propre de toutes les sociétés, mais les exceptions finissent toujours par confirmer la règle. En réaction à l’esthétisme plastique de Jad Shwery, un spectateur arabe ne tarde pas à laisser un commentaire d’indignation: “Êtes-vous en train de dire aux gens que nous n’avons aucune morale?”

Autre aspect déplaisant de la tentative Shwery: son désir trop mimétique. Il faut se rendre à l’évidence que Funky Arabs constitue une pâle copie des chansons américaines de hip-hop affublée de paroles insipides et de scènes pastichées; qu’elle reflète une contre-authenticité ratée au sens fort (c’est d’ailleurs la définition même de la contre-authenticité).

Finalement, si l’on pense que la culture du voile contredit le culte du corps, il y a méprise. Le voile est la production religieuse et culturelle suprême qui reconnaît le mieux le potentiel érotique du corps et la fonction créatrice-destructrice de la sexualité dont il est le seul support. Le voile est le reflet d’une sur-valorisation de la chair, je dirais même d’une obsession vis-à-vis du corps. Il n’en est aucunement la négation mais l’exaltation outrancière, jusqu’à la sacralité délétère.

Chaque culture surmonte la question du corps à sa manière. Le processus de socialisation (c’est-à-dire la transformation en objet social, plus qu’exclusivement personnel) du corps dans les sociétés arabo-musulmanes, conformément à un idéal de pureté et de pudeur, se limite très souvent à la sphère publique. Dans le privé, tous les excès, toutes les débauches sont halâl — ou presque. Dans ce cas-là donc, Victoria’s Secret constitue un secret au vrai sens du terme.

Jad Choueiri – Funky Arabs (lien alternatif vers youtube.com)

Le féminisme musulman est-il un féminisme voilé?

Les questions éminemment politiques que soulève le voile sous toutes ses formes (hijâb, niqâb, burqa, tchador) dans les sociétés occidentales ne devraient pas “voiler” — si l’expression est permise — son intérêt dans le milieu des gender studies. En effet, la visibilisation croissante du port du voile islamique, dans les médias aussi bien que dans le quotidien, a contribué à réveiller, en Occident, des questionnements profonds autour de la féminité et de son rapport à la masculinité.

Bien que le féminisme peut être daté antérieurement au 19ème siècle, le fémininsme moderne, c’est-à-dire le mouvement de libération des femmes né dans la société industrielle, contemporain de la révolution sexuelle, individualiste, libertaire et rationalisant, émerge réellement au début des années 1960. Pour les féministes “classiques”, le voile symbolise le signe de l’humiliation de la femme; il serait la marque de sa soumission à l’homme, d’autant plus qu’elle est légitimée et sacralisée par les autorités religieuses. Si le voile islamique est si virulemment réprouvé par les féministes, c’est parce qu’il représente l’antithèse parfaite de ce que les féministes ont si ardemment cherché à subvertir; parce qu’il démolit tout ce qu’ils ont contribué à bâtir, à savoir l’émancipation des femmes de la tutelle de leur père, de leur mari, de leur frère, de leur fils, bref: du mâle.

A mon sens, le féminisme occidental ne doit guère prétendre universaliser ses acquis et en faire des idéaux valables dans toutes les cultures d’aujourd’hui, au risque de pécher par ethnocentrisme. L’idée du Bien est extrêmement relative à la société qui la fait naître et évoluer; elle ne peut être appliquée à d’autres cultures sous peine de juger autrui à partir de “notre” propre morale.

Je ne voudrais pas non plus sombrer dans un relativisme culturel outrancier qui aboutirait à chosifier les cultures en blocs immobiles dépourvus de liens entre eux. Selon moi, la clé de l’analyse ne réside pas dans le contenu de la question mais dans sa structure; non pas dans les valeurs que le féminisme occidental préconise, mais dans le contexte qui lui a donné vie.

En effet, je considère que le féminisme occidental “classique” (ou moderne) est uniquement un mouvement de redéfinition du statut de la femme en Occident et de son rôle vis-à-vis de l’homme. Ce mouvement s’est construit par rapport (et surtout par opposition) à une situation antérieure perçue comme contradictoire avec les valeurs de la “modernité”, à savoir le droit à la liberté et à l’égalité de tous les êtres humains, hommes et femmes. Mais le statut d'”être humain” ne suffisait pas. Il était nécessaire que la notion de libre arbitre s’accompagne de la notion de rationalité. L’être humain est alors considéré comme un être libre et rationnel, capable de faire et de fonder ses propres choix, faculté qu’il partage de plain-pied avec autrui.

Le féminisme occidental n’est pas réellement original en soi, il est un rejeton de la modernité. Dans les mondes arabe et musulman, la modernité a été d’abord nationaliste (anti-impérialiste, anti-colonialiste, tiers-mondiste) puis islamiste. Autrement dit, il n’y a pas de modernité en soi; elle diffère selon les aires géo-culturelles. Elle reste influencée par les préceptes occidentaux tout en les réinterprétant différemment.

Tout comme le féminisme occidental, le féminisme musulman est un phénomène de structure. Il est un mouvement de redéfinition du statut de la femme musulmane et de son rôle vis-à-vis de l’homme musulman. Ce mouvement s’est construit par rapport (et opposition) à une situation antérieure perçue comme contradictoire avec les valeurs de l’islam et du Qoran (une ère de “décadence” et d'”obscurantisme” islamique comme disent les islamistes du calibre de Khomeyni et autres), à savoir le devoir d’être solidaire de l’homme, de lui obéir, de ne pas provoquer son désir (sexuel entre autre, d’où le port du voile), et d’assumer pleinement son rôle de “gardienne des traditions et de la morale islamique”.

Encore une fois, les valeurs féministes (occidentales et islamiques) sont des constructions relatives à une situation précédente qui ne devraient pas être prises comme absolument valables en soi. (C’est une vision nihiliste mais la sociologie elle-même est une science nihiliste.)

Miss “Occident” (idéaltype) a une plastique parfaite et porte une robe de soirée et un bikini; elle symbolise d’abord le paroxysme de l’image et de l’esthétique. Miss Arabie Saoudite (et autres pays islamiques/-istes) est voilée, elle est élue selon ses “bonnes moeurs”, son “obéissance à ses parents” et à ses “résultats scolaires”. Deux féminismes antinomiques mais féminisme quand même.

Assimilez-vous, rassimilez-vous qu’ils disaient!

C’est le retour de Zemmour.

Dans mon billet du 17 décembre 2009 intitulé “Retour sur l’idée d’assimilation“, j’ai tenté de faire un commentaire sociologique en réaction à une tribune de M. Éric Zemmour publiée quelques jours auparavant dans Le Figaro Magazine.

Encore un dérapage intéressant de M. Éric Zemmour à signaler dernièrement. Cela s’est passé sur le plateau de l’émission de Thierry Ardisson Salut les Terrains, le samedi 6 mars 2010, lors d’une escarmouche verbale avec la militante antiraciste Rokhaya Diallo (qui a un blog fort intéressant, par ailleurs). L’info a été retransmise par Le Journal du Dimanche; vous pouvez retrouver un petit résumé ainsi que la vidéo ici (vraiment hilarant).

Si vous aimez les polémiques comme moi, vous lirez aussi l’interview à chaud de M. Éric Zemmour par la rédaction du Post à propos de cet incident (vu 172019 fois et 603 commentaires au 10/3/2010, quand même!). Il faut dire que ce n’est pas la première fois que de tels différends arrivent sur le plateau de M. Thierry Ardisson. Vive la télé!

Qu’il est facile de se proclamer tel ou tel, mais les revendications identitaires nous prouvent toujours qu’elles sont relatives, c’est-à-dire qu’elles s’expriment immanquablement en réaction à l’Autre, face à la différence perçue. La France est un pays chrétien nous dit M. Zemmour (d’ascendance algérienne berbère juive). Chacun a droit à ses propres opinions, bien entendu, mais je vois mal cet énoncé courir les rues dans les années 1960 et 1970; il me semble qu’il est plus accepté aujourd’hui qu’hier — indépendamment de sa véracité ou de sa non-véracité.

Lorsqu’on parlait de France chrétienne quelques décennies auparavant, on se faisait rappeler l’impératif de laïcité par les laïcards, et lorsqu’on en parle aujourd’hui, on se fait certes toujours un peu taxer de “réac sur les bords”, mais, me semble-t-il, un tantinet moins qu’avant.

Souvenez-vous, Samuel Huntington aussi avait peur de la “désunion de l’Amérique” (voir mon billet du 7 décembre 2009). Le morcellement des nations nous promet un grand nombre de problématiques intéressantes.

Dynamiques communautaires libanaises.

Propos recueillis le 5 mars 2010, au Havre (Normandie), France.

MN, né en 1982, grec-melkite catholique de la région de la Beqaa au Liban, et doctorant en informatique.

Les propos ci-après ont été recueillis à ma demande (insistante), après avoir les avoir entendu une première fois. C’est donc à moi que revient l’initiative de coucher cet événement sur du papier et de le partager avec le lecteur. Je traduis de l’arabe :

I. Perception de soi et d’autrui.

MN. J’étais avec des chiites dans un van allant du Hermel à Beyrouth (Hazmié plus précisément).

AS. Était-ce un van mixte ?

MN. Non, il n’y avait que des chiites, et j’étais le seul chrétien. Arrivés à Baalbeck, nous avons été pris dans un embouteillage monstre, et les chauffeurs de van étaient en train de se doubler l’un l’autre, l’un dépassant l’autre, puis l’autre prenant de l’avance, et partout à Baalbeck, comme tu les sais, les rues étaient sales. Si tu es un touriste étranger à Baalbeck, tu n’as qu’une envie, c’est celle de partir, parce qu’il n’y a pas d’hôtels, c’est sale et l’organisation est inexistante. C’est extrêmement dommage étant donné la valeur archéologique et l’histoire de la ville.

Au bout de quelque temps, l’un des passagers du van dit : Regarde toutes ces saletés, dans les régions chrétiennes comme Jounié, tu ne trouves pas cette saleté et ce manque d’organisation.

AS. L’a-t-il dit uniquement à son compagnon ou bien à l’attention de tout le monde ?

MN. Tout le van l’a entendu, ce qui veut dire qu’il assumait ce qu’il disait, et qu’il voulait que tout le monde l’entende.

AS. Penses-tu qu’il savait que tu étais chrétien ?

MN. Je ne pense pas, il ne pouvait pas savoir. [Je voudrais également confirmer qu’il est réellement impossible, à vue d’œil, de dire si MN est chrétien ou non] Donc, forcément, il l’a dit à l’adresse des chiites dans le van. Et personne n’a répliqué, ce qui veut dire que les autres en sont aussi persuadés, ou bien qu’ils acceptent cette idée.

Dans ce cas, l’autocritique pouvait être acceptée, parce qu’elle venait de l’intérieur de la communauté. Elle aurait été réprouvée si elle venait de l’extérieur.

II. Sur la tolérance accrue des Libanais expatriés envers les uns les autres

En France, tu acceptes davantage les musulmans qu’au Liban. Pourquoi ? Parce que, je pense, tu as moins le choix. Les Libanais à l’étranger sont moins nombreux, tu as besoin de parler avec des Libanais en France – ou ailleurs, selon là où tu te trouves. C’est comme un réflexe de minorité.

C’est un peu comme le proverbe arabe : « Mon frère et moi contre mon cousin, mon cousin et moi contre l’étranger ». Imagine que tu as un voisin dans ton village, à qui ne dis même pas le bonjour. Si tu le revois par hasard en ville, tu vas le saluer. C’est pareil à plus grande échelle : tu ne retiens que les choses partagées, comme la langue, la nourriture, l’histoire du pays, etc.

***

Je comprends très bien ce que mon interlocuteur a voulu dire. Qui de nous n’a pas vécu un tel moment ? Un sentiment immédiat de camaraderie, un lien réciproque qui se noue souvent entre les voyageurs venant d’un même pays, qui se trouvent loin de chez eux, et qui très vite partagent les mêmes observations à propos de leur différence vis-à-vis des gens locaux. Le moment qu’ils passent ensemble est extraordinaire, et leur conversation parvient à un degré profondément personnel – une intimité inhabituelle, une fraternité même.

Mais lorsque ces deux voyageurs se revoient dans leur cadre de vie habituel, il leur est difficile – à chacun – de comprendre, à nouveau, pourquoi ils avaient ressenti cette connexion profonde vis-à-vis l’un de l’autre. Cette deuxième rencontre sera fort amicale, cordiale, intéressante, mais rien de plus. Dépourvue de l’intensité et de la magie de la première fois.

Nous sommes tous victimes des effets de la relativité. La première fois, les deux voyageurs étaient des étrangers dans leur milieu ambiant, et chacun représentait pour l’autre la meilleure compagnie alternative possible. La « platitude » de la deuxième rencontre s’explique justement par le cadre « normal » et « plat » où elle a eu lieu.

C’est à travers les lentilles de la relativité que nous voyons le monde en permanence. Le caractère enchanté ou désenchanté du moment dépend entièrement des circonstances environnantes.

Ces dernières lignes sont reprises du livre de Dan Ariely, Predictably Irrational: The Hidden Forces that Shape Our Decisions, London, Harper Collins, 2009, p. 246-7.

Le multiculturalisme, ça vous chante?

Malgré son style improvisé et sa mélodie artisanale, une petite chanson peut parfois provoquer de graves polémiques. Je vous laisse découvrir un “hit single” écrit et composé en 2007 par Philippe Gouin, un policier de la ville de Montréal en réaction au débat autour de la notion d'”accommodement raisonnable” au Québec. Un bon complément à mon billet du 21 février 2010.

Titre: “Accommodements raisonnables” (apparaît parfois sous le titre: “Ça commence à faire, là”).

Accommodements raisonnables (youtube.com)

Paroles:

On pense que ça commence à faire là
On pense qu’on a assez ri de nous autres là
Pis pour ceux qui n’seraient pas contents
Crissez-moé vot’camp

On veut ben accepter des ethnies
Mais non pas à n’importe quel prix
Si tu veux t’joindre à notre beau pays
Tu devras faire certains compromis

Lorsqu’accueilli dans une place
Il faut se fondre à la masse
Parce qu’on peut dire qu’ici tu es bien
Plus que d’où tu d’viens

On peut maintenant porter le Kirpan
Parce que nous autres on est tolérants
Changer les règles du YMCA
Pis un coup parti, du CLSC

Nous sommes nous fracturé la raison
Pour les caprices de chaque religion
Vos accommodements raisonnables
On n’est pu capable

Y a des limites à s’faire chier dessus
Par une minorité de trous d’culs
Si tu n’es pas content de ton sort
Y a juste un endroit qui’ è l’aéroport

Toi ma minorité ethnique
Arrête un peu ta musique
Sinon dans ces cas-là tu devras
Retourner chez toi (x 2)

Les Rapports Stasi (2003) et Bouchard-Taylor (2008).

Nous avons trop tendance à faire des commentaires à partir de sources de deuxième et de troisième main en négligeant les textes fondamentaux relatifs à des questions sociologiques d’utilité publique.

Ci-dessous:

1- Le rapport final de la Commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République, présidée par M. Bernard Stasi, médiateur de la République, remis au président de la République française Jacques Chirac le 11 décembre 2003 (78 p., au format .pdf).

2- Le rapport intégral de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles (Québec, Canada), co-présidée par MM. Charles Taylor, philosophe, et Gérard Bouchard, sociologue, rendu public le 22 mai 2008. Les rapports intégraux (310 p.) et abrégés (101 p.), en français et en anglais, sont téléchargeables sur www.accommodements.qc.ca/.

Religion Monitor : l’outil qui mesure votre religiosité.

Le Religion Monitor (ou moniteur des religions) est un outil scientifique développé par la fondation Bertelsmann qui permet de déterminer son profil religieux personnel.

En se connectant sur www.religionsmonitor.com, les personnes intéressées peuvent mesurer leur religiosité, ou leur non-religiosité : à quel point est-on croyant, dans quelle mesure la religion influence-t-elle notre vie, quelle est la place des questionnements sur le divin et l’après-mort dans notre quotidien ? Le “test” peut valoir le coup; c’est rapide (il nécessite entre 10 à 15 minutes), et en plus c’est gratuit. Au-delà de l’aspect “sondage”, le questionnaire peut éventuellement nous aider à faire le point sur nous-mêmes.

Quelques conclusions du Religions Monitor pour 2008 en Europe :

  • L’Occident reste marqué par le christianisme;
  • Les 3/4 des Européens sont religieux*, Polonais et Italiens en tête; la France, haut-lieu des non-religieux;
  • La religion est une affaire privée mais aussi un phénomène social;
  • La religion est joue un rôle important dans l’éducation, mais la politique et la sexualité appartiennent à la sphère privée;
  • Les catholiques sont plus religieux que les protestants;
  • La tolérance et le pluralisme sont des valeurs importantes pour les Européens.

*Les chiffres de la fondation Bertelsmann apparaissent cependant trop généreux. Mais tout s’explique par la définition qui est donnée à la religiosité, laquelle serait plutôt un recours à la transcendance. Les personnes sans confession religieuse, et les personnes incroyantes, ne sont pas automatiquement considérées comme non-religieuses, et certaines sont même religieuses.

À lire. Bertelsmann Stiftung (dir.), What the World Believes: Analyses and Commentary on the Religion Monitor 2008, 2009 (1ère éd.), 760 p. + CD-ROM, 49 EUR.