Ave Minaret.

maryland lottery

Mardi 8 décembre, Paris, 19 heures. La mélodie d’un Ave Maria retentit dans la rue Monge, suivi du chant : “Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous…”. Il me faut un temps pour réaliser que nous étions le 8 décembre, c’est-à-dire le jour de la fête de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie. Une procession en plein quartier latin, comme dans d’autres quartiers de la ville, comme dans d’autres villes de la France. De quoi me faire penser au charme incontestable des processions religieuses, aux lumières de l’Avent, aux décorations par-ci, par là.

Cela me fait également méditer sur la laïcité. Mais commençons par une anecdote. Le 30 novembre, c’est la Saint-André. Alors que je me plais à rappeler le jour de la fête de mon saint patron, j’entends une amie me dire : “Je croyais que tu étais un laïque à fond, au fait”. Péché typique du laïque français où la laïcité est trop souvent confondue avec la suppression de la religion. “Oui, mais la religion, c’est quelque chose de personnel, c’est pas pour qu’on en parle en public”, ainsi va la rengaine laïque française. Telle est effectivement une chose sur laquelle nous sommes d’accord: reléguer la religion à la sphère privée. Deux choses, cependant: 1- “la religion” signifie-t-elle systématiquement “la pratique religieuse”, et 2- la privatisation du religieux doit-elle être mise en oeuvre constamment et sans interruption, donc sans considération pour les périodes de célébration et de grande fête ?

Dans ce cas, pourquoi a-t-on le loisir d’observer des manifestations religieuses catholiques et pas de manifestations religieuses juives, ou musulmanes ? Est-ce parce que la France est majoritairement catholique, et que son histoire est catholique ? On entend les clochers des églises sonner pendant un court moment, mais pas l’appel à la prière de la Grande Mosquée de Paris. À Damas, en Syrie, aussi, les mosquées sont silencieuses. Mais c’est parce qu’il y en a beaucoup. La laïcité n’est pas injuste. La laïcité est pour le plus grand nombre. Elle reflète l’histoire nationale du plus grand nombre, et sa définition de la nation est celle du plus grand nombre. De plus, la laïcité précède l’ère du pluralisme.

Dans cette veine, je retransmets le commentaire d’un lecteur du Figaro Magazine, paru dans le no. 20332 du samedi 12 décembre 2009 en p. 10:

“Les Suisses ont-ils interdit la pratique de l’islam sur leur sol ? Ont-ils interdit la construction de mosquées ? Pas du tout ! (…) Il s’agit seulement de manifester leur opposition à la construction de minarets, c’est-à-dire d’excroissances architecturales qui ne correspondent pas vraiment au style des constructions suisses. Est-ce se montrer intolérant que d’oser fixer des limites à l’hospitalité ? Tout permettre, tout accepter, n’est-il pas le moyen de développer un phénomène de rejet, c’est-à-dire d’intolérance elle-même ? Comment se fait-il que nos politiques ne s’expriment jamais sur ce qui se passe dans certains pays où on n’interdit pas seulement la construction de clochers d’églises mais bien les églises elles-mêmes et la pratiques même d’une religion chrétienne ?” (cf. mon billet du 7/12/2009)

Un article intéressant, paru dans le quotidien arabophone libanais As-Safîr du 10/12/2009 (no. 11467), signé Saqr Abû Fakhr, s’accorde avec cette dernière opinion. Il estime que la décision d’interdire la construction de minarets est dans l’intérêt des musulmans suisses, et dans une plus large mesure, européens. En effet, continue-t-il, leurs libertés religieuse et individuelle  sont entièrement respectées, alors que celles des non-musulmans en terres d’islam ne le sont pas, sinon pas de manière analogue. L’auteur étaye son argument en citant des exemples repris dans la presse arabe et musulmane (As-Siyâsa, Ash-Sharq al-Awsat, Al-Ra’î al-‘Âm, An-Nahâr).

Mais ceci n’est qu’une seule réaction. Attendons voir les autres.

Suprémacisme : désir d’hégémonie et peur de l’aliénation.

Le terme de “suprémacisme” est souvent pris dans son acception anglo-américaine. Le White supremacism est l’idéologie racialiste selon laquelle les “Blancs” seraient supérieurs aux autres “peuples”, et doivent par conséquent exercer une domination culturelle et politique sur eux. Cette idéologie peut à la fois concerner les WASP aux États-Unis, que les nouveaux mouvements racistes en Europe occidentale ou ailleurs. Je voudrais en proposer ici une définition supplémentaire, développée dans les lignes suivantes.

Dans mon billet du 5 décembre 2009, j’ai suggéré, à partir d’une observation de l’actualité, que le citoyen européen lambda était prêt à adopter une attitude relativiste et laïque tant qu’il ne sentait pas sa domination culturelle et politique menacée par ses concitoyens issus de groupes minoritaires immigrés. L’hypothèse était que, pour ce citoyen laïque lambda appartenant nécessairement au groupe majoritaire, seul comptait le sentiment d’avoir le dernier mot en politique. Le pluralisme était toléré tant qu’il ne menaçait pas son sentiment de suprématie. Cela reviendrait à dire que le citoyen laïque lambda n’était pas au fond si laïque, parce qu’il se considérait, de manière inavouée, comme un citoyen “autochtone”, “de souche”, “authentique”.

L’attitude ethnocentrique oscille entre le désir d’hégémonie et la peur de l’aliénation. L’ultime ouvrage de Samuel Huntington, Who Are We? The Challenges to America’s National Identity (Simon & Schuster, 2004), pourvoit un bon exemple à cet égard. Notons tout d’abord la question existentielle, et symptomatique : Qui sommes-nous? En substance, SH s’interroge sur le devenir de l’identité américaine et prône le retour à ce qui a fait des États-Unis ce qu’ils sont, c’est-à-dire l’éthique WASP. SH ne cache pas d’ailleurs, et depuis longtemps, son scepticisme vis-à-vis de l’idéologie multiculturaliste, dans lequel il voit la “désunion de l’Amérique” (cf. l’article dans Foreign Affairs, vol. 72, no. 5, Nov.-Dec. 1993, p. 190). Suprémacisme encore toujours.

Le vrai défi des laïcités européennes.

Il n’y a rien de tel que “la Laïcité”, il n’y a que des individus laïques.

Lorsque le pape Benoît XVI déclara que l’Europe devait mettre en valeur ses racines chrétiennes et renforcer son sentiment d’appartenance à une civilisation commune afin de mieux relever les défis à venir, le débat explosa à l’échelle européenne. Mais le débat est un conflit d’idées, il prête à confusion. Les actes, eux, ne mentent jamais.

Dans Le Monde du 4 décembre 2009, Jean-Paul Willaime, directeur de l’Institut européen en sciences des religions (IESR), écrit: “Tout se passe comme si la votation suisse [du 29 novembre 2009] libérait la parole et permettait enfin à certains d’exprimer tout haut ce qu’ils pensaient tout bas, à savoir que, si des musulmans discrets sont relativement acceptables, il n’en va pas de même pour l’islam comme religion.” La pratique religieuse est en baisse depuis des décennies, la catégorie des “sans religion” compte de plus en plus d’individus, mais cela ne veut pas dire que l’on est plus tolérant. Parce qu’il ne s’agit pas uniquement d’une différence religieuse, mais d’une différence perçue de culture. Il est facile d’instaurer légalement la laïcité, mais l’imaginaire ne se laïcise pas aussi facilement, nous dit Willaime.

Il est commun – et facile – de stigmatiser l’Islam pour le traitement inégalitaire qu’il infligeait pendant des siècles aux Gens du Livre (ahl al-kitâb, les juifs et les chrétiens), les enfermant dans le statut inférieur de dhimmis. (Pour information, ce mot vient de dhimma, qui veut dire “conscience”, insinuant que les Gens du Livre portaient sur leur conscience leur refus d’adhérer à l’islam.) Le pouvoir islamique garantissait aux dhimmis une sécurité relative, et leur offrait la protection, en contrepartie du paiement d’une taxe (la jizya, capitation, et/ou le kharâj, impôt sur la terre). La condition dhimmie exigeait, entre autres, des chrétiens et des juifs que leurs édifices soient moins élevés que ceux des musulmans.

L’histoire européenne a, semble-t-il, des analogies avec l’histoire islamique (lire l’article d’Esther Benbassa, ibid.). On cite à toute occasion la déclaration qu’Angela Merkel a faite en 2007, disant que les minarets des mosquées ne devraient pas être “plus hauts que les clochers des églises chrétiennes”. Volonté d’inférioriser les musulmans, ou désir d’égalité entre islam et christianisme?

Les démocraties pluralistes occidentales chérissent le principe d’égalité. Or, la vraie question n’est pas là, parce que l’égalité ne s’affiche pas en théorie, elle s’applique au quotidien. Il apparaît que le citoyen laïque pense différement “tout bas” ce qu’il met en acte au quotidien; qu’il est, “au fond”, convaincu d’une chose, tandis qu’il exprime une autre (cela me rappelle le passage d’Amine Maalouf dans Les identités meurtrières, où on lui demande: “Oui, mais, au fond, vous êtes quoi?). Sauf à certains moments où les masques tombent. Très vite, avant que tout rentre “dans l’ordre”. Dans l’ordre politique, évidemment.

Tout est question de suprématie. La majorité des personnes sont d’accord sur lé principe d’égalité, mais toujours au sein d’un ordre politique et culturel que “nous” (sous-entendu: les “autochtones”) maîtrisons. Pareil pour la liberté d’expression, tant que “nous” avons le dernier mot. Triste réalité…

Par conséquent, le défi des citoyens laïques européens sera d’appliquer l’égalité absolue, sans suprématie, sans domination d’un groupe sur un autre.

Une telle chose est-elle réellement possible dans ce monde d’humains?

————————————————————

P.S.: Sur l’idée d’autochtonie, le très bon essai de Marcel Detienne, Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné, Paris, Seuil, 2003, 192 p.